Dr Kaloyan Koukov : Les malades du SIDA vivent déjà comme ceux qui ont le diabète, l’asthme et d’autres maladies chroniques

Photo: archives

Grâce au progrès de la médecine au cours des 30 dernières années, aujourd’hui, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA – le 1er décembre, nous pouvons dire que le virus ne constitue plus de menace grave pour la vie de l’homme comme ce fut le cas il y a des années. Le nouveau traitement moderne contrôle l’infection du SIDA et permet même des contacts sexuels, le risque de contamination pour le partenaire ayant fortement diminué. Ce sont les nouvelles conclusions médicales dont nous ont fait part récemment des consultants du Programme de prévention du SIDA financé par le Fonds global de lutte contre le SIDA, la tuberculose et la malaria. D’après les spécialistes, si l’infection est détectée tôt et la thérapie commence tout de suite, elle influence la reproduction du virus. Quand il ne se reproduit pas, le virus « se cache » dans les glandes lymphatiques. C’est ce qui réduit au minimum le risque de sa transmission par voie sexuelle. Selon les médecins, tout dépend de l’état du système immunitaire du patient et du niveau auquel se trouve l’infection, le traitement devant durer traditionnellement de 3 à 4 mois. Pour le traitement du SIDA il est déjà suffisant d’avaler une seule comprimée complexe, déclare la professeure Tatiana Tchervéniakova. Elle explique qu’il existe en ce moment différentes maladies chroniques et aigues très sérieuses dont le malade peut avoir de gros problèmes de santé. Les choses concernant le SIDA ont cependant radicalement changé au cours des dernières années. Lors de la découverte du virus dans les années 80, la maladie avait été jugée aigue et mortelle. Au jour d’aujourd’hui, nous réussissons à combattre l’infection, le patient se trouvant en rémission pour une longue période de temps. On peut vivre avec la maladie du SIDA si cependant le traitement qui est prescrit est strictement suivi, précise la professeure Tchervéniakova.

Selon des données émanant du ministère de la Santé, les cas nouvellement détectés de malades du SIDA s’élèvent à 220 pour cette année uniquement, 260 000 personnes ayant été testées. La tendance des quelques dernières années selon laquelle le nombre des hommes enregistrés comme ayant été atteints du virus du SIDA est supérieur à celui des femmes, demeure. Les données montrent par ailleurs que 12% des malades se droguent. Pour la période 1986-2017 en Bulgarie ont été enregistrées au total 2 694 personnes avec une infection HIV, ce qui représente environ 1% de la population et ne devrait pas être inquiétant.

Les gens qui ont été contaminés ont toujours peur d’aller voir un spécialiste. C’est ce qu’a déploré le Dr Kaloyan Koukov de l’hôpital Ste Marina. Il souligne avoir constaté dans sa pratique que le retour de ces patients à la vie normale demande toujours beaucoup de temps.

Cette année encore la Journée du 1er décembre est l’occasion de rappeler les mesures de prévention qui permettent d’éviter l’infection avec le virus du SIDA. Faire du sexe sans risque et ne pas abuser de la drogue demeurent parmi les mesures de prévention les plus importantes. A chaque fois que quelque chose semble pas normal dans le fonctionnement de votre organisme, il est recommandé d’aller voir le docteur. Rappelons en dernier lieu les propos du docteur Koukov selon lesquels la vie avec HIV ne devrait pas différer aujourd’hui de celle avec le diabète, l’asthme ou bien une autre maladie chronique.

Version française : Nina Kounova


Tous les articles

L'Ecole bulgare à Budapest fête ses 100 ans

Ce 25 février, l’Ecole bulgare à Budapest souffle ses 100 bougies. Il y 100 ans en effet, 18 enfants bulgares commencent leurs études dans une seule salle de classe, louée à cette fin. Svetla Kiosséva, l’actuelle directrice de l’école bulgare..

Publié le 25/02/18 à 09:00
Antonio Grancharov, directeur exécutif Workbook​

Un logiciel bulgare facilite la paperasse administrative

Si vous êtes à la tête d’une grande équipe de collaborateurs, vous connaissez les problèmes de la paperasse qui s’accumule de jour en jour, qui se perd ou qu’on oublie d’archiver, faute de temps. Pour y remédier, une société de logiciels..

Publié le 24/02/18 à 09:25

„Printemps balkanique en Blanc et Rouge“ à Milan

Le 25 février, le Musée des cultures à travers le monde à Milan accueillera l’exposition « Printemps balkanique en Blanc et Rouge ». Ayant débuté il y a cinq ans en tant que laboratoire pour la fabrication de marténitsa à l’Ecole bulgare dans..

Publié le 23/02/18 à 14:24