Les aveugles peuvent trouver leur place dans la vie indépendamment de leur handicap physique

Photo: archives

Quand il a été enfant, il avait peint avec le mondialement connu Christo mais à l’âge de 18 ans deux mois et six jours, sur la table d’opération, les couleurs le quittent à jamais et depuis il vit dans un monde sans images. Aujourd’hui, âgé de quatre-vingt- trois ans, Spas Karafézov soigne tel un père ses frères de destin.

Spas Karafézov dirige le Foyer national de la culture destiné aux personnes aveugles « Louis Braille » fondé par l’éminent compositeur Petko Staïnov, qui marquera son 90ème anniversaire l’année prochaine. Cet établissement est l’unique édition d’œuvres littéraires en écriture « braille » et représente également une bibliothèque nationale disposant de 3000 livres et de 13 mille éditions électroniques. Le foyer de la culture en question non seulement édite les livres mais aussi assure leur livraison à domicile. Son activité est concourue par l’ambassade de Japon et la fondation « Open society ». La création de ce type de livres destinés aux personnes aveugles constitue un processus très cher en raison du papier couteux qui est importé de l’étranger. Malheureusement l’Etat ne subventionne guère cette activité et le foyer de la culture ne compte que sur des sponsors.

Depuis 1944 nous avons commencé à éditer des livres électroniques – avant même que les éditions bulgares n’envoient pas les leurs sur le marché. Tous d’abord nous utilisions le système DOS, depuis 2007, grâce à l’Association de linguistique électronique, nous nous servons déjà du logiciel SppechLab – nous raconte Spas Karafézov. Grâce à ce programme notamment la personne aveugle peut accéder au réseau et se servir du smartphone et de l’ordinateur. Le fichier est téléchargé par un serveur qui fonctionne 24 heures sur 24, le texte se transformant en paroles à l’intention de nos utilisateurs. Il peut être écouté, on peut modifier sa vitesse, chercher les pages respectives, entre autres.

Se servant de display tactile, les aveugles peuvent ouvrir quelconque livre et le lire sans problème. Ces lectures sont cependant très chères et restent de ce fait inaccessibles aux étudiants et aux travailleurs, à la différence de l’Allemagne où elles sont gratuitement mises à disposition de ceux qui en ont besoin. Le nombre des lecteurs de livres écrits en « braille » diminue d’année en année en raison des technologies qui existent déjà mais cette écriture demeure néanmoins un moyen irremplaçable d’éducation et de culture et ceci, surtout quand on veut apprendre des langues étrangères.

La chance de trouver un emploi pour une personne aveugle est insignifiante – poursuit Spas Karafézov. Il existe en effet des programmes financés par l’UE mais leur pourcentage est très bas par rapport aux gens qui en ont besoin. Les moyens de se réaliser sur le marché du travail demeurent donc très limités pour la pure et simple raison que tout ce monde est fondé sur la vue et tous les services sont fournis de manière visuelle. Il convient de souligner également que de nombreuses activités disparaissent carrément en raison de la mise en place des technologies modernes. C’est ainsi qu’ont disparu entièrement des métiers pour lesquels seules les mains suffisaient. L’éducation est toutefois importante dans la mesure où les professions de l’intelligentsia demeurent, voire prennent de l’ampleur. Un enfant aveugle ne doit pas grandir isolé mais doit, dès son plus bas âge, apprendre à se servir de l’ordinateur et du smartphone tactile. Il est important qu’il soit non seulement à la hauteur de ses copains pour ce qui est du degré de son éducation, mais même à un niveau supérieur afin de pouvoir réussir dans la vie.

Spas Karafézov ajoute qu’il y a des jeunes gens très réussis parmi les aveugles – des juristes, des enseignants dans les écoles spécialisées, des créateurs. A l’occasion de leur fête qui est le 13 novembre, il leur souhaite d’être courageux et de bien se préparer à la vie.

S’ils veulent réussir, l’intégration doit partir d’eux-mêmes. Il faut qu’ils s’y préparent et sachent défendre leur dignité. Je pense que chaque personne peut trouver sa place dans la vie indépendamment de son handicap physique.

Version française : Nina Kounova


Tous les articles

Une sculpture des légendaires brasseurs thèques les Frères Prosek attire l’attention des passants

En face de l’entrée de la Télévision nationale bulgare à Sofia, à la place d’une des premières brasseries dans le pays on a déjà installé une sculpture commémorative des frères Jiri et Bogdan Prosek. Les deux Tchèques sont les pionniers brasseurs..

Publié le 19/11/17 à 11:40

Un médecin de Syrie vit et pratique depuis 40 ans en Bulgarie

Un docteur syrien vit depuis 40 ans en Bulgarie et il a sauvé la vie de nombreux patients. Né à Damas, le Dr Haddad a choisi   il y a des années de travailler dans l’hôpital de la ville de Gorna Oriahovitsa au lieu de faire carrière dans une..

Publié le 19/11/17 à 09:15

La Bulgarie n’interdira pas les voitures à essence et au diesel à la différence de l’Angleterre et de la France

Les Bulgares préfèrent conduire des voitures à l’essence et le bonus de 4000 euros pour l’achat d’une voiture électrique ne motive pas les gens à remplacer vite leurs automobiles. C’est un investissement qui est reporté à plus tard. Telles sont..

Publié le 18/11/17 à 11:35