La municipalité de Sofia recourt à la vidéosurveillance dans la lutte contre les graffitis

Fini l’été, l’automne est arrivé, ce qui n’empêche pas, vu le beau temps, d’avoir envie de se promener en ville. En marchant à travers les rues poussiéreuses et en contemplant les immeubles autour, il n’est pas possible d’omettre la multitude de graffitis de différents héros de dessins animés, peints par des auteurs inconnus confortablement cachés derrière des pseudonymes. L’art des graffitis naît à New-York dans les années 80 du siècle dernier en tant qu’art de la rue – une sorte de protestation contre le système de règles et pourquoi pas contre certaines politiques.

Снимка

СнимкаAu début, les auteurs de graffitis se font poursuivre par les autorités de l’ordre, étant donné qu’une grande partie de l’opinion publique qualifie ce qu’ils font de vandalisme. Les graffitis sur les immeubles endommagent leurs façades et défigurent leur vision originale. Certains d’entre eux font toutefois exception et pourraient même être qualifiés d’œuvres d’art. Un graffiti bien fait se démarque facilement et attire le regard même de ceux qui détestent ce type de dessins. Dans beaucoup de villes européennes, il existe des espaces spéciaux dans lesquels les auteurs de graffitis peuvent s’exprimer librement. СнимкаChaque tentative de faire des graffitis en dehors de ces endroits strictement définis est cependant sanctionnée par d’importantes amendes. La question qui se pose ici est de savoir pourquoi il n’y aurait-il pas en Bulgarie de pareils endroits définis, ce qui éviterait d’effacer tous les graffitis bien qu’il y ait parmi eux de vraies œuvres d’art. Les mesures que prend la municipalité de Sofia dans cette direction ne règlent guère le problème car étant adressées uniquement vers les impacts. En raison des fréquentes plaintes adressées ces derniers temps par des citoyens au sujet de façades défigurées, les conseillers municipaux envisagent  d’engager des poursuites des malfaiteurs à l’aide de systèmes de vidéosurveillance. L’amende pour un tel acte s’élève de 100 à 200 leva et se rapportera même à des « peintres » de moins de 16 ans, étant donné qu’ils sont aussi passibles d'une responsabilité pénale au cas où ils seraient conscients du délit qu’ils ont commis. Hormis la lutte contre les fabricants de graffitis, la municipalité se bat aussi contre les affiches et annonces collées à n’importe quels endroits à travers la ville. La raison réside dans l’absence de suffisamment de colonnes publicitaires. Dans toute la ville, elles sont au nombre de 44 alors qu’il en faudrait environ 800. Des règlements entièrement nouveaux sont aussi nécessaires pour l’activité publicitaire de la capitale, définissant expressément les endroits dans lesquels cette activité est autorisée. Les amendes demeurent toutefois le modèle préféré de sanctions car n’exigeant pas d’investissements dans des frais d’entretien. C’est ainsi qu’on se retrouve dans un cercle vicieux où l’on est toujours coupable quoi qu’il arrive.

Снимка

Dnes.bg

Version française : Nina Kounova

Photos: BGNES

Tous les articles

„Noël dans une boîte”

Cela fait 8 ans que les enfants des écoles bulgares à Munich et Londres organisent à la veille de Noël une campagne de charité sous l’intitulé «  Noël dans une boîte  ». Des ateliers ouvrent leurs portes dans les écoles où les petits emballent..

Publié le 18/12/17 à 12:04

Sofia, c'est une économie en constante croissance et des perspectives de nouveaux investissements

Si nous décidons de questionner les Sofiotes sur les changements qu’ils auraient constatés dans leur ville au cours de l’année écoulée, nous allons très probablement entendre des réponses variées. Pour les passagers dans les transports..

Publié le 15/12/17 à 14:57

Kaléidoscope des Balkans

Le Parlement européen soutient l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’espace Schengen Pendant des débats au Parlement européen seuls les groupes des Conservateurs et Réformistes européens et « Europe de la liberté et de la..

Publié le 15/12/17 à 10:46