Ekatérina Zakhariéva : "Ce n’est que par le dialogue que sera rétablie la confiance dans l’idée européenne"

Photo: MAE

Dans un entretien accordé à l'Agence de presse bulgare BTA, la vice-première ministre et ministre des Affaires étrangères Ekatérina Zakhariéva a déclaré que dans le contexte du Brexit et de l’euroscepticisme, les présidences à venir du Conseil de l’UE, y compris la présidence bulgare qui débute demain à Sofia, se devaient de rétablir la confiance dans l’idée européenne. Ceci ne pourrait se produire que par le biais d’un dialogue qui se tienne aussi avec ceux qui ont déjà perdu l'espoir d'une Europe unie. Nous devons donner le ton et commencer à nous écouter, est catégorique Ekatérina Zakhariéva.

A la question de savoir comment a été l’année 2017 pour la Bulgarie sur le plan de la politique étrangère, Ekatérina Zakhariéva l’a jugée plutôt intense et réussie. Au début de 2017 on parlait moins à l’Ouest d’un élargissement de l’UE mais après que nous ayons évoqué parmi nos priorités l’intégration des Balkans occidentaux, cette dernière s’est transformée en cause commune pour toute l’Europe, dont parlent aujourd’hui Jean-Claude Juncker, Fédérica Mogherini et de nombreux autres leaders européens. C’est un grand succès pour la Bulgarie car c’est un des rares cas dans lesquels des questions d’importance nationale pour la Bulgarie font l’objet d’une discussion au niveau de l’Union européenne, a souligné Zakhariéva.

Parmi les plus grandes difficultés rencontrées en 2017, la ministre des Affaires étrangères a évoqué les négociations en vue de la finalisation du Traité d’amitié avec la République de Macédoine. Des deux côtés de la table étaient assis des amis, déterminés à ouvrir une fois pour toutes une nouvelle page dans les relations des deux Etats. Cette page est déjà un fait – pour la première fois en Macédoine se sont tenues des élections lors desquelles ceux qui traditionnellement menaient une campagne anti-bulgare ont perdu dramatiquement, a-t-elle souligné.

Les Balkans occidentaux doivent être intégrés dans la communauté européenne. Les pays de la région font preuve d’une bonne volonté à ce sujet, alors que c’est à nous de montrer que leur intégration dans l’UE est importante également pour tous les autres Etats-membres. Chacun des six pays se trouve à une étape différente pour ce qui est du respect des conditions requises en vue d’une intégration dans l’UE, mais ne doit être jugé que sur la base de ses propres mérites, estime aussi Zakhariéva.

A la question de savoir si l’espoir de la Bulgarie d’adhérer à l’espace Schengen avant la fin de sa présidence tournante de l’UE est réaliste, la ministre déclare ne pas pouvoir dire catégoriquement si ces délais sont en effet réalistes, mais se dit toutefois optimiste que cette adhésion puisse se faire avant la fin de l’année. On s’attend par ailleurs à ce que soient initialement supprimées les frontières aériennes et maritimes de l’espace Schengen, ce qui signifie que les Bulgares ne seront contrôlés qu’à leur unique frontière terrestre qui est celle avec la Grèce.

Il y a encore des pays qui prétendent que la place de la Bulgarie et de la Roumanie n’est pas dans Schengen, mais au cours des derniers votes au Parlement européen, il a été constaté que le nombre des sceptiques baisse. La Commission européenne persiste à dire depuis longtemps que les deux pays doivent y adhérer, ce qui est d’ailleurs l’avis également de tous les grands groupes du Parlement européen, a ajouté dans son entretien à la BTA la ministre des Affaires étrangères Ekatérina Zakhariéva.

Version française : Nina Kounova

Tous les articles

Les gants de Miléna Stéfanova, un vrai bijou sur les mains de chaque femme

Miléna Stéfanova se lance dans le tricot dès l'école en apprenant ce métier de sa grand-mère et de sa mère. Son amour pour les belles choses se renforce au fil des années et se transforme en beaux sacs tricotés dont la plupart Miléna offre à..

Publié le 18/01/19 à 15:15
Снимка: архив

Les associations écologiques mettent en garde contre une catastrophe écologique à la frontière bulgaro-serbe

La pollution de la nature et de ses ressources au profit d’intérêts privés constitue un gros problème qui préoccupe depuis des années la population de part et d'autre de la frontière bulgaro-serbe. Des écolos et des hommes publics des deux..

Publié le 18/01/19 à 13:23
Снимки: БТА и БГНЕС

Le problème de l’inclusion des Roms en Bulgarie, toujours en suspens

Au cours des quelques derniers jours, au climat de contestation lié à la construction de routes, l’acquisition de nouveaux avions de chasse pour l’armée de l’air, entre autres, s’est également joint le problème des Roms. Une fois de plus,..

Publié le 16/01/19 à 13:37