Quand il n'est pas pressé, l'hiver arrive à la Saint André…

Le 30 novembre, l’Eglise orthodoxe bulgare rend hommage à Saint Andréle « Protoklite » ou « Premier appelé » /par le Seigneur/. Il fait partie des deux premiers disciples appelés et c'est lui qui va trouver Saint Pierre, pour le conduire à Jésus.

Etant le premier appelé parmi les apôtres, implore la clémence de Dieu, André : pour qu’il apporte la paix sur terre et apaise les âmes des humains…

André avait un frère, Pierre et tous les deux étaient pêcheurs, et tous deux, ils s’étaient associés à la communauté de Saint Jean Baptiste. Saint André a été le premier évêque de Constantinople et il prêchait la parole de Dieu aux peuples slaves et balkaniques. La légende dit qu’il a été crucifié sous Néron, à Patras en l’an 60. Son supplice aurait été ordonné par le proconsul de la région, dont saint André avait converti l’épouse et qui lui avait offert l’alternative suivante : sacrifier aux idoles ou mourir sur la croix. Ayant choisi le martyre, l’apôtre survécut pendant deux jours, durant lesquels il prêcha à la foule, qui s’indigna et menaça le proconsul de mort. Celui-ci chercha donc à le faire descendre de la croix, mais on ne put le délier et le saint mourut dans une grande lumière.




En ce 30 novembre, tous ceux qui ont pour prénom André, Andréa, Adrien, Adrienne et Parvan ont leur fête…

Dans le calendrier populaire des Bulgares, la Saint André marque le début du cycle des nombreuses fêtes d’hiver. Les croyances populaires en astronomie prétendent aussi que le jour commence à augmenter à compter de la Saint André et que la nuit perd chaque jour une minute. Nos anciens disent encore que Saint André chasse l’hiver et les nuits interminables. Toutes ses croyances trouvent leur illustration dans les coutumes et rituels pratiqués en ce 30 novembre et qui tendent à espérer une riche récolte et une année prospère à venir. Ainsi, tôt le matin, la maîtresse de maison fait bouillir sur le feu une cocotte de blé, maïs, lentilles ou haricots blancs. Et plus ces légumes gonflent, plus la récolte sera abondante. Chaque membre de la famille doit goûter à ce genre de potage, dont on donne aussi aux animaux de la ferme. Une attention spéciale est accordée aux jeunes femmes qui veulent avoir un enfant, elles sont les premières servies, pour que la petite graine prenne racine et fasse un beau bébé. 

СнимкаLe jour de Saint André est aussi appelé « la journée des Ours », les Bulgares se transmettant de génération en génération une légende sur Saint André qui vivait en ermite dans la forêt et qui passait ses journées à labourer son petit lopin de terre. Mais un jour, un ours apparut et se jeta sur son bœuf avant de l’emporter dans sa tanière pour le manger. Et lorsqu’il revint une deuxième fois pour une nouvelle proie, Saint André le captura, l’attela dans la charrue et l’obligea à labourer son champ.

Pour en revenir à la table de la Saint André, elle doit comporter avant tout des céréales /maïs, pois chiches, haricots, lentilles…/, du bon pain, mais pas de matière grasse, car nous sommes en plein carême de Noël. Le grand ethnographe bulgare Dimitar Marinov écrit à ce propos que les coutumes varient d’une région à l’autre. Ainsi, du côté de Nova Zagora, ce sont le blé bouilli et le pop-corn qui sont à l’honneur. A Tétévén, en plus du maïs, on met dans la cocotte des fruits secs et des graines de courge. Enfin à Panagurichté, le repas était entièrement dédié à l’ours, même s’il était parfois considéré comme un prédateur…



Récit : Sonia Vasséva

Photos: archives
Tous les articles

Ephéméride : Saint Théodore

Dans le grand livre des traditions bulgares, le samedi de la première semaine du Grand Carême pascal est appelé le samedi de Théodore puisque en ce jour, l’église orthodoxe bulgare rend hommage au martyre Théodore Tyron qui nous renvoie au début..

Publié le 24/02/18 à 08:00

Quant il y a faute, il y a pardon…

7 semaines avant Pâques, le dimanche, les chrétiens orthodoxes célèbrent le Dimanche du Pardon que nous avons souhaité décoder pour vous, avec les us et coutumes qui le caractérisent. Selon la coutume, la famille se réunit au grand complet autour..

Publié le 18/02/18 à 07:35

Vesselka Tonchéva : „Ce qui compte, c’est de faire pour la Bulgarie !“

C’est une des sommités dans la sphère de l’ethnologie, les us et coutumes traditionnels et l’anthropologie musicale. Son nom est Vesselka Tonchéva et elle travaille à l’Institut ethnographique auprès de l’Académie bulgare des Sciences...

Publié le 05/02/18 à 11:34