Rétrospective 2017 : les Bulgares se disent plus heureux, mais restent fidèles à leur esprit de contestation

A quelques jours de la fin de l’année, l’heure est aux bilans et autres rétrospectives. Et justement, l’Institut de sondages TREND a été parmi les premiers à révéler ce que pensent les Bulgares de l’année qui s’en va et quelles sont leurs attentes pour 2018. Ainsi, près de 60% de nos compatriotes se disent plutôt heureux, même s’ils restent tout aussi mécontents de leur niveau de vie et surtout de leurs revenus qu’ils trouvent insuffisants. L’étude va encore plus loin, en révélant une corrélation entre le bonheur et l’âge de la personne interrogée. Ainsi le bonheur est surtout propre aux jeunes, alors que le nombre des heureux diminue chez les seniors…Bien évidemment, le bonheur est aussi réservé aux personnes plus instruites et surtout, plus fortunées.

Et puisque nous avons aussi évoqué l’esprit de contestation qui est le propre des Bulgares, 60% des personnes interrogées se disent mécontentes de leur niveau de vie. Pire, 54% ne voient aucune amélioration de leurs conditions de vie en 2018. Il y a quand même des optimistes, mais ils ne représentent que 21% des personnes interrogées, et comme on peut s’y attendre, ils ne font pas partie de la catégorie des plus de 60 ans. Les pensées positives sont de mise chez les 18-39 ans, contrairement à leurs aînés.

L’étude se focalise également sur le lieu de travail et l’emploi en général. Ainsi 8% seulement pensent qu’un de leurs proches est menacé de licenciement ou qu’il risque de se retrouver sur la paille. Toujours est-il que l’Institut TREND tient à préciser que 37% des personnes sondées ne travaillent pas, et qu’ils sont majoritairement à l’âge de la retraite.

Autre conclusion, un Bulgare sur 5 dit avoir un compte épargne, et deux Bulgares sur 5 affirment qu’ils vivront tout à fait confortablement avec un revenu entre 500 et 1000 euros par mois. Pour un quart des habitants de la capitale, où les salaires sont les plus élevés, le revenu mensuel confortable est établi à 1250 euros/mois au moins.

Dernier constat de l’étude de l’Institut TREND, en cas de problèmes liés à leur sécurité personnelle, plus d’un tiers des Bulgares se tourneraient plutôt vers leur famille et leurs proches, que de rechercher de l’aide auprès de la police qui est quand même créditée de 58% de la confiance des Bulgares.


Tous les articles

Tchavdar Tchotov – le maître des bicyclettes magiques

Rappelez-vous l’histoire du Petit Prince qui apprend au renard ce que signifie tisser un lien : « Aujourd'hui, tu n’es pour moi qu’un petit garçon qui ressemble à des milliers d’autres. Et je n’ai pas besoin de toi. Toi, non plus,..

Publié le 20/10/18 à 08:30

Ne manquez pas la fête des marrons au village de Bréjani!

Réservez la date du 20 octobre pour une fête spéciale des marrons dans le village de Bréjani à proximité de la ville de Simitli. C’est la 9e année de suite que l’association « Hommes et traditions » et les habitants du village organisent ce..

Publié le 20/10/18 à 07:30

Nadia Kojouharova : La traite d’êtres humains et l’exploitation de personnes ne pourront être limitées sans que ne soient infligées des peines de prison graves

De plus en plus fréquemment, la traite d’êtres humains est appelée « l’esclavage moderne ». Aujourd’hui quand est marquée la Journée européenne de la lutte contre la traite d’êtres humains (le 18 octobre) des responsables de l’ONU constatent..

Publié le 18/10/18 à 14:48