Des photos font revivre l’histoire du plus ancien parc de Sofia le Jardin Prince-Boris

Photo: Guergana Mantchéva

A l’occasion du 135e anniversaire du Jardin Prince- Boris, la Ville de Sofia a arrangé une exposition de photos en noir et blanc qui retrace l’évolution du parc depuis ses débuts jusqu’à présent. L’espace emblématique de l’ex-café Cristal, un endroit préféré des Sofiotes en centre-ville, accueille les 28 photos d’archives. Elles sont légendées également en anglais. Tout au long des années, le parc a porté des noms différents : à ses débuts on l’appelait la Pépinière, parce qu’il fournissait en plantes verts et en fleurs les jardins publics de la capitale bulgare. Puis il est devenu "le Jardin Tzarigradski", le Jardin Prince- Boris, sous le socialisme il est connu comme le "Parc de la Liberté" pour retrouver de nos jours son appellation de Jardin Prince Boris, parce qu’il a été créé sur l’idée du prince, amateur passionné de botanique et grand amoureux de la nature. Aujourd’hui, le jardin Prince-Boris est classé monument du patrimoine horticole et paysager. Les sites emblématiques, le Lac aux nénuphars, la Salle de lecture en plein air, l’Observatoire astronomique de l’Université de Sofia, l’aire de jeux avec son petit éléphant et sa petite tortue ont fait le bonheur de générations de Sofiotes.


Tous les articles
Séance de promotion du livre

Qui sont les talents oubliés de la Bulgarie?

Ils sont nombreux, les Bulgares qui depuis l’époque de la libération de la Bulgarie de la domination ottomane, ont grandement contribué au développement du pays, mais très souvent leurs noms restent méconnus ou tout simplement oubliés...

Publié le 14/12/17 à 12:40

Le musée régional d’histoire à Pleven invite à voir l’exposition “Reconnaissance”.

  Cette exposition s’inscrit dans le cadre du programme de célébration des 140 ans de l’Epopée de Pleven. Plus de 150 photos, des documents, divers objets, des livres et des tableaux expliquent de quelle manière Pleven marque la journée de la liberté et..

Publié le 09/12/17 à 09:05

"Le camp de concentration Béléné /1949-1987/" - la plus importante étude sur les atrocités du communisme

« Les tortues ont été les premières à se faire manger. Ensuite, les prisonniers passent aux grenouilles et aux couleuvres à collier, aux chiens et aux chats, aux moineaux et aux hérissons…..En 1952-1953 les prisonniers commencent à se nourrir..

Publié le 05/12/17 à 13:00