„Rodna striaha“ accueille les petits Bulgares de Toronto

Tous les enfants, c’est bien connu aiment les contes de pays lointains qui leur font connaître le monde. Pour les élèves de Jéni Popova la Bulgarie est un ces pays lointains au delà des montagnes, des mers et même de l’autre côté d’un océan, le pays du brave gaillard qui éperonne son cheval marqué au front par une étoile blanche, du paysan rusé Pierre qui se sort de tous les mauvais pas grâce à son esprit vif. Jéni Popova et son mari s’installent au Canada depuis 10 ans, c’est à СнимкаToronto que naît leur enfant et que voit le jour l’Académie pour enfants „Rodna Striaha“ (en bulgare „ maison natale“). Cette association éducative et ludique ils la doivent à Jéni Popova qui veut ouvrir l’esprit et le coeur à la culture bulgare des petits Bulgares de Toronto. En ce moment ils se préparent pour la célébration du 24 Mai la Fête des lettres bulgares avec leurs copains roumains, grecs, russes. Les petits acteurs monteront sur scène pour faire revivre des héros de nos contes populaires. Les contes sont traduits en anglais par les petits acteurs dans le cadre d’un concours et seront édités dans un recueil. Ainsi, non seulement ils plongent dans le patrimoine folklorique bulgare mais ils le font partager. „ Bien qu’ils aient la nationalité canadienne, nos enfants doivent s’identifier à la nation bulgare et être élevés dans l’amour de la Bulgarie“, affirme Jéni Popova:

Снимка

„Rodna striaha“ s’inscrit dans le traditionnel calendrier scolaire bulgare. Nous éduquons les enfants dans la tradition, l’histoire, la culture et la religion de notre patrie. Nous le faisons sous forme d’ateliers, de cercles et de spectacles de marionnettes. Nous en débattons à des séminaires avec les parents sur divers sujets, par exemple comment accompagner nos enfants qui sont tous polyglottes à évoluer et à se former dans ce milieu. Notre province est anglophone mais bon nombre des enfants fréquentent des écoles françaises et le bulgare vient en troisième position. Il est normal que l’anglais vienne en premier, mais il est de notre devoir d’aider les parents à maintenir vivant leur langue maternelle et à la pratiquer dans le cadre familial “ – explique Jéni Popova.

„Rodna striaha“ est un pôle d’attraction pour les 25 mille Bulgares de Toronto et de la région. Pour y participer certains enfants passent plus de temps sur la route qu’aux cours et aux exercices. C’est dire l’amour et l’énergie de la jeune femme qui se dépense sans compter au nom de son projet, qu’elle a toujours porté dans son cœur, comme elle dit elle-même. En Bulgarie elle était orthophoniste, étant diplômée de psychologie. Et à Toronto, elle a eu sa route toute tracée – se consacrer là aussi aux enfants c’est sa raison de vivre “

Снимка

СнимкаQu’est ce qui la motive dans cette activité:

„ Ce métier apprend à l’adulte de considérer l’enfant  comme une personne à part entière, l’aide à revenir à ses racines, à sa propre enfance pour transmettre ses connaissances aux enfants d’ici. A cause de la grande distance certains ne sont jamais venus en Bulgarie, mais ils sont très curieux de tout ce qui touche au pays, ils recherchent le contact avec le pays d’origine “.

Le Canada célèbre depuis des années la Journée européenne des langues. L’année dernière grâce à Jéni Popova et à son académie „Rodna striaha“ la Bulgarie a rejoint cet important événement:

Снимка

„Cette année nous Bulgares serons mieux représentés. Outre notre propre événement nous sommes invités à participer à une manifestation de Goethe Institut de Toronto. Tout au long de la Journée nous avons prévu des séances d’apprentissage du bulgare à l’intention des Canadiens. Je suis chargée de mener ces séances d’une vingtaine de minutes. Nous leur apprendrons les rudiments de notre langue, les formules les plus usitées du genre „ Salut!“, „ Comment ça va?“. Grâce à ces modèles de jeu pour adultes ils apprendront des choses intéressantes relatives à la culture de notre pays. Le bulgare aura sa place aux côtés du roumain et du macédonien – les langues de nos voisins qui depuis des années sont représentés à cet important événement “.

Version française: Roumiana Markova 

Photos: archives personnelles
print Imprimer
Tous les articles

Le petit village des Seydol est fier de son école peu conventionnelle

Etre un novateur avec des idées hors du commun est plutôt un défaut qu'un avantage en Bulgarie, surtout s’il s’agit du système figé de l’éducation nationale. Dans les grandes villes les innovations viennent le plus souvent de l’extérieur sous la..

Publié le 23/05/17 à 12:17

Sur les traces de Christo Botev…

Le 2 juin, la Bulgarie rend hommage à Christo Botev, poète et révolutionnaire de talent, un des grands noms dans l’histoire de la Bulgarie dont la contribution est essentielle pour les guerres de libération du joug ottoman. L’histoire nous..

Publié le 22/05/17 à 12:56

Le Kaléidoscope des Balkans

La Turquie et les USA ont promis un apaisement de leurs relations Le président turc Recep Tayiip Erdogan et son homologue américain Donald Trump ont convenu en tête-à-tête de faire baisser la tension entre les deux pays. Trump a déclaré que..

Publié le 19/05/17 à 12:51