Denis Doural : “Les abeilles, c’est notre histoire vivante”

Cette année, Denis Doural est le lauréat du prix Meilleur projet d’entreprenariat, dans le cadre du Concours national pour le prix européen des Jeunes fermiers. Agé de 33 ans, Denis est apiculteur et cultivateur de safran dans le village de Bradvari, près de Silistra. Avec une production de miel bio à partir de 120 ruches et une petite exploitation de safran (0.2 hectares), il a réussi à dépasser en performances des fermiers avec des exploitations bien plus importantes.

Nous le retrouvons au milieu de la forêt d'acacias près de son village, en train d’extraire le miel des ruches. Après la récolte du miel d'acacias et de tilleul, ce sera le tour de celui de tournesol. Denis ne cache pas sa joie de la récolte cette année, surtout après la mauvaise année 2016. Nous lui avons demandé comment il s’est décidé à se lancer dans l’apiculture biologique ?

“A mon avis, l’apiculture biologique c’est l’avenir. Pour moi il n’y avait pas d’autre alternative. Si c’est de l’apiculture, ce sera bio et c’est pareil pour mon exploitation de safran. Les bulbes que j’utilise ont un certificat français. La récolte obtenue, je la vends au fournisseur de bulbes français. En tant que personne qui a la connaissance des différentes sortes de plantes et du milieu naturel, j’ai toujours préféré les aliments bio. C’est ainsi que tout a commencé”.

De profession ingénieur, Il a tenté sa chance en Allemagne et en Angleterre, pour gagner mieux sa vie. Mais la nostalgie du Rhodope natal le fait retourner au village de Bradvari. Depuis 2014 il se consacre à l’élevage d’abeilles et depuis 2015 il plante du safran. Mais où va sa production de miel bio ?

Снимка

Снимка„J’ai un certificat de production bio seulement depuis l’année dernière. Ensuite, mon miel a été approuvé pour l’exportation en Angleterre sous label bio. Cette première reconnaissance à l'international m’a ouvert d’autres portes et j’ai signé des contrats avec plusieurs grandes compagnies européennes qui exportent sur le marché international”.

Mais au delà de l'intérêt professionnel, Denis Doural a une vision très intellectuelle du monde des abeilles.

„J’aime beaucoup l’histoire! Lorsqu’on se réunit entre amis, nous analysons l’histoire et avons de longues discussions non sans polémiques au sujet du passé. Pour moi, les abeilles racontent notre histoire vivante. Leur mode de vie et de travail reflète la société.Toute la vie dans la ruche est organisée autour de la Reine et je ne cesse d’être émerveillé par la vie familiale et sociale qui se déroule autour. Je passe mon temps à les étudier. Pour moi, les abeilles, c’est un vrai miracle”.

Et il y a une philosophie à en tirer, selon Denis Doural. Les gens, qui s’engagent dans l’apiculture pour l’argent facile ne pourront pas réussir sans investir tout leur être dans leur travail : “Au commencement de l’apiculture se trouve l’amour des abeilles. Ce n’est pas un métier pour ceux qui veulent gagner de l’argent, et si le gain est leur unique motivation, ca ne marchera pas”.

Version francaise: Miladina Monova 

Photos: archives personnelles
Tous les articles

Kaléidoscope des Balkans

Nimetz se dit optimiste après le nouveau tour des pourparlers sur le nom de la Macédoine Après le dernier tour des pourparlers des ministres des affaires étrangères de Grèce Nikos Kotzias et de Macédoine Nikola Dimitrov sur le nom du pays, le..

Publié le 27/04/18 à 10:09

Au marché de Koubrat

Le marché du dimanche à Koubrat, région de Razgrad (Bulgarie du nord-est) n’est pas un simple endroit pour y faire ses courses. Les gens s’y donnent rendez-vous, échangent de l’information, reçoivent des nouvelles sur leurs proches qui vivent à..

Publié le 26/04/18 à 10:56

La conférence sur la formation efficace dans le domaine du numérique a été close par un "Appel à l’action depuis Sofia"

« L’éducation et le développement des technologies du numérique sont parmi les principales priorités de la Présidence bulgare du Conseil de l’UE, a commenté Yassen Gurov, membre de la présidence permanente de la Bulgarie à l’UE. C’est sur..

Publié le 25/04/18 à 13:35