"Mémoire des broderies de Sofia"

Vous avez jusqu’au 30 juin pour visiter une exposition qui ne vous laissera pas indifférent, surtout si vous aimez dentelles et broderies. A l’occasion de son 90e anniversaire, le Musée régional de Sofia organise une exposition intitule « Mémoire des broderies de Sofia », présentant toute la gamme de styles et coloris des broderies et autres dentelles fabriquées à la main dans les villages autour de Sofia.

Най-старите запазени образци на софийската шевица

Осемлистни розетиIl s’agit en l’occurrence de modèles datant de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, que nous présente la commissaire de l’exposition, Katélina Pavlova :

СнимкаLes broderies de Sofia sont une partie intégrante de la tradition nationale de l’art de décoration des tissus par ajout d’un motif plat ou en relief, fait de fils simples aux multiples couleurs, agrémentés parfois par des paillettes, des perles, voire même des pierres précieuses…C’est une pièce importante de notre patrimoine culturel et historique, qui se distingue par ses nuances de rouge, du carmin au vermillon, typiques de la région de Sofia et très répandues à la fin du 19e et au début du 20e siècle. Les broderies de Sofia, on les retrouve surtout sur les manches des chemisiers des femmes, entre le poignet et l’épaule, formant des losanges ou des carrés avec des motifs floraux, à l’horizontale ou en diagonale de la manche. Parfois, on peut trouver des rosaces qui évoluent en étoiles à 8 branches, typiques du style de la région de Sofia.

СнимкаUne grande partie des points de croix utilisés à l’époque ne sont plus pratiqués, et il est très difficile de les reconstituer, car les étoffes sont détériorées et il est difficile de deviner par où l’aiguille et le fil sont passés…

Nous utilisons actuellement une vingtaine de points comptés et de points de croix, dont 5-6 sont les plus répandus, explique une des brodeuses Antoinetta Toltoukova, d’après laquelle le point de croix n’est pas typique de la broderie de Sofia où les brodeuses sont attachées à ce qu’elles appellent le « point italique ». Le point de croix ne fait son apparition qu’après la libération de la Bulgarie du joug ottoman et se présente comme un signe de modernité.

Annie Yovéva, brodeuse et styliste, nous donne son interprétation des broderies de Sofia :

Les vêtements noirs sont une nouveauté au début du XXe siècle. Ils apparaissent dès lors que commencent à fonctionner les lycées professionnels où sont formées des jeunes filles, futures apprenties. La couleur noire est influencée par la mode occidentale et les vêtements sont confectionnés dans des matières industrielles, qui ne sont plus tissées à la main. Mais les broderies restent d’actualité, même si elles sont plus sobres et discrètes…

L’exposition „Mémoire des broderies de Sofia“ ne se contente pas seulement de dévoiler les traditions, elle mise également sur les nouvelles tendances et les créations des stylistes contemporains qui revisitent la broderie d’époque…

De nos jours, ils sont nombreux les stylistes de mode bulgaresqui conçoivent des collections de vêtements de sport ou de tous les jours en agrémentant les modèles d’une petite broderie, poursuit son récit Katélina Pavlova. – Et l’on voit apparaître par ci-par-là, les coloris et les figures géométriques des broderies de Sofia. Les losanges occupent une place de choix et sont très appréciés des stylistes, comme par exemple la jeune Moriana Filipova, qui fraye son chemin en Bulgarie et à l’étranger…

Disons pour conclure que les broderies de Sofia ont su préserver leur style et leurs couleurs au fil des siècles. Bien plus, en leur qualité de passeurs de mémoire, elles jettent un pont entre passé et présent, perpétuant le talent des milliers de femmes anonymes mais pleines de talent qui ont mis tout leur cœur et l’habileté de leurs mains dans leurs créations…

Снимка

Récit : Sonia Vasséva

Photos: Dessislava Semkovska

Галерия

Tous les articles

Les enfants passés par les écoles de redressement ne sont pas forcément des criminels

La police a affaire à beaucoup d’enfants qui ne sont pas des criminels, a souligné Blagorodna Makéva, directrice adjointe de Direction générale au ministère de l’Intérieur, dans le cadre de l’événement de clôture d’un projet de prévention..

Publié le 14/12/18 à 13:05

Les automobilistes bulgares dans l’œil du cyclone

La vie devient ces deniers temps de plus en plus dure et avec des « virages » de plus en plus dangereux à négocier pour les automobilistes bulgares. Les impôts sur les voitures  d’occasion – préférées pour différentes raisons par la..

Publié le 14/12/18 à 11:19

Kaléidoscope des Balkans

Skopje : L’intervention de Krassimir Karakatchanov attise l’hostilité, alors que nous aspirons à l’amitié L’intervention du vice-premier ministre bulgare Krassimir Karakatchanov donne lieu à une contra-réponse, ainsi que provoque des..

Publié le 11/12/18 à 12:49