Il y a de tout dans l’herboristerie de Luben Penkov…

Chaque famille a ses recettes de grand-mère pour soigner petits et grands bobos, et dans la plupart du temps il s’agit de décoctions, infusions et autres baumes magiques à base de plantes qui se transmettent de génération en génération…

Luben Penkov est issu d’une famille d’herboristes qui a érige au rang de profession /vocation/ les soins par les plantes. C’est d’ailleurs des grands-parents de son épouse qu’il tient les recettes des bonnes vieilles tisanes et autres onguents qu’il propose dans sa boutique :

Ce savoir-faire, il nous a été transmis par les grands-parents de mon épouse qui étaient de grands connaisseurs des vertus thérapeutiques des plantes médicinales, nous confie Luben Penkov. Ils connaissaient parfaitement les lieux où l’on pouvait trouver tel ou tel simple, ils savaient à quel moment on devait cueillir ces plantes odorantes, comment les sécher, les conserver, les mélanger à d’autres végétaux, pour que leur effet soit garanti, même s’il s’agit quand même d’une médecine douce…Mais c’est ce qui fait sa réputation…A première vue, ces techniques paraissent compliquées, mais en fait il s’agit juste de s’en tenir au protocole de fabrication d’un produit de qualité !

Снимка

Toutes les plantes médicinales proposées par Luben Penkov sont cueillies à l’état sauvage dans la montagne autour de Sliven. Une seule exception, la lavande, qui est cultivée en petites quantités pour de petites commandes. Sinon, ce sont des tonnes de plantes qui passent par ses mains en l’espace d’une année, environ 200 kilos de chaque espèce qui sont présentes dans ses savants mélanges en fonction de la pathologie à traiter. Ainsi plus de 90 plantes entrent dans la composition de ses tisanes contre la toux, le diabète, la sinusite, les calculs rénaux, la prostate, le foie ou entre l’hypophyse. Et pour rien au monde, il n’osera toucher ou modifier les recettes d’origine…

Снимка

Il est parfois nécessaire,  avant de commencer un traitement par les plantes, de consulter son médecin, surtout lorsque la maladie est dans une phase avancée. Mais je suis heureux de constater que de plus en plus souvent, les médecins orientent leurs patients vers la médecine douce, ce qui n’était pas le cas il y a dix ans, lorsque certains d’entre nous étaient considérés comme des charlatans. Et puis, moi-même je remarque que mes clients se fient de plus en plus aux vertus des plantes qui ne peuvent leur faire que du bien… 

Luben Penkov puise également sa science auprès des anciens guérisseurs et herboristes. Il y a 4 ans, il monte sa propre affaire, et l’année dernière il suit un stage de formation et remporte le 3e prix du concours de la Fondation Trust pour une alternative sociale. Avec le chèque de 2500 euros qui lui est remis, il achète un terrain pour y installer son atelier de fabrication et de transformation de ses plantes médicinales.

Et comme nous sommes au début du printemps, voici les conseils de Luben Penkov pour retrouver la forme au sortir de l’hiver et renforcer nos défenses immunitaires :

Le sureau noir est excellent en tisane pour renforcer notre système immunitaire et notre métabolisme en ce début de printemps. Je conseillerais également les orties, en potage ou en purée, très riches en fer…

Récit : Sonia Vasséva

Photos: archives personnelles
Tous les articles

Les visites organisées d’événements culturels permettent de combler l’isolement social des personnes âgées

La fondation Credo Bonum est connue aux habitants des grandes villes en Bulgarie par sa campagne « Livres contre Déchets » qui encourage les gens à ramasser des déchets en plastique et d'obtenir en échange de nouveaux livres d’auteurs..

Publié le 21/07/18 à 08:00

Des enfants dessinent pour leurs camarades nécessitant des soins spéciaux

Du 20 juillet au 5 août les Sofiotes et les visiteurs de la capitale peuvent admirer l’imagination sans bornes et la variété des dessins d’enfants exposés à la galerie Giffed Sofia. Les jeunes peintres ont déjà créé des œuvres pour différentes..

Publié le 20/07/18 à 12:19

Abattage suspendu des troupeaux de la Strandja

Tout a commencé fin juin quand dans trois fermes d’ovins au village Voden, sur le territoire de la municipalité de Boliarovo /Bulgarie du Sud-Est/, sont constatés trois cas de « peste des petits ruminants » (PPR) – dont l’un des animaux est mort..

Publié le 19/07/18 à 14:52