Ekatérina Zahariéva a terminé sa tournée balkanique à Podgorica, dernière escale mais non des moindres…

Photo: BTA

Pour la dernière étape de sa tournée à travers les Balkans, la ministre des Affaires étrangères de la Bulgarie, Ekatérina Zahariéva avait choisi le Monténégro, membre depuis juin dernier de l’OTAN et désireux de faire son entrée dans l’Union européenne. Dans le courant du mois d’août, Ekatérina Zahariéva a visité successivement la Serbie, l’Albanie, la Macédoine et la Bosnie-Herzégovine. Et si elle est arrivée en dernier au Monténégro, ce n’est pas parce que le pays compte moins. Bien au contraire, d’après certains observateurs politiques, le Monténégro a toutes les chances d’être le premier pays des Balkans occidentaux à faire son entrée dans l’Union européenne. A preuve certainement, les échanges intenses entre chefs d’Etat et de gouvernement de nos deux pays ces derniers temps, mais pas que, car ils sont de plus en plus nombreux les Bulgares qui partent à la découverte du Monténégro et vice versa. Ainsi, en 2016, 5000 Bulgares ont passé des vacances au Monténégro, soit 10 fois plus qu’un an plus tôt.

Comme lors de sa visite dans les autres pays balkaniques, la ministre des Affaires étrangères, Ekatérina Zahariéva avait pour mission première de présenter les priorités de la prochaine présidence bulgare de l’Union européenne qui commence le 1er janvier 2018. Et une de ces priorités justement, c’est l’élargissement de l’Europe aux Balkans occidentaux.

Pour mémoire, le Monténégro a entamé ses pourparlers d’adhésion en 2012 et a réussi à clore 3 des 35 chapitres de l’acquis communautaire. 2 autres doivent être ouverts d’ici la fin de l’année. A ce propos, Ekatéria Zahariéva a proposé à son homologue Srdjan Darmanovic d’envoyer à Sofia pour une série de formations des experts de l’administration publique monténégrine, et que des experts bulgares se rendent à leur tour pour un échange de bonnes pratiques au Monténégro afin d’avancer plus rapidement dans les pourparlers d’adhésion à l’Union européenne.

Vu que le Monténégro a rejoint il y a à peine quelques mois l’OTAN, le thème de la défense et de la sécurité de la région a bien entendu été présent aux entretiens. Ainsi, le chef de la diplomatie monténégrine a remercié la Bulgarie pour son soutien, y compris pour l’envoi d’un hélicoptère bombardier d’eau pour éteindre les incendies cet été, soulignant que cette opération était en fait un test du fonctionnement des mécanismes d’entre-aide des pays de l’OTAN. Concernant les tensions entre Podgorica et Moscou, suscitées par le choix du Monténégro d’adhérer à l’OTAN, les deux ministres ont prôné la sagesse, soulignant qu’il ne fallait pas dramatiser et que finalement, ce sujet ne relevait nullement des relations bilatérales. Sur un plan bilatéral justement, il a été convenu qu’après la visite du président Roumen Radev, ce serait au tour de Boyko Borissov d’effectuer le plus rapidement possible une visite au Monténégro.

Au lendemain de son retour du Monténégro, à Varna, Ekatérina Zahariéva a déclaré que l’adhésion des Balkans occidentaux à l’Union européenne n’est pas seulement une des 5 priorités de la présidence bulgare du Conseil européen, mais que ce dossier constitue un des axes de la politique étrangère de la Bulgarie dans une perspective plus éloignée…


Tous les articles

Le rapport de la CE sur la Bulgarie a provoqué des réactions diamétralement opposées au sein des forces politiques

Le dernier, dix-septième rapport de suivi de la CE sur le progrès de la Bulgarie dans le domaine de la justice et de l’ordre intérieur diffusé hier a provoqué des réactions diamétralement opposées au sein des forces politiques. Pour le parti..

Publié le 16/11/17 à 14:29

« Descente » du gouvernement bulgare à Rome

L’attention des observateurs politiques à Sofia a été attirée ces quelques derniers jours par l’activation inhabituelle des relations bulgaro-italiennes. Les 9 et 10 novembre, la vice-première ministre en charge de la réforme judiciaire et..

Publié le 15/11/17 à 14:36
Le débat

La Bulgarie va-t-elle se joindre au PESCO ?

Les États membres de l’UE sont parvenus à un large consensus sur les modalités de lancement de la coopération structurée permanente dans le domaine de la défense /PESCO/, de sorte qu'une décision juridique pourrait être adoptée avant la fin..

Publié le 10/11/17 à 12:39