La 7e édition de la rencontre "16+1" a encore placé la Bulgarie au coeur de l'actualité mondiale

Photo: BGNES

La visite de quatre jours du premier ministre chinois  Li Keqiang en Bulgarie qui s’est terminée dimanche fait la une des médias nationaux d’aujourd’hui. L’accent des commentaires est mis principalement sur l’idée du premier ministre Boyko Borissov selon laquelle le futur centre de partenariat entre les 16 pays de l’Europe centrale et orientale plus la Chine soit dirigé par Liliana Pavlova, ministre sortante de la Présidence bulgare du Conseil de l’UE. La visite du premier ministre chinois a fait l’objet d’une attention toute particulière de la part des médias mondiaux et suite à celle-ci, à une semaine de la clôture de la présidence tournante de l’UE, la Bulgarie s’est encore retrouvée dans les infos mondiales. L’attention accrue à travers le monde a été provoquée non seulement par le fait que ce soit la première visite d’un premier ministre chinois en Bulgarie après l’investiture du nouveau gouvernement à Pékin, mais également par le fait que ce soit le premier arrêt de sa tournée européenne. Cette visite, ainsi que la septième édition du sommet de l’initiative 16+1 ont coïncidé avec un moment de forte tension s’étant créée entre l’UE et les USA en raison des controverses relatives au domaine économique. En ce moment de tension entre l’UE et les USA, dans le cadre de l’initiative 16+1, un développement ascendant des relations d’affaires avec la Chine dans les secteurs de l’industrie, de l’économie, des finances, entre autres a été constaté de la part d’un bon nombre d’Etats-membres de l’UE en la personne de ceux de l’Europe centrale et orientale notamment. Raisonnablement ou non, ces coïncidences ont provoqué certaines inquiétudes. C’est la raison pour laquelle aussi bien le premier ministre chinois que le premier ministre bulgare ont jugé nécessaire de déclarer que l’initiative 16+1 n’est dirigée vers personne au monde et ne portera pas atteinte aux relations avec l’UE. Li Keqiang s’est pour sa part adressé à certains pays de l’UE qui avaient émis des doutes, en soulignant que « la Chine n’a guère pour but de diviser l’Union européenne par le biais de ses rencontres avec les pays de l’Europe centrale et orientale tenues dans le format 16+1. » A l’issue de sa rencontre en tête à tête avec le premier ministre bulgare Boyko Borissov, Li Keqiang a précisé que la Chine voyait en la personne de l’UE une force importante pour la prospérité globale ; il a salué l’Europe unie et a déclaré que son pays respecterait les règles et les lois de l’UE. Une déclaration similaire avait aussi été faite par le premier ministre Boyko Borissov qui a souligné que la Bulgarie avait la possibilité de développer des relations d’affaires industrielles, économiques et financières avec la Chine sur une base pragmatique et dans le plein respect des règles européennes.

La thèse selon laquelle l’initiative entre la Chine et les pays d’Europe centrale et orientale ne divisait par l’Europe a aussi été soutenue par le premier ministre de la Croatie Andrej Plenković qui a donné un exemple concret de projet d’infrastructures de son pays qui était en voie d’exécution par une société chinoise et qui favorisait la connectivité de la région. En confirmation de la sincérité de ces déclarations, la septième édition du sommet 16+1 a décidé que soit créé un Centre global de partenariat entre les Etats de l’Europe centrale et orientale et la Chine (Global Partnership Centre of CEECs and China), dans le cadre duquel les Etats de l’initiative en question se devraient d’étudier la meilleure façon permettant que leur coopération réponde pleinement aux règles de l’UE.

Pour la Bulgarie en particulier la visite du premier ministre chinois était d’un intérêt réciproque. Sofia a saisi l’occasion pour exprimer ses attentes d’établir des rapports plus efficaces et rationnels avec la Chine non seulement dans le domaine énergétique et des transports, mais aussi dans l’industrie, les hautes technologies, l’agriculture et le tourisme. En signe d’empathie avec ces attentes, le premier ministre chinois s’est engagé personnellement d’œuvrer afin que la mise en place du projet de la centrale nucléaire de Béléné réussisse.

Version française : Nina Kounova 


Tous les articles

Parvan Siméonov, politologue : „La politique bulgare manque de vision durable“

Nous devons être très naïfs pour croire que les manifestations de protestation pourraient à elles seules provoquer des changements sans l’ingérence de facteurs étrangers qui souvent s’avèrent déterminants pour le destin des pays de notre région...

Publié le 18/09/18 à 14:05

Les collisions estivales au sein de la coalition au pouvoir se sont avérées une tempête dans un verre d’eau

Au premier jour de cette semaine de rentrée, le Conseil de coalition de GERB et des « Patriotes unis » ont tenu leur deuxième réunion, provoquée par les demandes de démissions des ministres de l’Intérieur, des Transports et du Développement..

Publié le 11/09/18 à 13:25
Unité de vues affichée à l'issue de disscussions tendues...GERB et les

Ambiance électrique au sein de la coalition au pouvoir au début de la rentrée politique en Bulgarie

La rentrée parlementaire en Bulgarie, ce 4  septembre, a été précédée d’une réunion tendue, hier soir, du conseil de la coalition au pouvoir qui a donné lieu à pas mal de prévisions pessimistes sur l’avenir du gouvernement bulgare. Heureusement,..

Publié le 04/09/18 à 13:07