Le tamis, entre l’ustensile de cuisine et le rituel magique

Photo: archives



Le tamis est habituellement un instrument de cuisine, utilisé surtout en pâtisserie, dont la grille de maillage plus ou moins fin, fixée sur un cadre, sert à tamiser la farine afin d’éviter la formation de grumeaux. Il existe aussi des tamis en bois superposés qui, plongés dans un bain-marie, servent à la cuisson-vapeur. Inévitablement lié à la fabrication du pain, le tamis est à l’honneur dans chaque foyer. Certaines maîtresses de maison lui attribuent même des pouvoirs magiques, voire surnaturels. Et les chants traditionnels parlent souvent de farine rituelle tamisée à la veille d’un mariage, pour que le pain soit d’excellente qualité et porte bonheur aux amoureux.

Passer au crible ou au tamis est devenu très tôt une métaphore pour désigner un examen sévère, qui « sépare le bon grain de l'ivraie ». Dans les us et coutumes bulgares, le tamis est utilisé comme un plateau par les jeunes filles la veille du Dimanche des Rameaux lorsqu’elles offrent dans leur tamis des friandises aux voisins. Faire rouler un tamis et voir de quel côté il tombe est le signe d’une période de vaches maigres ou au contraire, de prospérité.

Le tamis est aussi lié aux rituels pratiqués par les femmes stériles, qui implorent Dieu pour qu’elles tombent enceintes. Ainsi la femme la plus âgée de la famille tient entre ses mains le grand tamis familial, alors que la jeune femme sans enfant tamise la farine avant de confectionner une belle miche de pain. Le tamis doit être retourné pour que le ventre de la femme "se retourne" et qu’elle puisse enfanter…Une façon de conjurer le sort en faisant intervenir le tamis…

La forme ronde du tamis est aussi chargée de symboles, le cercle fermé étant considéré comme un espace clos et protégé. Ainsi la layette du nouveau-né est-elle rangée dans un tamis pour le protéger des maladies. 40 jours après la naissance de bébé, les femmes de la famille se réunissaient autour d’un festin et chacune mettait dans un tamis vide des talismans et autres objets porte-bonheur, censés protéger l’enfant du Malin. On n’oubliait pas non plus un morceau du pain rituel, dédié à la jeune maman.

Снимка

Le tamis a aussi un rôle important dans la cérémonie du mariage. Il symbolise la féminité. La veille du mariage, les amies de la future mariée portent dans un tamis au futur marié sa ceinture, sa chemise blanche et un mouchoir. Le tamis est recouvert d’une serviette pendant que le futur marié se rase. C’est aussi dans le tamis qu’on peut glisser les alliances des mariés. Une façon de laisser passer tout le mal et de ne garder que le meilleur pour les futur époux. C’est aussi à travers le tamis que la mariée cherche des yeux son élu. Un rituel magique, qui scelle l’amour entre les deux jeunes…

Le riz qu’on jette aux mariés à la sortie de l’église est aussi versé dans un tamis, qu’on vide sur leur passage. La tourte offerte par la belle-mère au jeune couple est, elle aussi, posée sur un tamis tapissé de fruits secs et d’avoine. Le voile de la mariée est lui aussi rangé dans un tamis à la fin de la cérémonie. Une des premières choses que les jeunes mariés achètent dans la semaine suivant leur mariage est précisément un tamis. Comme quoi…


Récit: Sonia Vasséva


print Imprimer
Tous les articles
Petra, Zlata et Stoya avec Martha Forsythe en 1988

Martha Forsyth : 40 ans de recherche sur les chants polyphoniques bulgares

Martha Forsyth est l’ambassadrice américaine du folklore bulgare depuis plus de 40 ans. Elle découvre son intérêt pour les chants polyphoniques bulgare à l’université, lorsqu’elle étudie les lettres et la langue russe et s’inscrit dans un..

Publié le 15/06/17 à 15:05

La ville d’Elin Pelin fête l’humour et la culture chopes

Dans l’imaginaire des Bulgares, les habitants de la région à l’ouest de Sofia dits Chopes sont un peuple particulier. Rudes, têtus mais drôles, ils aiment s’amuser et profiter de la vie. Leurs coutumes, culture et dialecte ont été aussi..

Publié le 10/06/17 à 10:10

21 Juin: Saint Constantin et Sainte Hélène

L'Eglise orthodoxe bulgare célèbre ce dimanche la fête de Saint Constantin et de sa mère Hélène. En 331, l'empereur Constantin publie un édit de tolérance religieuse qui met le christianisme sur un pied d'égalité avec les autres cultes. Cette journée..

Publié le 21/05/17 à 08:00