L’Insurrection de Kresna et Razlog, un élan héroïque au nom de la réunification, de la liberté et des droits humains

Cette année, nous commémorerons les 140 années de l’Insurrection de Kresna-Razlog en Macédoine du Pirine (l’actuelle région de Blagoevgrade). Cette épopée est la première tentative des Bulgares, restés en dehors de la patrie libérée pour rétablir la justice, gagner la liberté et s’unir avec leurs compatriotes. 

Au début de 1878, la guerre opposant la Russie à la Turquie est le véritable dénouement des luttes de libération, de la cause de la liberté. L’Empire ottoman est contraint de signer le traité de San Stefano, reconnaissant l’indépendance des terres bulgares, strictement définies dans les limites de l’Exarchat chrétien orthodoxe reconnu par le Sultan. Or au congrès qui tient ses assises en juin et juillet 1878 à Berlin, les grandes puissances se livrent à un morcellement sans vergogne des terres bulgares au nom de leurs intérêts géopolitiques. La Macédoine du Pirine / 32 978 km carrés/ est la partie du territoire bulgare condamnée à rester dans les limites de l’empire ottoman. A l’automne 1878 sont lancés les préparatifs de l’insurrection et le 5 octobre dans le défilé de Kresna est livrée la première grande bataille.

Снимка

La commémoration de l’insurrection débute par une exposition à la Bibliothèque Nationale Saint Cyrille et Saint Méthode en partenariat avec la Ville de Kresna.

Снимка« L’Insurrection de Kresna- Razlog est hélas assez peu connue, injustement d’ailleurs, occultée par l’Insurrection d’Avril et la Guerre russo-turque de libération de notre pays. Or, est elle quelque part le premier acte de naissance de la nation bulgare unifiée ” – a dit la vice-présidente de la République Ilyana Yotova dans son allocution d’inauguration de l’exposition. Et encore: Cet acte héroïque est le point de départ d’un demi-siècle de luttes et d’efforts pour accéder à l’unification nationale, luttes et efforts empreints de patriotisme, de foi et de soif de liberté. »

Les dignitaires de l’Eglise orthodoxe bulgare en Macédoine du Pirine s’investissent à fond dans ce combat. C’est à leur engagement inébranlable que rend hommage dans son allocution Sa Béatitude Serafim, métropolite de Nevrokop:

Снимка« Comme en témoigne cette exposition, à l’origine de cet élan patriotique sont les dignitaires religieux de nos éparchies en Macédoine. Leur ardeur patriotique en a fait le meilleur exemple pour leurs frères bulgares, qu’ils encouragent à faire preuve de dévouement et d’amour du prochain. A cette occasion je salue aussi tous ceux qui ont donné leur part pour commémorer cet acte de dévouement patriotique qu’est l’Insurrection de Kresna-Razlog. »

Nikolay Guéoguiev le maire de Kresna est intervenu à son tour pour exprimer sa gratitude pour l’aide que sa Ville a reçu dans l’organisation de l’exposition: « Kresna est une petite municipalité et son budget est modeste, bien moins important que celui des autres municipalités bulgares plus importantes. Je tiens à le souligner parce que nous sommes extrêmement reconnaissants pour aux collègues de la Bibliothèque Nationale pour la réalisation de ce devoir de mémoire. Nous nous inclinons devant leur générosité qui a rendu possible cette exposition. »

Il y a 140 ans, bien que peu nombreuse la population de la Macédoine du Pirine, regroupée dans des compagnies armées  réussit à tenir en échec six mois durant les forces d’un immense empire.

Снимка« L’Insurrection est considérée comme le point d’orgue de la résistance des Bulgares de Macédoine qui ne s’inclinent pas devant les décisions du congrès de Berlin », dit la directrice de la Bibliothèque nationale Krassimira Alexandrova.Bien qu’elle ait été un échec, cette insurrection, encadrée par l’Organisation interne de Macédoine et d’Andrinople pour la libération nationale et l’intégration à l’Europe libre n’en est pas moins un prélude aux combats épiques des Bulgares de Macédoine. Elle est aussi un des plus longs mouvements armés de libération nationale parce qu’elle se situe entre octobre 1878 et fin mai 1879. »

L’Insurrection de Kresna-Razlog s’est inspirée, à n’en pas douter de l’édification de l’Etat bulgare libre, en l’occurrence la Principauté de Bulgarie, l’actuelle Bulgarie du Nord et la région de Sofia. Les Bulgares de Macédoine voient qu’au nord, leurs frères bâtissent une Bulgarie dans l’esprit de la tradition européenne et du respect des droits de l’homme. Pour eux la liberté viendra 33 ans plus tard, à l’issue de la Guerre des Balkans, une autre épopée marquée par le patriotisme du peuple bulgare, qui une fois de plus étonnera l’Europe et le monde par son courage et son amour légendaire pour la patrie.

Version française : Roumiana Markova 

Photos: BGNES
Tous les articles

Les archéologues poursuivent l’exploration de la colline Trapézitza

Trois équipes d’archéologues démarrent leurs fouilles de la forteresse Trapézitza dans l’ancienne capitale bulgare Véliko Tarnovo. Le ministère de la Culture a alloué 38 mille leva (19 mille euros) à l’expédition. Le prof. Constantin Totev de..

Publié le 19/08/18 à 10:25

Le village Svéjen fête le 150e anniversaire de son espace culturel

Le premier espace culturel d’un village en Bulgarie souffle ses 150 bougies – il est ouvert au village Svéjen qui est situé dans la montagne Sredna Gora, à 68 km de Plovdiv. Le village existe depuis le XIVème siècle, ses premiers habitants étant..

Publié le 18/08/18 à 08:45

Lozenets ou les mystères d’un quartier de Sofia …

“ Certains le comparent à Montmartre, moi personnellement, je lui trouve des ressemblances avec le quartier de Mala Strana de Prague. Mais si vous voulez donner une idée de l’histoire de l’art et les belles-lettres bulgares du début du 20 e..

Publié le 16/08/18 à 12:52