Des scientifiques de l’ABS sonnent l'alarme : 24% de la population est privée de soins médicaux!

Photo: archives

La Loi de finances 2018 a été adoptée par le parlement hier en première lecture. La démarche suivante des députés était de voter la nomination d’un nouveau ministre de la Santé. Le parti au pouvoir GERB a désigné à ce poste le financier Kiril Ananiev. La question de savoir s’il fallait mettre à la tête du ministère de la Santé un docteur ou bien un financier se posait depuis longtemps. Le fait que le cabinet ait décidé de proposer à ce poste un économiste montre indubitablement que toute confiance dans les milieux médicaux est perdue, craignent des administrateurs haut placés du secteur.

Le secteur de la santé en Bulgarie s’approche du gouffre, croit savoir la chargée de cours Zdravka Tonéva de l’Académie bulgare des sciences /ABS/, en se fondant sur une étude nationale effectuée au cours des trois dernières années. Le sujet du projet auquel participent différents scientifiques, médecins, sociologues et analystes s’intitule « Santé, qualité de vie, inégalité ». Les données récoltées auraient cependant stupéfait les médecins de l’équipe de Zdravka Tonéva. Il se serait notamment avéré qu’un quart de la population du pays n’a pas accès à des soins médicaux. Les gens des villages non seulement ne se rendent jamais chez un médecin mais ne s’achètent pas non plus de médicaments. La raison c’est que les pharmacies manquent souvent, les transports pour se rendre en ville étant inaccessibles pour une grande partie des retraités. L’analyse sur l’état de la santé en Bulgarie montre aussi que la principale raison pour son démantèlement réside dans la transformation d’une grande partie des établissements médicaux en sociétés commerciales bénéficiaires.

L’étude de l’Académie bulgare des sciences /ABS/ sur la qualité de vie des Bulgares a été engagée en 2014. Y ont été sondées 2340 personnes de différentes régions du pays. Il en ressort que la tendance de voir l’Etat reporter une grande partie des dépenses pour leur propre santé sur les simples contribuables se poursuit, voire s’approfondit.

Une discussion est menée en ce moment relative à la réforme échouée dans la santé. Les établissements médicaux se sont notamment transformés en sociétés commerciales ne cherchant que le bénéfice. Les petites villes et les villages se sont de ce fait retrouvés dans une situation très risquée. Il est inadmissible que 24% de la population soit privée de quels que soient soins médicaux. Les dépenses que les gens eux-mêmes effectuent pour s’assurer une assistance médicale deviennent de plus en plus importantes. C’est ce qui provoque de fortes inégalités sociales entre les Bulgares. On constate par exemple que les dépenses pour des soins médicaux qu’effectuent les patients des groupes les plus vulnérables représentent entre 50 et 90% de leurs salaires ou retraites. Dans notre rapport nous mentionnons d’autres groupes également pour lesquels les dépenses médicales dépassent largement leurs revenus, les gens se voyant dans ce cas obligés de conclure des emprunts pour assumer les frais de leur séjour à l’hôpital, les consommables et les médicaments, déclare Zdravka Tonéva.

Il y a beaucoup d’intérêts économiques qui s’y mêlent, déplore Bojidar Yovkov, chef du projet. La santé s’est transformée en simple marchandise, le bénéfice est le seul qui compte. Lors des analyses que nous avons effectuées sur le terrain, nous avons constaté d’énormes disproportions entre les dépenses pour des soins médicaux accordés à des patients se trouvant dans des hôpitaux publics et privés. De fortes inégalités sont aussi observées entre les habitants de la capitale et des villages, ainsi que pour ce qui est des différents groupes d’âge. Les adultes sont les plus vulnérables car ne comptant que sur leurs retraites.

Version française : Nina Kounova


Tous les articles

90 % des Bulgares considèrent que les produits alimentaires montagnards sont meilleurs pour la santé

Plus de 60% des Bulgares soutiennent résolument l’introduction du terme de qualité “produit montagnard”, 27 % estiment que cela aura des effets positifs et à peine 3% s’opposent à cette appellation, révèle un sondage national de l’agence AFIS...

Publié le 21/04/18 à 09:05

Kaléidoscope des Balkans

L’UE refuse d’ouvrir de nouveaux chapitres dans les pourparlers avec la Turquie L’Union européenne a rejeté la possibilité d’ouvrir de nouveaux chapitres dans les pourparlers d’adhésion à l’Union de la Turquie. « La Turquie est un pays..

Publié le 20/04/18 à 08:45
 Margarita Stoyanova

Du Centre des produits du terroir, de la tradition qui se perd et des goûts qui survivent

Ce Сentre commercial qu’est-ce qu’il représente au juste? Est-ce bien la grande surface avec ses boutiques de grandes marques et des offices rutilants ? Nullement! Il s’agit tout bonnement de la mise en œuvre d’une idée géniale des producteurs..

Publié le 17/04/18 à 14:12