Nouvelle interprétation artistique du passé et de la vie contemporaine dans l’exposition de Huben Tcherkélov

Jusqu’au 11 mars est ouverte à Sofia l’exposition de Huben Tcherkélov, peintre bulgare travaillant aux Etats-Unis. C’est sa première exposition en Bulgarie depuis 18 ans et elle est organisée sous le patronage d’Ekatérina Zakhariéva, ministre des Affaires étrangères de la République de Bulgarie. L’exposition est accueillie par le Musée d’art contemporain–Arsenal de Sofia, auprès de la Galerie nationale des Beaux-Arts.

Son intitulé, « Trésor », est assez éloquent, le peintre ayant notamment en vue les différents sens du terme qui, en fonction de la place de l’accent pourrait être interprété comme « propriété, appartenance, mais aussi comme trésor ». Huben Tcherkélov y expose des toiles sur lesquelles sont interprétés des tableaux de grands peintres bulgares comme Markvitchka, Anton Mitov, Yaroslav Vechin, Ivan Milev, représentés sur de vieux billets de banque. Il est logique d’adresser au peintre la question de savoir s’il se sent inspiré par l’argent en tant qu’une sorte d’art.


Pas tellement en tant qu’art, mais plutôt en tant que symbole de l’espoir dans la valeur des choses – est catégorique Tcherkélov.

Les tableaux en question sont présentés sur de vieux billets de banque. C’était important pour moi, pas tellement pour les œuvres elles-mêmes. Au tout début du 20ème siècle il avait été décidé de les mettre sur des billets de banque. J’ai donc pris ces images et les ai rendues sur la toile en les transformant à nouveau en tableaux.

Slava Ivanova, directrice de la Galerie nationale des beaux-arts, rappelle que l’année 2018 est proclamée Année européenne du patrimoine.

Tout à fait logiquement « Trésor » est en rapport avec cet aspect de la protection du patrimoine car il me semble bien que Huben est sur ces ondes. Il ne cesse d’analyser à sa manière et nous surprend ici par une exposition qui est très imagée et de plus concerne de près le patrimoine culturel bulgare. Une partie des tableaux que vous y verrez ne viennent pas uniquement des images sur les billets de banque mais sont aussi des œuvres appartenant à la Galerie nationale des beaux-arts. Le contexte de cette exposition est donc très riche, très large et composé de plusieurs couches.


Dans l’allocution d’ouverture de l’exposition de la ministre Zakhariéva il est dit que : Il est très important que cette exposition ait lieu dans le cadre de la présidence bulgare du Conseil de l’UE car par de pareils événements nous sommes en mesure de montrer un autre visage de la Bulgarie. Et c’est ce visage notamment qui nous rend fiers. C’est lui qui non seulement conserve mais également diffuse les meilleurs messages de notre pays selon lesquels nous autres Bulgares sommes talentueux, laborieux et contribuons sensiblement au développement de la culture et des arts en Europe et à travers le monde.

Huben Thcerkélov se tourne vers le passé en utilisant notamment les billets de banque sur lesquels sont représentées des œuvres d’art qui, pendant les années 20 du XXème siècle avaient représenté de l’art contemporain – déclare de son côté Nadejda Djakova, commissaire de l’exposition. Celles-ci avaient été précieuses pour leur temps et nous constatons aujourd’hui qu’elles continuent à l’être dans l’histoire de l’art. C’est ainsi que le peintre pose une question très importante et qui est celle de savoir où se trouve l’art contemporain aujourd’hui, fait-il toujours partie de notre histoire et quel est son avenir ?


Huben Tcherkélov est né en 1970 à Kardjali. Depuis 2000 il vit et travaille à New-York. Selon les critiques, ses œuvres représentent une très originale mixture de traditions bulgares et de pop art américain. Il dit qu’il est très occupé mais qu’il souhaiterait revenir plus régulièrement en Bulgarie. Je reviens ici au moins une fois dans l’année. Ces expositions représentent des occasions agréables de me déplacer ? J’espère que la prochaine fois j’aurai plus de temps pour voyager à travers la Bulgarie.

Le prochain projet du peintre est intitulé « les 120 visages », mais Huben Tcherkélov ne veut pas encore faire plus de révélations là-dessus.


Version française : Nina Kounova

Photos: sofiaarsenal-mca.org
Tous les articles

La Ville de Sofia donne un coup de pouce à l’art contemporain

Un nouveau programme joliment nommé "En Plein Air " est le dernier-né de la stratégie "Sofia – capitale des arts". Son objectif est d’aider à exposer des œuvres d’art dans les espaces publics. A partir de 2019 la Ville de Sofia envisage d’accompagner..

Publié le 16/08/18 à 14:02

"Maison", le premier roman de Caméllia Kutcher sur le long voyage de retour aux sources

Marseille, ville de brassage culturel et de contrastes s’il en est, est le décor de la rencontre entre François, un garçon de 13 ans et Fatima une belle Algérienne, qui l’aidera à mûrir, à se construire et à comprendre le sens de la vie avant de..

Publié le 11/08/18 à 08:35
Boyan Radev

Exposition au "Palais": chefs d’œuvres bulgares et esprit olympique

Une impressionnante exposition a été inaugurée au « Palais » (la Galerie nationale des Beaux-arts à Sofia). C’est en effet le premier palais des rois bulgares (Alexander Battenberg et Ferdinand) après la libération de la Bulgarie du joug ottoman en..

Publié le 10/08/18 à 12:01