Dessislava Nikolova: "Les grandes dépenses publiques sont une menace pour le budget sur le long terme"

Photo: Kapital

Le nouveau gouvernement bulgare a promis des dépenses publiques plus importantes, notamment des hausses des retraites minimum et du SMIC, des augmentations les salaires des enseignants. En plus de cela il y a de fortes chances pour que les subventions publiques pour la défense augmentent aussi. Ce qui compte dans ces cas précis c’est de voir si ces dépenses ont été prévues ou non dans le budget public pour cette année, a déclaré l’experte économique de l’Institut d’économie de marché Dessislava Nikolova.

„Ainsi par exemple les dépenses pour l’acquisition de nouveaux avions de chasse et autres armements sont prévues par le budget. Il s’agit de dépenses sur le long terme et elles ne cachent pas de surprises et de pièges pour le budget. Ce sont les dépenses imprévues qui peuvent cacher de mauvaises surprises, celles pour la hausse des retraites minimum et pour les salaires des enseignants, notamment. Reste à savoir de quelle manière l’argent pour ces dépenses sera assuré. A l’heure actuelle la conjoncture économique est favorable et cela profite au budget. Après une longue période de déflation la Bulgarie revient à la petite inflation et c’est une bonne nouvelle pour le budget car l’inflation augmente les recettes publiques."

Selon Dessislava Nikolova le grand défi budgétaire sera l’éventuelle inversion du cycle économique à la baisse de la croissance. Un repli de la croissance signifiera des rentrées budgétaires plus faibles. Dans le même temps il ne sera plus possible de faire marche arrière avec les retraites et les salaires dans la fonction publique car ce serait un suicide politique pour le parti qui oserait faire ce choix.

„Les risques pour le budget 2017 ne sont pas imminents mais ils sont bien présents et visibles sur le moyen et le long terme, d’autant plus que la hausse promise des retraites minimum pourrait faire boule de neige avec des hausses semblables et des revalorisations des autres retraites“.

Dessislava Nikolova estime que tôt ou tard il y aura des pressions sur le gouvernement pour augmenter le reste des retraites ce qui signifie des dépenses supplémentaires pour le budget.

„En d’autres termes nous risquons de rater l’excellente occasion que nous offre la conjoncture favorable actuelle pour en finir avec les déficits budgétaires. Les excédents fiscaux enregistrés ces derniers temps doivent être utilisés comme tampon lorsque la conjoncture se dégradera, ce qui est inévitable “.

De l’avis de Dessislava  Nikolova, la politique en matière de SMIC devrait être complètement modifiée et révisée. Le salaire ne devrait pas être fixé de manière administrative. Si un salarié n’est pas suffisamment qualifié et consacré à son boulot il ne devrait pas toucher un salaire automatiquement plus grand. Les salaires des employés ne peuvent pas être augmentés avec une baguette magique, ils augmentent avec l’amélioration de la productivité. Si le gouvernement souhaite intervenir dans ce processus il pourra le faire en mettant sur place des conditions plus favorables pour le business et les investissements de qualité.

Version française: Vladimir Sabev 


print Imprimer
Tous les articles

La Cour administrative s'oppose à la hausse du SMIC, refroidissant les promesses du gouvernement

La Cour administrative suprême (CAS) a annulé une ordonnance du Conseil des ministres qui fixait le SMIC à 230 euros par mois à compter du 1er janvier 2017. Le SMIC avant cette ordonnance se chiffrait à 210 euros. Le verdict de la Cour n’est pas..

Publié le 21/05/17 à 12:00

Incroyable mais vrai ! La BNB lance sa planche à euros…

La compagnie mixte « Oberthur Fiduciaire SA » de la Banque nationale de Bulgarie (BNB) soutenue par la société française « Oberthur Fiduciaire SAS » a été homologuée par la Banque centrale européenne (BCE) pour imprimer des billets..

Publié le 18/05/17 à 13:16

Le difficile et lent rapprochement de la Bulgarie de l’Occident développé

Peut-on dire que la Bulgarie se rapproche ou qu’elle continue à s’éloigner des pays européens développés ? Une réponse à cette question nous est donnée par une analyse de la fondation Open Society du milliardaire américain George Soros dans son..

Publié le 15/05/17 à 10:15