Petite page d’histoire un jour de fête nationale…

3
Photo: archives

La Bulgarie marque le 3 mars sa fête nationale. En ce jour, il y a 140 ans, à San Stéfano, près d’Istanbul est signé un traité de paix qui met un terme à la guerre russo-turque de 1877-1878, et qui permet à la Bulgarie de renaître après 5 siècles de joug ottoman.


Le 3 mars est le couronnement de nombreux efforts et actions courageuses pour une renaissance nationale. Le point d’orgue des combats de libération est certainement l’Insurrection d’Avril 1876. Ce soulèvement national est une illustration de la volonté et de la détermination des Bulgares de s’affranchir du pouvoir du Sultan. Malheureusement, cet acte militant est cruellement étouffé dans le sang et malgré les tentatives de la Sublime Porte Ottomane de minimiser le carnage, la vérité finit par éclater au grand jour. Le journaliste Januarius Aloysius MacGahan, se rend dans les régions où l’insurrection a éclaté et publie son douloureux récit sur les pages du « Daily News » et du « New-York Herald ». Le Britannique William Ewart Gladstone diffuse à une large échelle l’information sur les cruautés inhumaines infligées aux Bulgares. D’autres esprits éclairés prennent la défense de la Bulgarie, dont Otto von Bismarck, Victor Hugo, Dostoïevski, Oscar Wilde, Darwin et Mendeleïev. L’insurrection d’avril a une immense répercussion en Europe occidentale et en Russie, qui prennent conscience de la nécessité impérative de venir en aide au peuple bulgare, un des derniers peuples chrétiens à souffrir de l’oppression politique et religieuse ottomane.

La réunion à Oborichté décide de lancer l'Insurrection d'avril 1876

Dans cette nouvelle crise balkanique, la Russie voit une possibilité de reconquérir ses positions en Europe du Sud-Est, perdues après sa défaite dans la guerre de Crimée. Ainsi le 24 avril 1877, la Russie déclare la guerre à l’Empire ottoman. Plusieurs batailles cruciales sont livrées – celle près de Stara Zagora ou encore l’assaut du col Chipka, les combats de Pléven ou de la Stara Planina. L’armée russe, composée de soldats ukrainiens, biélorusses, finlandais, polonais et russes y laisse des plumes. La Roumanie, la Serbie et le Monténégro sont les alliés de la Russie dans cette guerre. Les volontaires bulgares grossissent les rangs de l’armée russe qui part à l’assaut du col Chipka dans la Stara planina en août 1877. Les hordes turques de Suleyman pacha, qui cherchent à repousser l’armée russe de l’autre côté du Danube, battent en retraite…Bulgares et Russes remportent une victoire historique…

Fin 1877, après une autre victoire historique près de la ville de Pléven, le haut commandement russe décide que du point de vue politique il est important que la guerre prenne fin pas plus tard que l’hiver de 1878. A cette fin, est planifiée une offensive en direction de la Bulgarie du Sud, via la Stara planina, pratiquement inaccessible pendant les mois d’hiver. Même les généraux allemands considèrent que l’opération est plus que risquée. Mais elle réussit, grâce à l’aide de dizaines de milliers de Bulgares qui viennent en aide à l’armée russe. Après une série de combats victorieux, à Sofia, Chipka, Cheynovo et Plovdiv, un traité de paix est signé le 3 mars, mais dans une version préliminaire, en attendant d’être validé par les Grandes puissances qui le révisent quelques mois plus tard lors du congrès de Berlin.


La Bulgarie est scindée en deux – les régions Nord du pays et le département de Sofia entrent dans la Principauté de Bulgarie, alors que les territoires au Sud de la Stara planina donnent lieu à une région autonome au sein de l’Empire ottoman, appelée Roumélie orientale. Les terres comprises dans la Macédoine et la Thrace d’Edirne sont restituées au Sultan. Le regroupement des Bulgares dans un Etat souverain est élevé au rang d’idéal national. Sept ans après la fin de la guerre russo-turque, a lieu la Réunification de la Bulgarie du Nord et du Sud. Au siècle suivant, le pays se trouve entraîné dans plusieurs guerres. Il connaît des périodes de grand essor mais aussi de lourdes déchéances. Toujours est-il que la libération de l’emprise ottomane ouvre la voie de son développement européen. Le pays se dote d’un parlement et d’une constitution démocratique, adoptée en 1879, qui fait de la Bulgarie un Etat démocratique européen.

Récit : Sonia Vasséva

Galerie

Tous les articles

Les préparatifs des Bulgares orthodoxes pour Pâques passent par un pardon mutuel des pêchés

Le dernier jour avant le Grand Carême de Pâques (le 10 mars cette année), soit 7 semaines avant la fête, les chrétiens orthodoxes célèbrent le “Dimanche du pardon ». En ce jour on prononce les paroles suivantes du Christ : « Si vous ne..

Publié le 10/03/19 à 08:00

Une exposition majeure remet à l’honneur les trouvailles archéologiques sur la carte de Bulgarie

“Archéologie bulgare 2018” est le nom de l’exposition qui s’est invitée au Musée de l’Institut national d’archéologie de l’ABS. L’événement, car c’en est un, est le fruit de la collaboration du musée de l’Institut avec 19 autres musées dans le..

Publié le 04/03/19 à 09:10
Защитата на Орлово гнездо на Шипка (худ. Алексей Попов)

Le jour de la liberté : quand les diamants jaillissent des cendres de l’histoire…

Solidarité internationale et diplomatie de l’ombre La Bulgarie marque le 3 mars sa fête nationale. A cette date, il y a 141 ans, à San Stéfano, près d’Istanbul est signé un traité de paix qui met un terme à..

Publié le 03/03/19 à 09:00