La fête de Sainte Marina, sa source d’eau guérisseuse et le village de Botevo

Photo: svetimesta.com

СнимкаAu monastère Sainte Marina, non loin du village Botevo, entre Dobritch et Varna se trouve la source d’eau guérisseuse qui porte le même nom. Selon les croyance locales, c’est une fontaine guérisseuse où de nombreux pèlerins s’y rendent. La légende raconte que dans le passé, un bey turc à qui appartenaient ces terres décide d’y bâtir un caravansérail. En creusant lors des travaux, il trouve une croix en pierre avec l’inscription Sainte Marina. Alors il décide d’abandonner son projet et lègue ses terres à Letcho, du village Yuchenlii, aujourd’hui Botévo. Plus tard, celui-ci offre le site à l'Église, pour la construction du monastère Sainte Marina. En 1882, près de la source d’eau guérisseuse, les moines construisent une chapelle, deux bains (pour hommes et pour femmes) et une fontaine en forme hexagonale avec 12 robinets. L’ensemble des installations a été financé par des familles de notables des villages autour.

Le 17 juillet, pour la fête de la sainte, le site accueille un des plus grands pèlerinages de la Dobroudja, qui dure trois jours, en commençant par la bénédiction liturgique de la source et en terminant avec des chants et des danses. Jusqu’en 1944, lе lieu était aussi un des plus grands marchés de la région, où se réunissaient de commerçants et artisans de Dobritch, Varna et Choumen. Il y avait des halles couvertes en bois longues de 150 mètres et des présentoirs pour les marchandises, comme il se doit dans un marché. Avec l’arrivée du régime communiste, le marché a été fermé et la fréquentation des bains de Marina interdite. L’eau a été employée pour irriguer les terres des villages voisins. Cependant, les habitants du village le plus proche du diocèse ont continué à honorer la sainte patronne du lieu et depuis 1989 la tradition revit. Chaque année le 17 juillet des gens viennent de partout pour adresser à la sainte leurs vœux de fertilité, santé et protection.

Снимка

Miroslava Petrova est responsable de la Maison de la culture « Avenir » au village Botévo. Elle nous a parlé de la renaissance de cette tradition.

« En 2016 à la fête près de la Fontaine de Marina sont arrivées 2000 personnes. C’est le signe de la renaissance des pratiques traditionnelles et de la volonté des Bulgares de conserver le patrimoine dans son authenticité. Notre localité est spécifique dans la région. A la différences du reste de la Dobroudja, nos villages sont bien irrigués. Autours de Botevo il y a eu des grands vergers et des cultures maraîchères qui attiraient des marchands de partout. Lors de la fête de Sainte Marina, les producteurs venaient au marché pour vendre fruits et légumes. Cette célébration festive /une foire/ qui dure trois jours est aussi dédiée à la récolte de blé et à la fertilité des terres. Le premier jour, le prêtre bénit l’eau des fontaines, ensuite les participants se baignent où se trempent dans l’eau froide pour une meilleure la santé. Au début du 20e siècle ici il y a avait des balançoires, une grande roue, c’était aussi une sorte de parc d’attraction pour grands et petits. Les cirques ambulants s’y rendaient, des artistes présentaient des spectacles ».

Снимка

Mais quelle est exactement l’histoire de la source guérisseuse et que sait-on de la Sainte Marina locale ?

« Nous ne disposons pas de sources écrites sur l’histoire, ni de descriptions de rituels lors des célébrations dans le passé plus lointain. Mais il existe toujours des légendes que nous pouvons raconter. Une d'elles raconte l’histoire des grands-parents qui en partant en voyage pour la ville décident de laisser leur petite fille Marina seule à la maison, même s’ils lui avaient promis de l'emmener avec eux. Âgée de 12 ans, Marina se réveille et en voyant qu’elle était toute seule, décide de partir sur la route pour rattraper la diligence. Hélas, elle se perd dans les bois sur le chemin. Fatiguée, elle arrive à une source d’eau où elle se penche pour étancher sa soif, mais s’y noie. Le lendemain ses grands-parents la retrouvent morte dans l’eau claire de la source. Alors, ils l’enterrent à proximité, en gravant une croix sur la pierre tombale. La légende dit que sur la pierre il était écrit „Ici repose Marina,12 ans“. Depuis ce jour, la source est appelée Source de Marina et les gens ont commencé à se rassembler pour la fête de la sainte du même nom qui progressivement est devenue la sainte patronne céleste du lieu ».

Version française : Miladina Monova 

Photos: svetimesta.com
Tous les articles

Des chants sacrés pour la Journée de la famille chrétienne

En ce 21 novembre, nous célébrons la Présentation de la Vierge Marie au Temple. Originaire de Jérusalem, la fête s'est répandue dans tout l'Orient chrétien puis, du fait de la piété mariale, elle fut amenée en Occident dès le haut Moyen Âge. Comme les..

Publié le 21/11/17 à 12:54
L’Eglise Saint Stéphane, emblème des Bulgares d’Istanbul

Istanbul, la communauté invisible des Bulgares orthodoxes

Il y a des décennies la communauté chrétienne bulgare d’Istanbul était considérable mais avec les années une grande partie quitte peu à peu la Turquie. Certains viennent en Bulgarie, mais la plus grande partie choisissent de partir..

Publié le 19/11/17 à 09:15

Tzépina, la mystérieuse citadelle médiévale des Rhodopes

La forteresse moyenâgeuse Tzépina se situe dans la vallée Tchepinska de la montagne des Rhodopes. Bien que dressée sur un sommet d’accès difficile, les archéologues y entreprennent des fouilles en 1960 et quelques années plus tard, en 1966,..

Publié le 18/11/17 à 08:10