25 années de la découverte des vestiges du complexe Ostroucha

Photo: BGNES

Il y a 25 ans – le 13 avril 1993 l’équipe de l’archéologue Guéorgui Kitov découvrait la chambre centrale du complexe funéraire et du culte sous le monticule d’Ostroucha à proximité de la ville de Shipka. Par ses dimensions et ses plans, le complexe se range parmi les plus importantes découvertes archéologiques dans la Vallée des souverains thraces. Le complexe date du IV-IIIe siècle avant J.-C. et il a fonctionné jusqu'à la fin du 4e siècle après J.-C. Sur une superficie de 100 m carrés il y dans le monticule 5 chambres rectangulaires et une ronde aux murs de dalles de pierre reliées par des supports en fer recouverts de plomb. Le tombeau représente deux blocs de pierre d’un poids total de 60 tonnes. Les ornements sur le plafond représentent des portraits d’hommes, des figurines d’animaux et différentes plantes. Dans le monticule d’Ostroucha on a découvert un squelette de cheval, des armes, un pichet en argent, des décorations d’argent, des pièces de monnaie du temps de Philippe II de Macédoine, de la poterie et d’autres objets de grande valeur culturelle.


Tous les articles
Стойо Крушкин (вторият от ляво, седнал ) и неговият оркестър. Стилтън, Пенсилвания, 1915 г.

Stoyo Krouchkine présente son "Bulgarian Balkan Band"

Stoyo Krouchkine est un des premiers musiciens de la fanfare militaire après la Libération de la Bulgarie. En 1878, peu après le rétablissement des troupes armées, les autorités prennent la décision de créer une musique militaire. Le..

Publié le 13/12/18 à 13:15

La personnalité de Vassil Levski ne cesse de nous surprendre et émouvoir

La découverte d’un jeune conservateur du musée de Karlovo il y a quelques jours a provoqué une véritable sensation pour le public et les experts en histoire, qui étudient la vie du grand révolutionnaire et combattant pour la..

Publié le 13/12/18 à 11:27

Les sceaux à prosphores, élément clé de la divine liturgie et partie inhérente du patrimoine culturel des Bulgares

Le pain est élément sacré et fil conducteur dans la tradition culturelle bulgare, et chaque objet qui s’y rapporte d’une manière ou d’une autre dans sa fabrication et sa décoration dans le but de lui conférer le statut particulier de pain rituel est lui..

Publié le 05/12/18 à 12:40