La Radio à l’époque d’Internet: une explosion de nouvelles possibilités

Photo: БНР

« On ne veut pas d’une société sans medias publics et sans une radio publique, on n’imagine pas vivre dans un tel monde », c’est en résumé le message commun des participants à la conférence internationale « La radio publique et le défi de l’avenir »,  qui a eu lieu à Sofia à la Maison de la Radio.

« L’avenir est entre nos mains », a déclaré Graham Ellis, Président du Comité Euroradio qui représente l’Union européenne de radio-télévision et qui est aussi directeur adjoint de la BBC radio. Du haut de ses 40 ans d’expérience dans la plus célèbre corporation médiatique britannique, Graham Ellis se dit convaincu que la radio continuera d’occuper une place essentielle dans la vie des gens et a encore de longs jours devant elle. Cependant, le monde change et la radio est face à un choix important à faire : continuer de vivre dans le passé ou changer.

« Je pense qu’actuellement la radio est face à de nombreux défis à relever. Aujourd’hui, les gens disposent d’innombrables moyens et différentes sources pour écouter de la musique, par exemple. Si les radios, qu’elles soient publiques ou privées, souhaitent garder leur place, il faut qu’elles trouvent le moyen de rendre leur moyen de communication attractif, afin que leurs auditeurs aient vraiment envie de passer du temps avec la radio. A ce niveau la radio publique joue un rôle essentiel, car elle est au service des citoyens et non pas des intérêts d’acteurs politiques et économiques. Notre but est de garantir à notre auditoire la fiabilité et la qualité de l’information que nous diffusons. Le public doit se sentir en confiance. Les médias publics ont une relation privilégiée avec les auditeurs, car enfin de compte ce sont les citoyens qui financent ce média et ils continueront à payer seulement s’ils reçoivent un service de qualité, d’un média qui se montre indépendant et qui inspire la confiance ».

Un autre invité spécial pour la célébration des 80 ans de la RNB, était Djavad Mottaghi, Secrétaire général de l’Union de radio-télévision Asie-Pacifique. Pour nous, a-t-il déclaré, les défis posés des autres médias concurrents ne sont pas une menace, bien au contraire, c’est une chance. L’Union de radio-télévision Asie-Pacifique, qui a son siège à Kuala Lumpur en Malaisie, réunit plus de 271 médias de 65 pays et s’adresse à un auditoire de plus de 4,2 milliards de personnes. La radio est un média incontournable dans la région de l’Asie et du Pacifique, elle joue un rôle clé dans la diffusion de l’information et c’est aussi un moyen d’éducation d’un énorme auditoire. Nous avons demandé à Djavad Mottaghi, comment il voit l’avenir de la radio dans sa région ?

« Partout dans le monde, en Europe, comme en Asie, les médias audiovisuels  rencontrent les mêmes défis et nous devons échanger sur nos expériences, apprendre l’un de l’autre afin de trouver le meilleur chemin à prendre. Il nous faut accepter le fait que le public a accès à de nombreuses plateformes de communication et autres sources d’information. Mais le plus grand défi c’est de proposer un contenu que les gens auront envie d’entendre et d’en redemander encore. A la radio, le contenu des programmes doit rester notre préoccupation essentielle, quels que soient les miracles technologiques. Si les gens qui nous écoutent ont envie d’entendre notre message, s’ils se retrouvent dans ces messages, ils vont revenir vers nous. Moi, je crois que la radio demeure et restera le média le plus rependu dans le monde, comme c’est le cas dans notre région. Et cela à l’aide des nouvelles technologies ».

Version française : Miladina Monova
Crédit photos : RNB

Tous les articles

Journée du parachutisme militaire bulgare

Le 18 octobre, en Bulgarie est marquée la Journée des parachutistes militaires. Il y a 75 ans, le 18 octobre 1944, a lieu le baptême de l’air de la 1e compagnie de parachutistes, lors de l'offensive contre les fortifications de Strajin en..

Publié le 18/10/19 à 11:29

Hommage à Milcho Leviev, grand musicien de jazz et homme charismatique...

Le grand jazzman a tiré sa révérence le 12 octobre dernier à Salonique, en Grèce, où il avait choisi de vivre avec son épouse – la chanteuse Vicky Almazidou. Aujourd’hui   son corps sera exposé à la salle Balgaria et ses nombreux amis et..

Publié le 18/10/19 à 09:00

La rue la plus courte de Sofia, un voyage dans le temps…

Elle est considérée comme la rue la plus courte de Sofia, même si c'est beaucoup plus un passage qu'une rue… Il s’agit de la rue « Malko Tirnovo », qui n’a que 60 m de long, reliant deux artères très animées de Sofia, la place « Alexandre Ier » et..

Publié le 17/10/19 à 12:57