Le 11 mai, nous fêtons les Ecoles bulgares de l’étranger

Photo: archives

Les écoles bulgares de l’étranger sont des foyers identitaires et patriotiques dans le plein sens du terme. Elles sont synonyme de la volonté de nos concitoyens expatriés de sauvegarder leur langue maternelle et leur culture nationale et bénéficient d’un appui considérable de la part des institutions bulgares. Dans quelque pays qu’elles soient, elles entretiennent vivant le contact avec la patrie, organisent des initiatives multiples dont celle, regroupant  les écoles du dimanche sous le nom évocateur Roses de Bulgarie. L’idée émane du Ministère de l’Education et de la Science  - faire du 11 mai, la fête des Saints Apôtres les Frères Cyrille et Méthode, (inventeurs des lettres cyrilliques) une célébration bulgare à l’échelle mondiale. Au coeur de la fête est le traditionnel khoro bulgare qui fera danser les Bulgares, grands et petits, sur les grandes places des capitales européennes et d’ailleurs - quelque 35 mille de nos concitoyens, installés dans 43 pays des 5 continents.  „ Nous avons déjà reçu plus de 200 vidéos, qui illustrent les préparatifs pour la fête. Notre grand objectif est de faire partager avec l’opinion bulgare les activités de nos écoles du dimanche. Peu de gens savent que tous les jours, 24 h sur 24, dans 273 villes de 43 pays à travers le monde près de 30 mille enfants apprennent à lire et à écrire dans leur langue maternelle“ – dit Denitza Satchéva, vice-ministre de l’Education nationale, qui poursuit :

« A l’étranger nous avons ouvert 328 écoles bulgares du dimanche. Le 11 mai tous ensemble – enfants, enseignants, parents, tous ceux qui ont à cœur la culture bulgare danseront aux sons d’une mélodie interprétée par l’orchestre de la Radio nationale bulgare. A l’issue de la célébration nous réunirons tous les clips que nous feront parvenir les participants pour en faire un long métrage à l’adresse de nos concitoyens dans le monde entier. Pour nous ces écoles ont un rôle de tout premier ordre non seulement pour l’identité nationale, mais aussi pour que les adolescents puissent recevoir une bonne éducation dans leur langue maternelle, mais encore en histoire, en géographie, et le plus important obtenir un certificat, les dispensant d’examens d’admission dans les écoles supérieures bulgares au cas où ils voudraient poursuivre leurs études en Bulgarie. Dans ces écoles sont dispensés des cours pour les futurs étudiants désireux d’étudier en Bulgarie. Ces écoles du dimanche nous sont précieuses  parce qu’elles sont quelque part une porte ouverte à leur retour au pays. Pour l’année scolaire 2009/2010, nous avons accordé une enveloppe de plus de 51 millions de leva (25 millions d’euros) à ces écoles. Notre objectif premier est de les soutenir en tant que foyers vivants de la culture et de l’identité nationale.“

Répétition à l’école "Abécédaire" de Dublin

Six mois durant le ministère de l’Education nationale en partenariat avec les communautés bulgares de l’étranger préparent  la célébration du 11 mai dans le cadre de l’initiative „Roses de Bulgarie“. Les scolaires d’Ukraine sont les plus enthousiastes, un pays qui compte 64 écoles primaires et ils ont même créé un théâtre lyrique du même nom. A Vienne, en dehors de la ronde traditionnelle, les enfants réciteront des poèmes avec à la clé des récompenses pour les meilleurs participants au concours „ Je peux écrire et lire en bulgare“.

Répétition à l’école "Dr Petar-Béron" de Prague

A Johannesburg, en Afrique du Sud, se tiendra un grand rassemblement auquel seront présentés des objets artisanaux et des plats de notre cuisine auxquels mettront la main les enfants des petites classes. Les Bulgares de Montréal ont prévu un défilé de costumes traditionnels. Même au Kazakhstan et au Japon, deux pays dans lesquels il n’y a pas d’écoles du dimanche, nos concitoyens se prendront par la main pour danser et montrer une nouvelle fois leur volonté de se doter de leur propre école bulgare. „ L’idée est de faire sortir les Bulgares et la langue bulgare hors des murs de l’école comme c’est le cas jusqu’à présent “ -  fait remarquer Natalia Mikhalevska qui est en charge de la direction „Education des Bulgares de l’étranger et réseau scolaire“ au ministère de l’Education et de la Science.

Répétition à l’école Ivan-Stanchov de Londres

„Roses de Bulgarie“ s’inscrit dans notre longue collaboration avec les associations des Bulgares de l’étranger et l’Association des écoles bulgares de l’étranger. Avec le lancement du programme „ Langue maternelle et culture à l’étranger“ nous avons réglementé l’ouverture des quelque 340 écoles bulgares du dimanche à l’étranger. Notre objectif est de leur faire sentir l’appui des institutions bulgares. Avec cette publication nous saluons tous les Bulgares de l’étranger et nous les remercions de tout cœur pour leurs efforts. Notre coopération ne se limite pas seulement au financement des écoles du dimanche, le deuxième grand objectif est de populariser la culture, la tradition, l’identité bulgare. Nous voudrions gagner de notre côté des étrangers qui s’intéressent à notre pays, à notre cause, ce sera en fait notre apport à l’Année européenne du patrimoine culturel » – dit en conclusion Natalia Mikhalevska.

Version française Roumiana Markova 


Tous les articles

L’histoire passionnante de la photographie bulgare : entre les premiers rêves et les sommets professionnels

Le rêve de l’humanité d’immortaliser des scènes de la vie sur un écran sensible à la lumière date du V- IVe siècle avant Jésus-Christ si pas plus tôt. De nos jours on trouvera rarement quelqu’un qui ne s’émerveille pas et qui ne prenne pas du..

Publié le 19/01/19 à 08:50

Les gants de Miléna Stéfanova, un vrai bijou sur les mains de chaque femme

Miléna Stéfanova se lance dans le tricot dès l'école en apprenant ce métier de sa grand-mère et de sa mère. Son amour pour les belles choses se renforce au fil des années et se transforme en beaux sacs tricotés dont la plupart Miléna offre à..

Publié le 18/01/19 à 15:15
Снимка: архив

Les associations écologiques mettent en garde contre une catastrophe écologique à la frontière bulgaro-serbe

La pollution de la nature et de ses ressources au profit d’intérêts privés constitue un gros problème qui préoccupe depuis des années la population de part et d'autre de la frontière bulgaro-serbe. Des écolos et des hommes publics des deux..

Publié le 18/01/19 à 13:23