Тоdor Kojouharov: „ Le folklore magnifie la grandeur du peuple bulgare“

Photo: kozhuharov.net

Il est connu comme la plus belle voix masculine de la région folklorique de la Thrace, une véritable icône se distinguant par son chant virtuose. Son nom est Todor Kojouharov et il vient de célébrer ses 60 ans. Né au village Moustrak, département de Haskovo, c’est à sa maman qu’il doit son oreille musicale et son amour des chants populaires. Petit à petit, il fait ses premiers pas dans les kermesses populaires et autres festivals folkloriques où se produisent des artistes amateurs. Il entre comme soliste à l’ensemble « Belle Thrace » de la ville de Haskovo. Ses premiers enregistrements en solo sont en 1979 à Radio Plovdiv, avant d’arriver sur les ondes de la Radio nationale à Sofia en 1982, où il enregistre au fil des années plus de 300 chansons.

Son talent lui ouvre les portes de la reconnaissance et de la gloire. Todor Kojouharov fait partie des grands orchestres de mariage – « Kozari », «  l’ensemble de Konouchène », « Yambol », il chante avec Ivan Milev, Ivo Papazov, l’ensemble « Orphée » ou encore l’orchestre » Bisseri » de la Dobroudja.  Jusqu’à ce qu’en 1989, soutenu par son épouse Donka Kojouharova, il fonde son propre orchestre « Rythmes du Sud ».

Rythmes du Sud

En 1985 et 1986, il est récompensé aux Festival des orchestres de mariages à Stambolovo. A la fin des années 90 du siècle dernier, il est invité à chanter à Los Angeles où il participe au JO musicaux des USA. Il chante devant un public conquis et il revient en Bulgarie avec des médailles d’or. En 2004, Todor Kojouharov sort le livre « La magie du chant populaire », contenant 115 des chansons de son répertoire.

Ce que j’ai réussi pendant toutes ces années est dû à ce don de Dieu qui me vient de ma mère, nous confie le chanteur. - Mes parents m’ont indiqué la voie et moi, j’ai décidé par la suite de composer et interpréter les chansons qui vont droit au cœur du public. Le 2 février 1978, avant d’être admis à l’Institut de la culture et de l’éducation, j’ai été pendant 2 ans le soliste attitré de l’ensemble « Belle Thrace » à Haskovo. Je suis reconnaissant à mes collègues musiciens de l’ensemble. Je n’oublierai jamais ma première rencontre avec la légende de la Thrace, Yovcho Karaïvanov, qui a été mon maître. A cette époque, il travaillait à la Radio nationale et il m’a beaucoup aidé dans le choix des textes et des mélodies des chansons que je connaissais de ma mère. Au début des changements démocratiques, ma femme, quelques jeunes musiciens et moi-même, nous avons fondé notre propre ensemble « « Rythmes du Sud » et depuis, cela fait plus de 27 ans, nous ne nous sommes jamais quittés. Je suis un chantre de la Thrace, mais j’aime aussi interpréter des chansons de la Strandjà, la Macédoine et la montagne du Rhodope. Et pourtant, la Thrace reste la plus grande et la plus riche des régions folkloriques de Bulgarie et je suis fier d’y être né et de la représenter…

Présenté par B. Guéorguiéva


Tous les articles

Valcho Ivanov : La musique est au chanteur ce que le pinceau est au peintre…

C’est un chanteur qui nous touche par sa voix de velours, tellement typique du riche patrimoine folklorique de la région de la Thrace. Il n’a que 15 ans quand il fait ses premiers essais devant un public qui découvre, ravi, la..

Publié le 13/09/17 à 15:15

Il n’y a qu’un pas entre la gymnastique rythmique et la chorégraphie

Toutes les deux ont été des stars et ont fait partie de l’équipe de gymnastique rythmique d’Iliana Raéva, elle-même gymnaste pendant de longues années. Et elles ont connu très tôt   la philosophie de la réussite qu’elles ont parfaitement..

Publié le 30/08/17 à 12:11

„Poussière d’Or 2017“ – le secret est dans l’innovation et la continuité

Telle est la ferme conviction exprimée à l’unanimité par les organisateurs du Festival Folklorique International, qui s’est déroulé fin juillet au village de Tchélopetch. A l’affiche du festival Poussière d’Or, le quatrième de ce joli nom on avait..

Publié le 13/08/17 à 09:15