Archéologie de l’univers: les lumineuses variables bleues et les changements climatiques

Photo: archives

Qu’y-a-t-il de commun entre l’archéologie, l’astronomie et l’écologie ? La réponse nous guide vers un territoire capable de rétablir notre fierté nationale. Pas besoin de se retrouver à la NASA, au CERN ou bien à Harvard pour déclarer avec fierté qu’on est bulgare, vous pouvez faire cette chose en visitant le Club d’astronomie de la faculté de Physique de l’Université de Sofia. Les conférences en mars sont consacrées à la contribution bulgare au plus grand labo scientifique au monde – le CERN, réputé pour son grand accélérateur de particules et la découverte de la particule x boson. Les sujets sur lesquels on travaille au club concernent l’archéologie de l’univers, le réchauffement global et les solutions mondiales.

СнимкаSelon Ivaylo Stanev, organisateur du club, la contribution bulgare à l’échelle mondiale est à tous les niveaux de la physique – la physique nucléaire, l’astronomie et la géophysique qui sont le dénominateur commun de toutes ces sciences L’archéologie de l’univers étudie son passé et la théorie du Big Bang suite auquel a été formée « la soupe primitive ». Il y avait dedans des particules tels le x boson – explique le maître de conférences Venelin Kojouharov, un des physiciens bulgares ayant travaillé au CERN:

СнимкаPour le moment, ajoute-t-il nous disposons de preuves sûres qu’il y a dans l’espace une matière qui fait que les galaxies sont attirées l’une par l’autre – la matière noire. Mais ce qui est encore plus curieux c’est que dans l’univers il y également une autres matière qui éloigne l’une de l’autre les galaxies – la matière sombre. C’est pour dire qu’il n’y pas que le x boson bien qu’il soit un pas important vers la construction d’un modèle plus complet de l’univers et de son avenir.

СнимкаGancho Ganchev, doctorant à la chaire Astronomie évoque les raisons pour lesquelles on accorde une telle attention aux variables lumineuses bleues. Edwin Hubble est le pionnier dans ce domaine, explique-t-il, les observations en Bulgarie date des années 80 du 20e siècle et continuent toujours.

Ces événements nous permettent des dévoiler les secrets de l’évolution de l’univers mais aussi de savoir comment ont été formés les différents éléments qui construisent nos corps, Nous sommes constitués d’éléments d’étoiles, Ainsi par exemple notre sang contient du fer. Or le fer a été formé dans les super novas. Comme disait Lavoisier – rien n’est perdu.

СнимкаOn ne pourrait pas appliquer cette sentence en tournant le regard vers le réchauffement global. Répondant à la question sur d’éventuelles solutions globales à ce phénomène global, le conférencier Tihomir Dimitrov est catégorique:

En fait, il existe une solution mais cela dépend de chacun de nous, plus spécialement des gouvernements à l’échelle mondiale. Des mesures concrètes sont nécessaires contre ceux qui polluent l’environnement au dioxyde de carbone. Les chiffres nous apprennent que son taux de concentration devient menaçant et dangereux. Le problème s’aggrave à grande vitesse – explique Tihomir Dimitrov.

Le club permet d’en apprendre davantage sur la contribution bulgare à l’astronomie mondiale. Les conférences sont données chaque jeudi à la Faculté de physique et les portes sont largement ouvertes à tout le monde. En reprenant Lavoisier on pourrait dire : Rien n’est perdu, plus spécialement quand il s’agit de la contribution à la science

Version française : Vladimir Sabev


Tous les articles

Au marché de Koubrat

Le marché du dimanche à Koubrat, région de Razgrad (Bulgarie du nord-est) n’est pas un simple endroit pour y faire ses courses. Les gens s’y donnent rendez-vous, échangent de l’information, reçoivent des nouvelles sur leurs proches qui vivent à..

Publié le 26/04/18 à 10:56

La conférence sur la formation efficace dans le domaine du numérique a été close par un "Appel à l’action depuis Sofia"

« L’éducation et le développement des technologies du numérique sont parmi les principales priorités de la Présidence bulgare du Conseil de l’UE, a commenté Yassen Gurov, membre de la présidence permanente de la Bulgarie à l’UE. C’est sur..

Publié le 25/04/18 à 13:35

Dessislava Stéfanova : "Faisons entendre notre voix"

L’Agence des Bulgares de l’étranger vient de remettre pour la 9e année consécutive le titre de Femme de l’Année. Quinze Bulgares de la diaspora qui ont à cœur d’éduquer les enfants de nos concitoyens expatriés dans le respect pour les racines..

Publié le 25/04/18 à 11:56