Gazprom a révisé sa politique d’exportation dans l’UE

Une bonne nouvelle pour la Bulgarie cette semaine ! Bruxelles et Moscou se sont entendus au sujet de leurs politiques gazières. La Russie s’est engagée de changer de démarche en la matière pour ce qui est de ses projets impliquant des pays anciens membres de l’URSS et du bloc communiste, maintenant membres de l’UE. En effet, la listes des clauses renégociées est longue. L’euro-commissaire à la politique de la concurrence Margrethe Vestager a précisé que Gazprom s’est engrangée d’introduire une grille des prix du gaz qui prend en compte les règles de la concurrence et de céder à ces pays le droit de revendre le surplus à des prix qu’ils sont libres de fixer. Ces pays sont la Bulgarie, Tchéquie, Estonie, Lituanie, Lettonie, Pologne, Hongrie, Slovaquie.

Rappelons un peu l’histoire. En 2012 Bruxelles avait accusé Moscou de violer les règles de la concurrence. Gazprom pouvait s’inquiéter d’une condamnation par l’organe anti-trust européen qui poursuit les monopoles pour abus de position dominante. Dans le rapport de l’UE sur Gazprom il est dit que le monopoliste russe imposait des conditions et des limitations sur l’utilisation et la distribution territoriale du gaz acheté. La Bulgare n’avait pas le droit d’exporter le surplus en dehors du territoire bulgare. Désormais, le géant russe ne posera plus cette condition. Ainsi, la Bulgarie pourra enfin s‘engager efficacement dans la construction de l’interconnexion gazière et devenir un acteur à part entière sur le marché du gaz européen. Et ce n’est pas tout, la Bulgarie pourra désormais demander de renégocier les prix du gaz, suivant les changements dans la conjoncture économique en Europe. L’État pourra revendre son surplus de gaz à des pays tiers. Pour ce qui est de la saga South Stream et le projet de gazoduc qui devait passer sous la mer Noire, à partir de maintenant Gazprom retire sa demande de recouvrement de dommages et intérêts (plusieurs dizaines de millions de dollars) que la Bulgarie devait payer après avoir interrompu le projet.

Tout cela signifie-t-il que Gazprom a perdu la bataille ? C’est la question que se posent de nombreux analystes. La réponse est plutôt non. Ce deal arrange les deux partis et les rend gagnantes. Premièrement, Bruxelles fait un grand pas en avant sur le chemin de la construction d’un marché énergétique commun. De son coté, la Russie réalise qu’elle a aussi intérêt d’un marché européen intégré qui serait un client stable et fiable et que la stratégie diviser pour régner n’est pas payante à long terme. 


print Imprimer
Tous les articles

Selon Skopje, la présidence bulgare de l’UE est une bonne occasion pour la Macédoine

Le vice-premier ministre macédonien Bujar Osmani a déclaré, selon l’agence de presse MIA, que la Macédoine jouit du soutien de l’UE et qu’il est temps que des réformes soient lancées de manière à ce que vers la fin de l’année le pays obtienne une..

Publié le 23/06/17 à 17:18

La Bulgarie souhaite participer au “Processus de Berlin”

Avant de quitter Bruxelles pour l’Allemagne, le premier ministre Boyko Borissov a annoncé que la Bulgarie insiste pour s’associer à l’initiative diplomatique « Le processus de Berlin » . Cette initiative a pour objectif d’accélérer l’entrée dans..

Publié le 23/06/17 à 16:55

Le Président Radev suggère l’approfondissement des relations avec la Grèce

Le centre de presse de la présidence à Sofia a annoncé qu’à Athènes, lors d’une rencontre avec le Président grec Prokopis Pavlopoulos, le chef de l’Etat bulgare Roumen Radev aurait insisté pour la construction de la liaison gazière entre les deux..

Publié le 23/06/17 à 15:50