La première visite de la nouvelle ministre des Affaires étrangères à de quoi rassurer Bruxelles

Lors de son entretien avec Federica Mogherini, Ekatérina Zakhariéva a confirmé la position de Sofia sur des messages uniques et concertés de l'UE en matière de politique étrangère.
Photo: mfa.bg

Il relève de la pratique politique de la Bulgarie que chaque nouveau ministre des Affaires étrangères passe par Bruxelles avant de se lancer dans des navettes diplomatiques à travers le monde. Rien de surprenant donc qu’Ekatérina Zakhariéva ait été briefée en premier par le président du Conseil européen, Donald Tusk, la cheffe de la diplomatie européenne Féderica Mogherini, le premier vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans et le commissaire européen à l’élargissement et à la politique européenne de voisinage Johannes Hahn. La ministre des Affaires étrangères de la Bulgarie a également eu un entretien avec le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. Ainsi, en l’espace d’une seule visite de deux jours, Ekatérina Zakhariéva a fait le tour de l’élite de Bruxelles pour confirmer l’engagement euro-atlantique de la Bulgarie et de son nouveau gouvernement.

La cohérence et l’esprit de suite sont très appréciés par les partenaires européens de la Bulgarie. Tel Donald Tusk qui se dit satisfait de poursuivre le travail avec le nouveau gouvernement de Boyko Borissov qu’il connaît bien. Idem pour le ton de l’entretien avec Féderica Mogherini, avec un accent placé sur les relations avec l’Ukraine et la Macédoine. A ce propos, la ministre bulgare des Affaires étrangères a réitéré la position bien connue de Sofia sur une approche et des messages uniques de l’Union européenne sur les dossiers d’actualité. Cette même thèse a été défendue par Ekatérina Zakhariéva au Conseil des Affaires générales qui a étudié les questions de la migration, la sécurité et la défense, la croissance et la compétitivité. Concernant le dossier de la migration, Sofia persiste à dire que l’Union européenne doit suivre en même temps l’évolution de la situation dans le bassin de la Méditerranée, coté centre et ouest, et penser à réformer le Système d’asile européen  de sorte à garantir le partage de la solidarité et de la responsabilité entre tous les pays membres.

Concernant la défense collective, Ekatérina Zakhariéva a déclaré qu’il ne fallait pas copier la politique de l’OTAN, mais chercher à améliorer par tous les moyens les capacités de défense de l’Union européenne.

La sécurité a également été placée au centre de l’entretien de la ministre des Affaires étrangères avec le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg qui a salué les intentions de la Bulgarie de porter à 2% du PIB les investissements dans le secteur de la défense. L’entretien a également porté sur la sécurité dans le bassin de la mer Noire, la coopération dans la lutte contre le terrorisme et la coordination entre les opérations de l’OTAN et de l’Union européenne.

Cohérence et continuité – tels ont été les messages adressés par la Bulgarie en la personne de son président Roumen Radev il y a quelque temps, et de la nouvelle ministre des Affaires étrangères. De quoi rassurer Bruxelles du consensus institutionnel qui règne en Bulgarie sur la politique européenne et euro atlantique.

Version française: Sonia Vasséva

Tous les articles

Exacerbation de la confrontation sur le thème de la corruption

La deuxième réunion du Conseil consultatif à la sécurité nationale, axée sur la nécessité de prendre des mesures législatives contre la corruption ne s’est pas soldée par les résultats attendus. Le président Roumen Radev a fait comprendre qu’on n’avait..

Publié le 21/10/17 à 09:30

La reconnaissance de la minorité bulgare en Albanie

Le parlement albanais a « rectifié une injustice historique » - c’est en ces termes que la ministre bulgare des Affaires étrangères, Ekatérina Zakhariéva a commenté la loi nouvellement adoptée sur la protection des minorités en République..

Publié le 18/10/17 à 12:23

La Bulgarie pourrait assurer la médiation entre les pays de l’Union européenne

La représentation de la Commission européenne en Bulgarie a organisé un débat sur les défis que la Bulgarie devrait relever à partir du 1 er janvier 2018, lorsqu’elle assurera pendant 6 mois la présidence du Conseil européen. Le forum a été..

Publié le 16/10/17 à 12:12