Ambiance électrique au sein de la coalition au pouvoir au début de la rentrée politique en Bulgarie

Unité de vues affichée à l'issue de disscussions tendues...GERB et les "Patriotes unis" restent ensemble pour gouverner le pays
Photo: BGNES

La rentrée parlementaire en Bulgarie, ce 4  septembre, a été précédée d’une réunion tendue, hier soir, du conseil de la coalition au pouvoir qui a donné lieu à pas mal de prévisions pessimistes sur l’avenir du gouvernement bulgare. Heureusement, les craintes se sont vite dissipées, à en juger des articles parus dans la presse de ce matin, dont nous nous permettons de vous citer quelques titres : « La coalition GERB-Patriotes unis est maintenue telle quelle » /TRUD/, « Les Patriotes unis restent au gouvernement « /SEGA/, « Les derniers drames n’entament pas le socle de la coalition » /Agence MEDIAPOOL/…

Mais que s’est-il passé au juste et pourquoi a-t-on dû convoquer d’urgence une réunion de la coalition ? Tout a commencé il y a une semaine lorsqu’un accident de car a fait 17 morts et plus de 20 blessés près de la ville de Svogué. Une enquête a été ouverte, la vétusté des infrastructures routières a été pointée du doigt, mais la réaction des autorités a été jugée inadéquate au point de provoquer la démission de trois ministres, celui du Développement régional, des Transports et de l’Intérieur. Le vice-premier ministre Valéry Siméonov a désapprouvé ces démissions, soulignant que l’Etat était gouverné de manière autoritaire et qu’il avait des critiques à l’égard même du groupe des « Patriotes unis » dont il fait partie…Le  fait qu’un accident de la route, aussi terrible soit-il, fasse vaciller le pouvoir est pour le moins consternant, même s’il a révélé des conflits internes au sein du petit partenaire du parti GERB au gouvernement, en la personne du Front patriotique, qui est constitué, rappelons-le, de trois partis. Pour ce qui est des remaniements qui devraient normalement suivre les trois démissions, ils n’ont pas encore été discutés et des proches du parti GERB disent même que les ministres mis en cause ne partiront pas…

Une conclusion s’impose, maintenant que l’orage est passé. Quelles que soient les frictions et autres dissensions au sein de la coalition, rien ne menace sa stabilité et sa durée de vie. Quant aux remaniements, ils seront actés ou pas, en fonction de ce que décidera le premier ministre Boyko Borissov. Aucune menace non plus d’élections législatives anticipées. Bref, la Bulgarie garde le cap de son développement normal et prévisible, ce qui est le meilleur des scénarios possibles…



Tous les articles
La ministre des Affaires étrangères Ekatérina Zakhariéva (au milieu), la ministre de la Justice Tsetska Tsatchéva et le ministre de l'Intérieur Marin Mladénov à la conférence de presse au Conseil des ministres, au sujet du rapport de la Commission européenne sur le Mécanisme de coopération et de vérification

Le nouveau rapport de la CE sur la Bulgarie: quoi de neuf et y-a-t-il lieu de pavoiser?

La Bulgarie est membre de l’UE dès le début de 2007 mais fait l’objet du Mécanisme de coopération et de vérification de la part de la CE pour ce qui est de l’état de son système judiciaire et de l’ordre intérieur. Ce mécanisme est en place également par..

Publié le 14/11/18 à 13:18

La radicalisation de nouveau à l’ordre du jour en Bulgarie, mais dans un nouveau contexte

Ces jours-ci s’est tenue à Sofia une table ronde sur le thème : « L’islam balkanique – barrière ou passerelle pour la radicalisation ? » Les discussions sur la radicalisation en Bulgare deviennent un sujet de plus en plus sensible en raison..

Publié le 06/11/18 à 13:14

Le sommet entre la Grèce, la Roumanie et la Serbie à Varna – premier chaînon d’une plus large activité régionale de la Bulgarie

Le point culminant de l’activité régionale que déploie la Bulgarie s’est traduit par la tenue du sommet quadripartite organisé la semaine dernière à Varna avec la participation de la Bulgarie, la Grèce, la Roumanie et la Serbie, à laquelle, à..

Publié le 05/11/18 à 14:45