Fotofabrika – l’image, plus forte que la parole!

Photo: Richard Lamb / Getty Images

Du 2 mai au 23 juillet Sofia accueille la 4e édition du festival de la plateforme interactive „ Fotofabrika”. « Plus Près » est le thème de cette année qui montre l’art de la photo comme élément indissociable du tissu urbain.

L’événement a démarré avec l’exposition de Stoyan Nénov le premier photoreporter bulgare lauréat du prix Pulitzer. Depuis le tout premier festival, cette année encore le Pont des Amoureux aux portes du Palais National de la Culture a accueilli l’exposition les superbes photos signées Reuters et Getty Images qui illustrent le slogan de Fotofabrika 2017 – « Plus Près ». 

Photo:  Alex Majoli

Deux grands noms de la photo de reportage Alex Majoli et Cristina Garcia Rodero seront les invités d’honneur de l’événement. Le 9 mai l’exposition d’Alex Majoli donnera le coup d’envoi officiel de l’événement à la Galerie d’Art de la Ville de Sofia avec son exposition «  Moi et l’Union Européenne ».

СнимкаEmmy Baruh, la directrice du Festival a mis en avant le caractère social de l’événement et a rappelé que la photographie est un art démocratique par excellence:

“ Nous sommes partis de l’idée que le festival devait avoir sa propre physionomie, son image de marque et nous avons décidé d’unir le visuel et le socio-politique dans le tissu urbain. Le premier festival de Fotofabrika était consacré à « l’Homme en révolte », ensuite est venu « l’Homme Marginal », suivi de « Conflits » pour en arriver à aujourd’hui et au « Plus Près ». L’Homme en révolte a été notre grand départ, nous avons montré les manifestations de la colère, au plan mondial, mais aussi dans les pays voisins et en Bulgarie. L’Homme Marginal était encore la colère, parce que c’est le marginal, l’anxieux qui ne veut pas subir, mais veut décider “.

Photo: Cristina Garcia RoderoA la question si Fotofabrika tient son pari, si elle reste accessible au grand public et si ce dernier s’intéresse à ses projets Emmy Baruh est formelle, la photographie est l’art le plus démocratique, le plus largement ouvert à tous:

“ J’estime que la photographie est l’art le plus démocratique, accessible à tous dans les rues et les places de Sofia, susceptible d’interpeller les passants, de les faire réfléchir sur eux-mêmes, de s’identifier aux œuvres qui s’étalent sous leurs yeux. Il suffit juste de se rappeler la pensée selon laquelle souvent une photo dit plus que des centaines de mots. En effet, la photo n’a pas besoin de traduction, elle est le média le plus puissant, le plus immédiat. C’est en cela que réside la force, l’impact du festival.“ 

СнимкаLe critique d’art Guéorgui Lozanov a fait mis l’accent sur les priorités de l’art de la photographie:

“La photo est un instrument d’action immédiate, elle est une réaction aux événements, elle délivre des messages sur le champ, elle est un miroir et elle est perçue selon la nature, les idées, les conceptions de celui qui la regarde. Fotofabrika est un festival avec son propre visage. Grâce à cette plateforme les galéristes ont commencé à s’intéresser à cet art et il occupe désormais une bonne place à l’affiche culturelle de Sofia. Et Guéorgui Lozanov indique que le thème dramatique des réfugiés est présent dans l’exposition et que la photo s’invite dans les grands débats culturels de notre temps. “

СнимкаDu 2 au 14 mai l’Art Center Bankia accueillera l’exposition „1/320“ de Stoyan Nénov qui avait couvert le drame des migrants qui arrivent en Europe lui avait valu le prix Pulitzer.

Photo: Stoyan Nénov“ La photo a été prise en Macédoine à la frontière avec la Grèce. Chaque jours deux ou trois trains quittaient la ville et les gens se lançaient à l’assaut, faisant l’impossible pour embarquer.“

Au programme du festival seront montrées 3 autres grandes expositions et plus de dix événements associés.

Du 9 mai au 18 juin la Galerie d’art de la Ville de Sofia présente une première : l’exposition d’Alex Majoli Moi, moi-même et l’UE, un projet spécialement réalisé pour l’actuelle édition du festival Fotofabrika.

Le 15 mai au Musée de Sofia le public pourra se plonger dans l’univers du grand photographe Robert Doisneau grâce à ses 30 plus célèbres photos prises entre 1945 et 1978.

Photo: Robert Doisneau

Du 15 au 28 mai, la galerie Vaska Emanouilova hébergera la plus provocante exposition, celle du prof. Linn Schroeder, avec une seule photo „Autoportrait aux jumeaux et un sein“,  qui ne laisse personne indifférent aux dires de l’artiste.


Version française Roumiana Markova 


print Imprimer
Tous les articles

La Galerie d’Art ARTE fait la part belle à trois grâces bulgares

Jusqu’au 14 juin, la galerie d’Art ARTE accueille les œuvres de trois grandes dames de la peinture bulgare - Olga Valnarova, Elsa Goéva et Maria Stolarova, qui ont laissé une trace durable dans les arts plastiques bulgares. Les œuvres exposées,..

Publié le 06/06/17 à 14:53

"Un été dans une mare" : un spectacle sur le lien des enfants à la nature

Margarita Chossélova est chorégraphe à l’opéra-ballet des jeunes « Marguerittes ». C’est elle qui a eu l’idée du spectacle « Un été, une mare » qui a été réalisé en collaboration avec l’Opéra de Stara Zagora. L’action se déroule lors des..

Publié le 02/06/17 à 15:22

La peintre Lili Dimkova fait entrer la lumière et la spiritualité

Lili Dimkova est une artiste-peintre tournée vers la lumière, le mystique et le spirituel. Son art révèle un monde au-delà du matérialisme ambiant. Elle a choisi 113 tableaux pour son exposition à la galerie « Chipka 6 » à Sofia, qui racontent..

Publié le 01/06/17 à 15:29