Positions communes sur l’avenir des Balkans

Photo: BGNES

Le 3 octobre les premiers ministres bulgare, grec et roumain, Boyko Borissov, Alexis Tsipras et Mihai Tudose, et le Président serbe Alexandar Vucic, ont examiné à Varna des positions communes sur l’avenir des Balkans. La rencontre s’inscrit dans la politique balkanique ambitieuse que mène Sofia et qui est, ces derniers temps, marquée par de nombreux événements. Il y a moins d’un mois, le ministre bulgare des Transports a signé avec son homologue grec un mémorandum réglementant l’élargissement du projet de corridor de transport entre les ports bulgare et grec, le ministre de l’Energie ayant pour sa part mené des entretiens avec ses collègues grec et serbe sur les projets gaziers de la région dans le cadre du dit Corridor gazier vertical entre la Roumanie, la Bulgarie et la Grèce. Hormis la rencontre quadripartite au sommet tenue le 3 octobre toujours à Varna s’est tenue une réunion conjointe des gouvernements bulgare et roumain. Aujourd’hui et demain la ministre des Affaires étrangères, Ekatérina Zakhariéva est à Thessalonique toujours pour une rencontre quadripartite avec ses homologues grec, albanais et macédonien. Cette série de manifestations revêt une importance particulière compte tenu du fait qu’à partir du 1er janvier prochain, la Bulgarie assume la présidence tournante du Conseil européen dont le programme prévoit, entre autres, une rencontre au sommet pour les Balkans.

A l’issue des entretiens tenus hier à Varna, les participants ont déclaré s’être mis d’accord pour que leurs pays engagent une coopération sur un pied d’égalité, dans l’intérêt de la prospérité et de la stabilité dans les Balkans. Le premier ministre grec, Alexis Tsipras, a déclaré de son côté que la coopération réussie dans le domaine énergétique, les transports et la gestion de crises dans le secteur de la sécurité pourrait en effet favoriser la prospérité, alors que le chef du gouvernement roumain Mihai Tudose a mis pour sa part l’accent sur le fait qu’en matière d’énergie et d’infrastructures, les quatre pays devaient agir de manière très coordonnée. Il a été notamment convenu que la Bulgarie, la Grèce et la Roumanie devaient oeuvrer conjointement afin de favoriser la perspective d’adhésion de la Serbie à l’UE.

Le Président serbe Alexandar Vucic a exprimé ses remerciements pour le soutien accordé mais a saisi l’occasion pour déclarer de la tribune de Varna que selon Belgrade, la Commission européenne appliquait, par rapport au problème relatif à l’indépendance de la Catalogne, des standards différents à ceux appliqués concernant l’indépendance du Kosovo. Le dialogue de Belgrade avec Pristina est une condition sine qua non pour la CE en vue de l’adhésion de la Serbie dans l’Union européenne, a rappelé Vucic. Ses reproches ont donné une nuance politique particulière à la rencontre. Il reste à savoir quelle seraient les impacts de ces propos sur les efforts de la Serbie d’accélérer son adhésion dans l’UE. A la différence d’autres rencontres balkaniques, celle tenue hier à Varna ne s’est pas soldée par la signature de conventions dans ce sens, ce qui la rend plutôt informelle. Son importance demeure cependant très grande étant donné que, comme l’a souligné le premier ministre Borissov, ses participants ont adressé un message selon lequel il n’y a pas de grands pays dans les Balkans, tous sont égaux et leurs rapports doivent se développer de manière à ce que la région se transforme en îlot de paix, de stabilité et de prospérité.

Version française : Nina Kounova


Tous les articles

La reconnaissance de la minorité bulgare en Albanie

Le parlement albanais a « rectifié une injustice historique » - c’est en ces termes que la ministre bulgare des Affaires étrangères, Ekatérina Zakhariéva a commenté la loi nouvellement adoptée sur la protection des minorités en République..

Publié le 18/10/17 à 12:23

La Bulgarie pourrait assurer la médiation entre les pays de l’Union européenne

La représentation de la Commission européenne en Bulgarie a organisé un débat sur les défis que la Bulgarie devrait relever à partir du 1 er janvier 2018, lorsqu’elle assurera pendant 6 mois la présidence du Conseil européen. Le forum a été..

Publié le 16/10/17 à 12:12

L’OTAN en mer Noire : un sujet qui fait de nouveau polémique

La semaine dernière, de nouvelles frictions ont oppose gouvernement et opposition au sujet de la présence militaire de l’OTAN en mer Noire. Relayant l’information diffuse par des agences de presse internationales, annonçant la création d’une nouvelle..

Publié le 14/10/17 à 12:00