L’Eglise de fer bulgare „Saint Stéphane” à Istanbul fête ses 120 ans…

C’est une église qui incarne les luttes d’indépendance religieuse et spirituelle des Bulgares, qui ont commencé dans les années 30 et 40 du XIXe siècle. Construite entièrement en fer à la fin du l’église orthodoxe bulgare« Saint-Stéphane » se trouve dans le quartier du Fener (Phanar). Un bel exemple d'architecture métallique et la seule église orthodoxe au monde construite en fer. Elle est haute de 15 m, avec un clocher projeté à 40 m vers le ciel, pèse 500 tonnes et couvre une superficie de 500 m². Du point de vue architectural, c’est une basilique cruciforme à trois nefs, riche en ornements, façonnés entièrement en fer forgé. Son autel est tourné vers le Golfe de la Corne d’or. De style néo-classique et néo-baroque, l'église est faite de structures d'acier recouvertes de plaques de tôle et de fonte, maintenues par des boulons et des soudures. Elle est richement décorée de fer forgé. Son joli clocher se dresse avec grâce et domine l’ensemble architectural.


L’église de fer est construite à la fin du XIXe siècle, lorsque la colonie bulgare à Constantinople compte 50 000 âmes. En 1849, le prince bulgare Stéphane Bogoridi, haut fonctionnaire ottoman, qui n’avait pas perdu sa conscience nationale bulgare, fit don de sa propriété, située au quartier du Phanar, pour les besoins religieux de ses compatriotes.

Снимка

Le 17 octobre 1849, un firman /décret/ du Sultan donna l’autorisation aux chrétiens de posséder leurs temples. Le premier étage de la maison en bois de Stéphane Bogoridi fut transformé en une chapelle, inaugurée le 9 octobre 1849. Plus tard, elle donna lieu à une modeste église nommée « Saint Stéphane », saint protecteur du donateur Stéphane Bogoridi – et fut connue comme l'Eglise en bois.

En 1850, les deux constructions en pierre dans la cour de l’église sont démolies. 1850, les deux maisons en pierre furent démolies. On bâtit avec leurs matériaux une annexe de trois étages qui servit d'abord de couvent, avec 25 pièces toutes orientées vers la Corne d'Or. Ce bâtiment devint le berceau du mouvement religieux et du renouveau national. Il fut, plus tard, le siège de l'Exarchat bulgare qui resta à Istanbul jusqu'à la guerre balkanique de 1912. Le bâtiment abrita un hospice, un séminaire religieux, une rédaction et une imprimerie où l'on imprima plus de vingt journaux et revues. Une école bulgare« Saint Cyrille et Méthode » y fut inaugurée en 1857.

СнимкаLe 25 juin 1890, un nouveau décret du Sultan autorise l’Exarchat bulgareà ériger une nouvelle église sur l’emplacement de l’église en bois. La première pierre est posée par l’Exarque Joseph Ier le 27 avril 1892. Le projet fut confié à l'architecte arménien Hovsep Aznavour, qui proposa une ossature de métal plus légère que le béton armé, le sol n'étant pas assez résistant. La société autrichienne R. Ph. Wagner remporta le concours international pour la fabrication des pièces préfabriquées de l'église. Ces pièces furent transportées à Istanbul par bateau en passant par le Danube et la mer Noire.

L’assemblage prit un an et demi et fut terminé en 1896. De style néo-classique et néo-baroque, l'église est faite de structures d'acier recouvertes de plaques de tôle et de fonte, maintenues par des boulons et des soudures. Elle est richement décorée de fer forgé. L'intérieur venait aussi de Vienne – des colonnes corinthiennes, des anges, des motifs floraux soudés ou arrimés par des boulons. Le style de l'intérieur porte l'influence de l'Art nouveau, dont il est le premier exemple à Istanbul. L'iconostase orthodoxea été commandée en Russie, tout comme les six cloches.

La consécration solennelle de la nouvelle église en fer dédiée à Saint Stéphane a lieu le 8 septembre 1898 par l’Exharque Jospeh Ier. La construction a bénéficié de l'expérience des églises de fer de la seconde moitié du XIXe siècle. Ce type d'église transportable fut une invention britannique pour les colonies anglaises éloignées comme l'Australie. Gustave Eiffel produisit aussi des églises de fer à destination des Philippines et du Pérou.

Dans sa cour se trouvent les tombeaux des militants religieux bulgares Ilarion Makariopolski, Avxenti Velechki, Melati Velechki et Paissï de Plovdiv.

L’année 2018 est celle du 120e anniversaire de la construction de l’Eglise « Saint Stéphane » à Istanbul, qui est toujours considérée comme le monument le plus précieux du patrimoine culturel et historique bulgare en Turquie. En ce 7 janvier, nous assisterons à son inauguration officielle après des années de rénovation et la cérémonie de la consécration sera célébrée par le patriarche œcuménique Bartholomée Ier, primat de l’église orthodoxe à Constantinople, et le patriarche bulgare Néophyte, qui est aussi le métropolite de Sofia. 

Récit : Sonia Vasséva
Crédits photos: Agence BTA, Agence BGNES et Fondation "Eglise orthodoxe bulgare "Saint Stéphane" à Constantinople

Lire aussi
L’Eglise Saint Stéphane, emblème des Bulgares d’Istanbul

Istanbul, la communauté invisible des Bulgares orthodoxes

Il y a des décennies la communauté chrétienne bulgare d’Istanbul était considérable mais avec les années une grande partie quitte peu à peu la Turquie. Certains viennent en Bulgarie, mais la plus grande partie choisissent de partir..

Publié le 19/11/17 à 09:15
Tous les articles

Les Bulgares sont à l’avant-garde de l’aviation de combat

Le saviez-vous ? Un des premiers vols de combat au monde a été effectué par des pilotes bulgares. L’exploit est entré au panthéon de nos valeureux militaires et créé l’événement en Europe, parce que jusqu’en 1912, l’Italie a été le seul pays à..

Publié le 16/10/18 à 14:46

La bienheureuse et pieuse Sainte Parascève /Petka/ est une des saintes les plus aimées et vénérées non seulement en Bulgarie, mais dans toute l’orthodoxie.

La bienheureuse Parascève, appelée encore Petka de Bulgarie est née au XIe s. à Epivates sur les rives de la mer de Marmara. Elle mène une vie pieuse et à sa mort ses reliques deviennent symbole du combat pour la sauvegarde de la culture..

Publié le 14/10/18 à 07:50
La vice-ministre de la Culture, Amélia Guéchéva, Christo Popov, son Excellence Grigorios Vasilokonstandakis et Polyxéni Adam-Vélény à l'inauguration de l'exposition

Une exposition témoigne de la coopération entre des archéologues bulgares et grecs

Une exposition a été inaugurée au Musée archéologique de Sofia qui est intitulée « Grèce-Bulgarie : Ponts culturels de progrès et de développement ». Il s’agit de 11 affiches qui illustrent la coopération transfrontalière entre les deux pays..

Publié le 12/10/18 à 11:28