Kisseltchovo : un village des Rhodopes qui renait de ses ruines

Par:
Photo: artel13.com

Mona Choban est une citoyenne du monde. Ecrivaine de profession, elle a passé sa vie dans de grandes mégapoles – Sofia, Moscou puis Paris. Depuis quelques années, elle a changé de cap et élu domicile dans les Rhodopes, au village Kisseltchovo, situé entre Smolian et la frontière grecque. Elle nous a parlé de sa nouvelle vie et de ce qui l’a décidé de s’y installer une partie de l’année.

Снимка

« Le village est à 1200 mètres d’altitude, il compte 14 habitants et 32 maisons. L’été il est noyé dans la verdure, l’hiver le paysage est blanc immaculé. Ce que j’aime ici c’est le silence et la tranquillité. J’aime restaurer les vieilles maisons, cela est devenu mon occupation préférée et je me sens comblée ».

СнимкаTout commence il y a 7 ans, lorsque Mona se rend pour la première fois au village. Alors elle a déjà le projet d’investir dans la réhabilitation de maisons traditionnelles et cherche son village. Tout de suite elle est séduite par Kisseltchovo. Elle achète plusieurs maisons, dont elle a achevé la restauration avec une équipe de 60 personnes, dont pas beaucoup de professionnels. Ce sont des bénévoles qui travaillent pour le plaisir. « Les gens qui veulent aider et apprendre ne manquent pas, explique Mona ». Les maisons ont été restaurées de manière authentique et Mona les a remplies de meubles et d'objets chinés chez les antiquaires parisiens. Une de ces maisons est son lieu de résidence, une autre qui porte le nom Artel 13 est devenue un centre d’art qui accueille des séminaires et des ateliers d’artisanat. 

Снимка

« Ces ateliers permettent aux visiteurs et touristes venus pour visiter et jouir de la nature d’apprendre à faire quelque chose d’artisanal. Ici, ceux qui le désirent peuvent apprendre de ceux qui ont le savoir-faire. Il y a des ateliers cuisine, de feutrage de la laine et de production de savon naturel. Chaque année le programme est différent, nous essayons de ne pas nous répéter. »

Снимка

La technique de feutrage de la laine permet de réaliser toutes sortes d’objets, tapis et vêtements sans tricoter. Le feutre est un textile non tissé fabriqué par pression et ébouillantage des fibres. Dans le passé, les paysans fabriquaient par ce procédé les selles pour les chevaux et les ânes, mais aussi renforçaient les toits des abris des maisons car la laine brute tassée ainsi résiste à l’humidité et devient imperméable. A la fin de l’été, après avoir tondu les moutons et lorsqu’il fait encore chaud, la laine est lavée à la main et bouillie, ensuite séchée.

Снимка

La mission de Mona est aussi de faire revivre le village tout en conservant son authenticité. Déjà, plusieurs familles sont venues s’y installer attirées par son exemple et ont aussi acheté leurs maisons. A Kisseltchovo, il n’y a pas de téléphone mobile, pas de magasin non plus. Il faut aller au village Smilian pour faire quelques courses, sinon dans la ville de Smolian. En revanche, vous pouvez apprendre à faire le pain, le fromage, les yaourts, selon les recettes locales. Pour l’écrivaine qui vit entre Paris et Kisseltchovo, cette nouvelle vie lui a fait redécouvrir la communication toute simple, en dehors des réseaux sociaux et dans l’émotion du contact humain.

Version Française : Miladina Monova

Photos: archives personnelles et artel13.com
Tous les articles

Kaléidoscope des Balkans

Athènes donne son avis sur le nom de la Macédoine Selon des sources proches des pourparlers d’Alexis Tsipras avec le ministre des Affaires étrangères Nikos Kotzias et l’archevêque Jeronimos, Athènes serait prête à accepter le nom de..

Publié le 23/01/18 à 10:49

Triste constat à l'occasion de la journée de l’obstétrique

Dans le contexte de la forte crise démographique dans le pays et après les constats selon lesquels en 2017 le nombre des nouveaux nés avait été assez bas, soit le moins important depuis quatre décennies, il est temps de nous tourner à nouveau..

Publié le 22/01/18 à 12:45

Une exposition sur les forêts séculaires bulgares s’invite au Muséum des sciences naturelles

Les forêts séculaires bulgares sont en danger, tel est le message que veut adresser à tous les visiteurs une exposition aménagée au Muséum national des sciences naturelles à Sofia, dans un contexte d’actions engagées par les écologistes..

Publié le 22/01/18 à 12:24