Vassil Petrov et le Big Band de la RNB s’offrent Frank Sinatra à Las Vegas

Photo: archives



Vassil Petrov, le chanteur à la voix de velours et le Big Band de la Radio nationale dirigé par Antoni Dontchev ouvrent la nouvelle saison le 4 décembre avec leur show dans la plus grande salle au Palais National de la Culture. Le spectacle fait revivre l’atmosphère d’un cabaret de la „Cité des anges“ au siècle dernier. L’idée de ce concert est née il y a deux ans à l’occasion du centenaire de la naissance de Frank Sinatra, commémoré dans le monde entier. Le spectacle est le rêve devenu réalité de Margarita Tochéva qui voulait depuis toujours monter un show dans le genre „Las Vegas d’autrefois“ et à laquelle nous devons la production du concert de ce soir. Le rôle clé est confié à Vassil Petrov, que l’on surnomme „ le Frank Sinatra bulgare“.

« Le show fait revivre Franck Sinatra et sa période de Las Vegas au début des années 60 du siècle dernier – dit Vassil Petrov. – C’est l’époque du renouveau dans le showbiz et le rôle  de Sinatra et de sa compagnie – la Bande des Rats comme on les appelait – Dean Martin, Sammy Davis Jr., Peter Lawford et Joey Bishop. Ils étaient des artistes complets – comédiens, chanteurs, danseurs … „ The Rat Pack“ fait la pluie et le bon temps dans le monde du showbiz de l’épоque. C’est dans ces années que le corps de ballet s’invite sur scène et devient partie du spectacle. Nous avons aussi des danses dans notre show. Bruce Johnson un ami américain à moi et baryton- basse exceptionnelle est notre guest star. Nous chanterons en duo  un air de Ol' Man River – une des premières comédies musicales de Jerome David Kern et d’Oscar Hammerstein II. Il y aura aussi une chanson spécialement dédiée à Las Vegas et d’autres pièces inédites. Par ce spectacle je voudrais attirer l’attention du public sur une période emblématique du show business. »

Vassil Petrov a dévoilé aussi quelques titres dont le public se régalera ce soir, des standards de Frank Sinatra - My way, Fly me to the moon, Come fly with me, Something stupid, New York, New York… Et bien d’autres encore, il y aura du swing, des ballades de jazz et de la bossa nova. La chorégraphie est l’œuvre du tandem Stanislava Gotchéva et Ani Gantchéva, la mise en scène de Roumen Grigorov et d’Alex Bornaz.

Version française Roumiana Markova


Tous les articles

Constantin Kostov, entre "Jazz Migrations" et "Consolation"...

C’est un pianiste de jazz bulgare qui vit et travaille depuis de longues années à Munich, où il enseigne à la « Hochschüle fur Musik und Theater » /Ecole de Musique et de Danse/. Il se produit en concert dans de nombreuses villes d’Allemagne et..

Publié le 16/06/18 à 08:00

Les réseaux sociaux, la voie royale du succès pour les nouvelles stars de la chanson

Le déficit de spécialistes, l’absence de motivation pour intégrer certaines filières de l’enseignement est un problème préoccupant. La raison première pour ce désamour tient au fait que malgré les aptitudes maîtrisées par les étudiants, ayant..

Publié le 06/06/18 à 09:30

Les enfants ne font pas confiance aux yeux qui mentent

Enseigner est une vocation, dictée par l’amour des enfants. Etre enseignant ou médecin, c’est prendre soin de ce monde et penser à son avenir… Ces mots appartiennent à Milka Mitéva, pédagogue et pianiste dont les élèves ont..

Publié le 25/05/18 à 11:13