Béloslav fait la part belle à la broderie traditionnelle bulgare

Depuis toujours les motifs et autres figures géométriques et fleurs stylisées qui ornaient les chatoyants costumes traditionnels bulgares avaient également valeur de symbole. En plus d’attirer les regards émerveillés, les broderies témoignaient du statut social, indiquaient la provenance géographique de la personne qui portait l’habit mais encore et c’est l’essentiel, les broderies délivraient des messages codés, connus seulement des initiés. Ces riches ornements, entrelacs et figures brodés étaient investis d’une mission protectrice, ils jouaient le rôle de gardes du corps, éloignaient le mauvais sort des parties découvertes du corps. Les couleurs étaient un autre élément non moins important de cette symbolique compliquée.  Sur le fond blanc de l’étoffe, qui est pureté et lumière céleste impérissable ressort le rouge, commencement et pérennité de la vie, sang de la mère gardienne du mauvais œil. Le vert traduit l’arbre de vie et le renouveau de la nature, le jaune, pareil à l’or, au soleil et au feu est porteur de bien-être et de lumière. C’est à travers les broderies que nos anciens préservaient leur progéniture bien aimée des influences néfastes et déversaient à pleines mains leur bénédiction sur la famille, implorant santé, prospérité et récoltes abondantes. La broderie est porteuse de leur savoir-faire ancestral, elle nous donne la clé pour expliquer la signification des figures stylisées, combinées aux motifs géométriques d’une manière déterminée et dans le strict respect de règles immuables. Empreintes d’amour et d’attachement au foyer familial et à la nature environnante, ces broderies étaient transmises d’une génération à l’autre. Avec le changement des styles vestimentaires les messages ainsi brodes perdent progressivement de leur puissance. Seuls parviennent jusqu’à nous leurs héritiers, les formes et les motifs géométriques de ces splendides ornementations des costumes traditionnels, caractéristiques des différentes régions de Bulgarie. Les jeunes d’aujourd’hui se montrent friands d’histoire et de tradition, mais les chercheurs et autres férus d’études ethnographiques ont eux aussi un grand mérite pour le retour de la broderie dans notre vie quotidienne et l’art contemporain. Et c’est à travers l’organisation de fêtes folkloriques et autres événements thématiques que la broderie traditionnelle révèle ses messages jalousement codés au grand public.

Снимка

Si vous désirez en ressentir la magie et vous approcher de leur histoire – Béloslav, une ville accueillante ouvre grandes ses portes à la deuxième édition de la Fête de la broderie traditionnelle, les 8 et 9 septembre: 

« Nous n’en sommes qu’à la deuxième édition de cette fête, pourtant elle tire son origine bien loin dans les années – dit Slavian Stoyanov, un des organisateurs de l’événement. - Elle est liée à notre profession. Moi, personnellement je suis ethnographe et archéologue, d’où mon intérêt pour la broderie. Bon nombre des motifs brodés se retrouvent sur les objets mis au jour lors de fouilles archéologiques. Ils sont parvenus jusqu’à nous, pour certains pratiquement intacts pour notre plus grand bonheur. L’idée de cette fête revient à mon épouse qui avait décidé de restaurer une chemise brodée de son grand père ce qui a été le point de départ de cette merveilleuse fête de la broderie. »

Снимка

La fête de Béloslav réunira ce wekk-end des amoureux de la broderie traditionnelle qui se sont investis dans sa sauvegarde et qui ont à cœur de faire revenir à la vie des pièces de costumes traditionnels authentiques et les montrer au plus grand nombre possible de personnes. Des artistes créent des produits modernes en intégrant des motifs authentiques de ces broderies. Notre but est de veiller à ce que les participants s’engagent à préserver strictement la tradition. Ceux qui reproduisent les motifs et les figures doivent en connaître l’origine pour pouvoir en informer les clients ou les destinataires des objets  -  dit encore Slavian Stoyanov. A Béloslav journalistes, critiques d’art et chercheurs présenteront des études consacrées à l’histoire de la broderie. Le programme prévoit des expositions de broderies dont la collection de Radoslav Radkov et Ilonka Stankova qui veillent à préserver la pureté authentique de la broderie et qui collectionnent des costumes traditionnels de toutes les régions ethnographiques de Bulgarie. La Fondation „Bulgare“ présentera des tableaux d’artistes bulgares inspirés du folklore national, l’argent de la vente sera destiné au Musée ethnographique et à des écoles. Le Musée d’Histoire de Provadia organisera une exposition commune  sur le thème „La Déesse Mère – figure centrale dans la broderie“.

Des chanteurs, des danseurs et des musiciens qui interprètent des mélodies traditionnelles veilleront à la bonne humeur des festivaliers.


Version française : Roumiana Markova

Photos: archives
Tous les articles

Jenni Zaharieva décorée de l’Ordre d’Etat du Soleil levant du gouvernement japonais

Le 3 novembre, date à laquelle on a marqué au Japon la Journée de la culture, le gouvernement du pays a annoncé les noms de 135 citoyens étrangers auxquels ont été décernées des médailles d’Etat. Parmi eux la professeur de piano bulgare Jenni..

Publié le 18/11/18 à 09:35

Journée mondiale des enfants prématurés

Chaque année, en Bulgarie naissent entre 6000 et 6500 enfants prématurés, soit un bébé sur dix est né avant terme. Telles sont des données fournies par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) car il n’existe malheureusement pas de registre..

Publié le 16/11/18 à 13:30

Kaléidoscope des Balkans

La CE a approuvé le financement public de la connexion gazière entre la Bulgarie et la Grèce La Commission européenne a hautement apprécié les intentions de construire une interconnexion gazière entre la Bulgarie et la Grèce. Les tuyaux de 182km..

Publié le 13/11/18 à 10:19