L’Eglise "Saint Georges" est l’image de la Bulgarie à Edirne

L’Eglise du «Saint et glorieux Martyr Georges » à Edirne est bâtie en 1880 avec l’autorisation du Sultan Hamid II. Le temple est construit dans le style architectural qui est caractéristique de la Renaissance bulgare et représente une basilique à trois nefs avec un très haut plafond. Jusqu’en 1940, les prêtres qui y avaient officié étaient des ressortissants bulgares, après quoi les messes sont célébrées par des prêtres venus d’Istanbul où se situe un autre symbole de l’orthodoxie bulgare qui est l’Eglise « Saint Stéphane ».

En 1951 l’église « Saint Georges » à Edirne ferme ses portes pour les fidèles et l’édifice n’est plus entretenu. C’est à ce moment que s’y manifeste l’un des Bulgares de souche habitant à Edirne Filip Cikiric qui fait des efforts pour entretenir le temple jusqu’au début de sa nouvelle restauration pour laquelle un projet est mis en place en 2001. Après l’obtention de l’autorisation officielle du côté turc, le temple « Saint Georges » à Edirne est rénové et à nouveau inauguré par une cérémonie spéciale le 9 mai 2004.

Снимка

Aujourd’hui, conjointement avec la grande église de la métropolie d’Edirne « Saints Constantin et Hélène », le temple « Le Saint et glorieux Martyr Georges » représente le symbole de la Bulgarie et constitue un centre d’intérêt pour les pratiquants du tourisme du pèlerinage.

Au deuxième étage de l’église restaurée se trouve une petite exposition ethnographique qui parle de la vie de la communauté bulgare dans cette région de la Turquie.

СнимкаBeaucoup de touristes arrivent aujourd’hui à Edirne depuis la Bulgarie, aussi bien des Bulgares que des Turcs. En voyant l’église sur la place, ils ne manquent jamais de s’y rendre, raconte le père Alexander Cikirik qui est prêtre à l’église. Son fils Guéorgui Cikirik fait ses études au séminaire de Plovdiv et le père Alexander espère qu’un jour son fils se consacrera à la même cause que celle de ses ancêtres.

En attendant les festivités du temple prévues pour le 6 mai, le prêtre raconte :

Comme chaque année, ce 6 mai nous allons accueillir beaucoup de fidèles de la Bulgarie, de la Grèce et de la Turquie. Grâce aux bonnes relations entre les deux pays voisins, la Bulgarie et la Turquie, le flux de touriste a sensiblement augmenté. Le 6 mai comme partout en Bulgarie nous faisons entendre de la musique sacrée bulgare et célébrons sur la place devant l’église la fête de la Saint Georges avec tous nos amis venus de près et de loin. Nous célébrons toujours tous ensemble aussi bien les fêtes chrétiennes que musulmanes. Lors de ces fêtes, nous prions tous ensemble pour la paix, l’amour et l’entente.

Version française : Nina Kounova
Fotos: archives personelles

Tous les articles
Снимки: БТА и БГНЕС

Le problème de l’inclusion des Roms en Bulgarie, toujours en suspens

Au cours des quelques derniers jours, au climat de contestation lié à la construction de routes, l’acquisition de nouveaux avions de chasse pour l’armée de l’air, entre autres, s’est également joint le problème des Roms. Une fois de plus,..

Publié le 16/01/19 à 13:37
Снимка: БГНЕС

„Des contes voyageurs“ incitent les gens à ouvrir leur cœur aux enfants des réfugiés

Quand j’étais petite fille, je ne savais rien sur la Palestine et j’étais convaincue que je suis née au Liban. Je me suis cependant aperçue que ma mère avait toujours sur elle une carte d’identité bleue sur laquelle il était écrit « réfugié..

Publié le 15/01/19 à 14:01

„Trois perspectives pour l’avenir de l’Europe unie “

„ L’Europe est à la croisée des chemins, et s’il y a du bon dans une situation pareille, c’est d’avoir la possibilité de choisir entre plusieurs directions possibles. Ce qui n’exclut pas le risque de se tromper et de prendre le mauvais..

Publié le 15/01/19 à 12:49