Sebastian Kurz devant la RNB : "Le projet UE n'aboutira que quand les Balkans occidentaux en feront partie intégrante"

Photo: BGNES

L’Autriche a donné le coup d’envoi de sa présidence du Conseil de l’UE par une rencontre au sommet. Le premier ministre Boyko Borissov a symboliquement passé le relais au chancelier autrichien Sebastian Kurz au mont Planai au-dessus de Schladming. Y était également présent le président du Conseil de l’UE Donald Tusk. L’envoyé spécial de la RNB Vesséla Vladkova a eu la possibilité de s’entretenir avec Sébastian Kurz au sujet des « moments compliqués » que traverse l’UE, ainsi qu’avec le porte-parole de la présidence autrichienne, Peter Launsky.

« La devise de la présidence autrichienne du Conseil de l’UE est « Une Europe qui protège ». Nous devons déchiffrer ce slogan dans le sens de la politique migratoire – nous voulons mettre fin à la migration illégale. Nous voulons également défendre nos acquis, notre bien-être, et tout ce que l’Europe a su bâtir. Notre priorité est la même que celle de la Bulgarie – gagner les pays des Balkans occidentaux pour la cause européenne. Nous reconnaissons et nous nous réjouissons du progrès que la Bulgarie a réussi à réaliser au cours des six mois de sa présidence du Conseil de l’UE, a déclaré devant la RNB le porte-parole de la présidence autrichienne, Peter Launsky.

« La rencontre au sommet sur les Balkans occidentaux organisée à Sofia a joué un rôle très important dans ce processus », a pour sa part souligné le premier ministre bulgare Boyko Borissov à Schladming. «L’horizon clair relatif au commencement des négociations de pré-adhésion avec l’Albanie et la Macédoine ouvre la perspective européenne pour toute la région » a-t-il ajouté en mettant l’accent sur la continuité par rapport aux priorités de la présidence bulgare et autrichienne : 
«  Notre devise – c’était « L’Union fait la force ». Le slogan de la présidence autrichienne est « Une Europe qui protège ». Nous ne pouvons nous protéger sans être unis. Au cours des six mois de la présidence bulgare nous menions un dialogue permanent avec Sebastian Kurz. Je l’informais de notre travail afin que ce que nous avions réussi à réaliser dans les différents secteurs – Balkans occidentaux, infrastructures digitales, sécurité et migration, une Europe sociale – puisse se poursuivre pendant la présidence autrichienne. »

Le sujet qui continue à diviser l’Europe, c’est la migration. Le thème de l’élargissement de l’UE vers les Balkans occidentaux est-il adéquat dans le contexte de ce flux migratoire ?

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz devant la RNB :

« C’est un sujet plus qu’adéquat ! Pour nous, les pays des Balkans occidentaux sont d’une importance cruciale. Pour l’Autriche, le projet UE ne sera mené à bout que quand ces pays se joignent à l’UE. C’est la raison pour laquelle nous soutenons les six pays sur leur voie vers l’Europe. Nous ferons tout notre possible pour accélérer ce processus au cours des six prochains mois. Je suis optimiste surtout pour ce qui est de la Serbie et du Monténégro. Des négociations peuvent commencer dans de brefs délais en vue de l’adhésion dans l’UE de la Macédoine et de l’Albanie, ce qui représente une évolution très positive de la situation ».

Quand il est question de réfugiés et des Balkans, nous ne pouvons sous-estimer le rôle de la Turquie. Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a souligné lors de sa visite en mars dernier à Sofia que les négociations en vue de l’adhésion de la Turquie à l’UE devraient être suspendues. Et il demeure catégorique dans sa position :

« Coopération avec la Turquie oui, adhésion – non. C’est depuis longtemps notre position qui n’a pas du tout changé et ne changera pas. Ce qui n’exclut toutefois pas des activités communes dans le domaine de la migration. Vous avez raison – l’accord sur les réfugiés ne fonctionne pas très bien mais malgré cela nous y tenons et il est important pour nous ».

Version française : Nina Kounova


Tous les articles

Sofia: Aucun rapport entre l’Affaire "Skripal" et l’empoisonnement d’un homme d’affaires bulgare!

C’est une affaire qui défraye la chronique et que relancent inlassablement les médias en Bulgarie, dans une tentative de répondre à la question : y-a-t-il un rapport entre l’affaire « Skripal » en Grande-Bretagne et l’enquête menée en Bulgarie..

Publié le 12/02/19 à 14:04

Les relations entre la Bulgarie et la Macédoine progressent, mais les litiges historiques et idéologiques demeurent

Le 4 février une délégation conduite par le premier ministre macédonien Zoran Zaev a visité la Bulgarie à l’occasion de la célébration conjointe du 147 ème anniversaire de la naissance de Gotsé Deltchev. Initialement on s’attendait qu’au menu des..

Publié le 05/02/19 à 13:10

Roumen Radev s’attend à des législatives anticipées

Lors d’une conférence de presse à Sofia le président de la République Roumen Radev a rendu compte de la deuxième année de son mandat, en énumérant notamment les principaux moments de son activité sur le plan international et intérieur. En..

Publié le 29/01/19 à 14:05