La Croix Rouge bulgare facilitera l’intégration des réfugiés en situation régulière

Par:
Photo: redcross.bg

L’intégration des réfugiés et migrants représente un sérieux problème qui sera longtemps d’actualité pour l’Union européenne. L’une des raisons réside dans le fait que l’opinion publique mette un signe d’égalité entre les deux catégories de personnes. Ce qui est faux, car ce sont des groupes de résidants totalement différents. Les uns quittent leurs pays uniquement parce qu’ils le souhaitent, à la recherche d’une meilleure réalisation. Les autres, sont obligés de le faire sous la contrainte, pour fuir les émeutes qui secouent leurs pays. Leur adaptation aux mœurs et au mode de vie européens constitue cependant un défi auquel les pays membres de l’UE n’arrivent pas à faire face. Les réfugiés créent rapidement des communautés compactes, transforment les quartiers qu’ils habitent en ghettos, s'enferment à l'intérieur et commencent à mener une vie suivant leurs propres règles, face auxquelles la police se voit impuissante. Leur refus de prendre en considération les habitudes du milieu dans lequel ils vivent les vouent à l’exclusion sociale. Il convient de souligner que le chemin à parcourir entre cette exclusion et la radicalisation est très court.

Afin que la lutte contre le terrorisme soit efficace, un énorme travail avec ces groupes vulnérables est nécessaire. Raison pour laquelle toute initiative dans cette direction est la bienvenue si ses impacts sont positifs. Guidés par ces convictions notamment, les représentants de la Croix Rouge bulgare (CRB), en partenariat avec l’Agence d’Etat pour les réfugiés et le ministère de l’Intérieur, mettront en place le projet « Assistance à l’intégration ». Son dirigeant Nikolay Todorov explique :

СнимкаLe projet se tourne vers tous les ressortissants de pays tiers qui résident légalement sur le territoire de la République de Bulgarie. Ce sont ceux qui cherchent un asile et ont déposé des demandes à cette fin, mais aussi ceux qui ont déjà bénéficié d’une protection sur le territoire du pays en vertu d’un statut de réfugié ou à titre humanitaire. N’en sont pas pris en compte les travailleurs détachés qui disposent de visas ou bien les jeunes qui sont arrivés en Bulgarie pour faire des études. Nous nous sommes engagés d’assister quelque 1300 personnes.

L’engagement de la CRB se poursuivra au cours de 36 mois, le budget dont elle dispose s’élevant à environ 300 mille euros. Une aide sera accordée aux réfugiés dans les centres d’enregistrement sofiotes et ceux de la région de Haskovo. Celle-ci comprendra des consultations administratives et juridiques, de l’interprétariat lors des rencontres avec les représentants des différentes institutions, un concours pour trouver du travail, ainsi qu’un accès à un médecin généraliste. Sont également prévues des rencontres lors desquelles seront examinés les droits, les obligations et les normes devant être respectés par les personnes cherchant asile en Bulgarie. Une bonne partie des personnes visées souhaitent connaître leurs droits au sein de l’Union européenne étant donné que pour eux le séjour en Bulgarie n’est qu’une solution provisoire – le but final étant les pays de l’Europe occidentale dont les citoyens jouissent d’un niveau de vie élevé. Une partie des réfugiés ont besoin d’aide psychologique car les fantômes de la guerre qu’ils essayent de fuir les poursuivent toujours. D’autres ne peuvent surmonter ce qu’ils ont vécu et vu sur le chemin vers une Europe tellement rêvée. Pendant qu’ils sont en Bulgarie, les ressortissants de pays tiers peuvent bénéficier aussi de cours d’apprentissage de la langue bulgare, leurs enfants jouissant de la possibilité de fréquenter des établissements scolaires. Selon Nikolay Todorov, les enfants scolarisés de familles de réfugiés deviennent de plus en plus nombreux et leur adaptation est plutôt réussie.

La chef du Service pour les réfugiés et migrants au sein de la Croix Rouge bulgare, Mariana Stoyanova a précisé pour sa part que la capacité des centres de réfugiés en Bulgarie est remplie environ 20%. D’après elle, le nombre des personnes ayant obtenu le statut de réfugié résidant sur le territoire bulgare n’est pas stable et même le ministère de l’Intérieur ne dispose pas de données concrètes.

Version française : Nina Kounova


Tous les articles

La Bulgarie n’interdira pas les voitures à essence et au diesel à la différence de l’Angleterre et de la France

Les Bulgares préfèrent conduire des voitures à l’essence et le bonus de 4000 euros pour l’achat d’une voiture électrique ne motive pas les gens à remplacer vite leurs automobiles. C’est un investissement qui est reporté à plus tard. Telles sont..

Publié le 18/11/17 à 11:35

„ Chauds les tricots“ pour les sans-abris

Pendant trois jours un centre commercial de Sofia a accueilli un festival au nom insolite qui en dit long „Chauds les tricots“. Des enthousiastes au grand cœur, passés maîtres dans l’art du tricot, y avaient arrangé leurs doux et chauds «..

Publié le 18/11/17 à 08:55

Kaléidoscope des Balkans

L’ouragan Eurydice a dévasté la Grèce L’île de Symi dans la mer Egée, connue par les touristes comme la Venise grecque, a été inondée par l’ouragan Eurydice. Le port a été recouvert de boue, les dommages causés aux infrastructures..

Publié le 17/11/17 à 10:39