Les poupées de Maria – tradition et magie qui provoquent le sourire

De la magie, du travail quotidien et de l’amour pour tout ce qui est bulgare ne sont qu’une partie des ingrédients que contient la recette de Maria Robéva de la ville de Gorna Oriahovitsa (nord) pour la fabrication de poupées de tissue qui réjouissent les Bulgares ici et ailleurs. L’art appliqué l’attire et elle s’en occupe depuis déjà plusieurs années, mais après avoir fabriqué la première poupée en tissue, cela la passionne au point de devenir un jour sa principale occupation :

Je voudrais faire beaucoup plus que je n’en fais pas et je cours après le temps. Je m’inspire facilement et toute chose simple peut devenir ma muse. J’aime toutes les poupées que j’ai créées, toutes me sont très chères. J’y ai laissé tout mon cœur et mon plus grand amour. Si à des moments une d’entre elles me semble plus belle que les autres, plus réussie, la suivante devient encore meilleure, nous raconte la créatrice.

Снимка

СнимкаSes petites héroïnes sont fabriquées en matières naturelles souvent tissées à la main, y sont utilisés aussi bien le coton que la laine et bien évidemment la dentelle. Petits et grands les adorent.

Mes poupées ne sont pas toujours habillées en costumes folkloriques. J’en ai fait pour des occasions différentes. Je peux les répartir en catégories – par exemple des jeunes mariés, un couple romantique, pêcheur et chasseur, footballeur...Viennent ensuite les créatures magiques comme la Fée des dents, les petits anges, les sorcières et beaucoup d’autres. Ce qu’elles ont en commun c’est leur mission. A travers mes poupées je prie pour le bien, pour l’amour et le bonheur des gens. Leur mission consiste à provoquer des sourires car je pense que le monde a besoin d’eux. Aussi bien les enfants que les adultes les aiment bien, chacun à sa manière. Les adultes apprécient plus ma maitrise, les enfants n’y voyant que la magie. Pour les gosses, ce ne sont que de petits bonhommes magiques qui les taquinent, leur sourient et ne sont que des jouets qui diffèrent légèrement des leurs…

СнимкаLes petits bonhommes adorent les voyages. J’ai des poupées en Suisse, en Suède, en Pologne, en Slovaquie, en Italie, aux Etats-Unis, au Canada et encore et encore…J’ai des clients qui ne me disent pas où vont partir les poupées qu’ils commandent. Dans la plupart des cas, je suis toutefois au courant de leurs futurs voyages et je sais qu’elles vont y être heureuses et vont aussi réjouir nos compatriotes qui sont loin de leur pays.

Depuis quelques années j’apprends aux tout petits de faire des jouets en laine. Je leur apprends à coudre, mais le plus important c’est que je leur apprends à créer. Pour chaque enfant la poupée qu’il vient de créer est toujours différente de celles qu’il possède à la maison. Celle-ci est nouvelle, unique, faite selon son goût et très précieuse. Pendant que nous cousons, je parle aux enfants des traditions et métiers bulgares, des créatures magiques du folklore bulgare. Il est très important que les enfants connaissent et n’oublient jamais leurs racines afin de pouvoir ainsi conserver l’esprit bulgare. La plupart de mes poupées sont toutefois habillées en costumes folkloriques car je veux qu’on connaisse et qu’on respecte les traditions bulgares. J’en ai pour le moment surtout des poupées natives des Rhodopes et de la Thrace. Je rêve d’en faire aussi d’autres qui représentent les traditions des autres régions bulgares. Mais les rêves ne se réalisent pas d’eux-mêmes, il faut les suivre inlassablement, malgré tout. Je n’arrête pas de rêver, je n’arrête pas de travailler pour que le miracle se produise chaque jour !

Version française : Nina Kounova

Photos: archives personnelles

Галерия

Tous les articles

L’histoire passionnante de la photographie bulgare : entre les premiers rêves et les sommets professionnels

Le rêve de l’humanité d’immortaliser des scènes de la vie sur un écran sensible à la lumière date du V- IVe siècle avant Jésus-Christ si pas plus tôt. De nos jours on trouvera rarement quelqu’un qui ne s’émerveille pas et qui ne prenne pas du..

Publié le 19/01/19 à 08:50

Les gants de Miléna Stéfanova, un vrai bijou sur les mains de chaque femme

Miléna Stéfanova se lance dans le tricot dès l'école en apprenant ce métier de sa grand-mère et de sa mère. Son amour pour les belles choses se renforce au fil des années et se transforme en beaux sacs tricotés dont la plupart Miléna offre à..

Publié le 18/01/19 à 15:15
Снимка: архив

Les associations écologiques mettent en garde contre une catastrophe écologique à la frontière bulgaro-serbe

La pollution de la nature et de ses ressources au profit d’intérêts privés constitue un gros problème qui préoccupe depuis des années la population de part et d'autre de la frontière bulgaro-serbe. Des écolos et des hommes publics des deux..

Publié le 18/01/19 à 13:23