De moins en moins d’objets perdus finissent au Service des objets trouvés à Sofia

Photo: archives

Chaque jour, arrivent au Service des objets trouvés /SOT/ à Sofia des poussettes, oubliées par des mamans distraites, des paires de lunettes, des étuis, des parapluies, des sacs et même des bocaux de miel ou de cornichons, recueillis sur le réseau des transports publics, dans les taxis ou autres établissements recevant du public. Et dans la plupart des cas, ces objets sont rapportés et restitués à terme à leur propriétaire. Les employés du SOT se souviennent encore d’un violoncelle oublié dans un tram, dont le propriétaire a mis du temps avant de venir le récupérer…

Au début, le Service des objets trouvés se trouvait au centre-ville de Sofia, près des Halles, et tous les objets retrouvés dans la rue, dans les bus, trolleys et trams y étaient déposés directement. Yordanka Rousséva du Centre de mobilité urbaine nous en dit plus :

Photo: Dessislava SemkovskaIl y a des années, il y avait une forte affluence aux objets trouvés, beaucoup de monde qui connaissait les coordonnées de notre service et qui venait déposer les objets trouvés à l’occasion d’un déplacement. Nos dépôts étaient pleins à craquer, mais les choses ont changé…

En effet, après la reconstruction des Halles et leur transformation en centre commercial dans les années 90 du siècle dernier, le Service des objets trouvés change d’adresse et ouvre ses portes sur la place « Vazrajdané » /Renaissance/.

Et je dois vous dire avec une certaine dose de tristesse qu’ils sont de moins en moins nombreux, les citoyens consciencieux et honnêtes, qui viennent nous remettre des objets qu’ils ont retrouvés dans la rue ou dans les transports en commun. Le plus souvent, ce sont des cartes d’identité ou des passes de transport rechargeables que nous remettons aux commissariats de police. On a eu aussi des radios portatives et des sacs de vêtements. Malheureusement, notre nouveau bureau ne dispose pas de suffisamment de place pour y entreposer des objets volumineux. L’an dernier, on nous a rapporté du métro un volan de voiture…

D’après Yordanka Rousséva, on perd beaucoup moins d’objets de nous jours, et puis, comme il y a des gens plus pauvres, ils ne se pressent pas de rapporter ce qu’ils ont trouvé dans la rue et qui peut leur servir… Une question de mentalité ou de conscience civique qui se perd…

СнимкаJe pense quand même que c’est une question de responsabilité, le fait de venir rapporter ce qu’on a trouvé, mais parfois les gens hésitent parce qu’on note leurs données personnelles, on relève le numéro de leur carte d’identité, ce qui est parfois contraire à la Loi sur la protection des données personnelles.

Et pourtant, les objets perdus ne sont pas forcément égarés à jamais. Pour faciliter les usagers des transports en commun, depuis 5 ans a été mis en service un numéro vert gratuit qui est le 0700 13 233 et que les citoyens peuvent composer en espérant que quelqu’un aura rapporté l’objet qu’ils ont perdu.

Je pense que la mise en place de ce centre dappel est une bonne chose, car on peut facilement aiguiller la personne vers le lieu ou le service où elle a le plus de chances de retrouver l’objet perdu. Mais encore une fois, le bureau des objets trouvés est en perte de vitesse et de moins en moins sollicité, hélas…

Récit : Sonia Vasséva

Tous les articles

Victor Jéchev a préféré la coeur de boeuf bulgare aux fourneaux du palais de Windsor

Pendant un an et demi le jeune chef Victor Jéchev s’active aux fourneaux des cuisines du palais de Windsor et soigne les plats préférés du prince Charles. Il fait partie de l’équipe du célèbre chef suisse Anton Mosimann, chargée de concocter..

Publié le 23/09/18 à 08:05

La manie „5 km running“ a conquis la Bulgarie

Chaque samedi à 9h00 pour la saison estivale et à 10h00 en hiver, les plus grands parcs dans les villes de la Bulgarie sont envahis par une foule euphorique qui se prépare à l’aventure des «  5kmrun » – une initiative..

Publié le 22/09/18 à 09:35
Le Prof. Widen Tabakoff , 1964 voit son rêve réalisé – Neil Armstrong foule le sol de la Lune, 20 juillet 1969

Widen Tabakoff – le Bulgare qui a préparé les vols sur la Lune

Les Archives nationales accueillent une exposition exceptionnelle - „L’Univers infini de l’intelligence humaine”. Elle est consacrée à la vie et à l’œuvre du grand chercheur américain d’origine bulgare, le prof. Widen Tabakoff (1919-2015). Il est..

Publié le 21/09/18 à 12:21