Grands travaux de Sofia: la ville grandit mais est-ce qu'elle devient plus belle?

Photo: BTA

En ce moment une importante et appréciée par les citoyens partie du centre-ville de la capitale bulgare Sofia représente un grand chantier. Les travaux concernent des rues emblématiques, des boulevards, des jardins, des lignes de trams. A tout cela on devrait aussi ajouter la construction dans le centre de la capitale de quelques gratte-ciels  privés. Ce qui fait qu’en réalité une importante partie du centre-ville est inaccessible, recouverte de poussière et pleine de débris de matériaux de construction et qu’elle est impraticable pour les piétons, les voitures particulières et les transports publics. Derrière les grands panneaux métalliques on ne sait pas très bien ce qu’il se passe, on ne peut pas voir si les ouvriers et leurs équipements techniques travaillent. On est dans les temps, se veut rassurante la mairie – l’échéance des travaux de reconstruction est au printemps prochain. Oui, mais les riverains, les gens qui travaillent dans cette partie de la ville ou bien tout simplement les promeneurs et les touristes à Sofia sont contraints de supporter de sérieux inconvénients. Et, ce qui est le plus important, les témoignages de quelques journalistes reporters qui ont réussi à voir ce qui se passait derrière les panneaux de fer blanc ne sont pas du tout réconfortants et encourageants.

Le slogan de Sofia est « Grandit mais ne vieillit pas” mais des gens avec du sens de l’humour se demandent si en grandissant et en ne vieillissant pas elle, embellit effectivement ou bien on ne fait que dépenser de l’argent, y compris européen, à la gloire personnelle de quelques notables de la ville, en mentionnant de plus en plus souvent le nom de la charismatique en principe et jusque-là maire de Sofia Yordanka Fandakova. La première dame de la ville s’est attirée les foudres des Sofiotes à tel point qu’il y a eu des démonstrations sous les fenêtres de son propre cabinet à la mairie en centre-ville. Pour sa part, Fandakova ne se lasse pas d’expliquer que les travaux ne sont pas finis pour qu’on puisse dire s’ils ont été bien faits, que pour des réfections de mauvaise qualité la mairie ne paiera pas un sou aux entreprises du bâtiment et qu’il y aura même des sanctions financières pour non-respect des contrats. «  Il y aura de nouveau des travaux et des travaux » répliquent avec amertume les citoyens en parlant de plus en plus ouvertement de corruption.

Le peu de choses qu’on a pu voir dans les reportages à la TV et sur des photos dans la presse derrière les clôtures métalliques, permet à certains de constater qu’il manque du bon goût et de l’esthétisme, que les nouveaux travaux ne s’inscrivent pas dans le style traditionnel de la ville, qu’il y a des réparations mal faites, qu’on a utilisé des matériaux de construction de mauvaise qualité… A la grogne des citoyens ces derniers temps s’est ajouté le mécontentement du business. Les rues en réfection sont des rues marchandes où actuellement les magasins perdent leurs clients en raison de la difficile accessibilité et certains d’eux ont dû fermer jusqu'à la fin des travaux de rénovation.

En principe, les Sofiotes ne s’opposent pas à la modernisation de leur ville. A titre de preuve dans ce sens mentionnons plusieurs chantiers ces dernières années qui ont mis à neuf, élargi et réaménagé plusieurs rues, boulevards, places, parcs et jardins. Tous ces travaux ont également perturbé le train de vie habituel des Sofiotes mais les projets avaient du sens et ont offert aux citoyens des meilleures conditions de vie. L’exemple le plus éloquent à ce niveau est certainement la construction du métro de Sofia. Les deux premières lignes ont été achevées et mises en exploitation pour le bonheur des Sofiotes et des visiteurs de la ville. En ce moment on construit la 3e ligne et les travaux sur leurs stations gênent également les habitants de la ville mais ils ne provoquent pas des mobilisations. Tout simplement parce qu’il n’y a pas de mécontents du métropolitain qui est un des plus modernes, les plus beaux, les plus propres et les plus confortables en Europe.

Il en va autrement avec les chantiers dans le centre-ville. Il est vrai que Sofia a besoin de se faire plus belle et qu’il y a suffisamment d’argent à cette fin dans l’énorme pour la Bulgarie budget de la municipalité dépassant les 500 millions d’euros, chose qu’on voit rarement dans ces contrées géographiques et économiques.

Tôt ou tard, les travaux seront terminés, il y aura des lacunes, il y aura des satisfaits et des mécontents, il y aura des applaudissements et des critiques. Le problème cependant du manque de communication sur ses travaux de la part de la mairie laissera des traces. Il est vrai qu’il y a eu des débats publics sur les plans proposés par les architectes et les autorités de la ville. Mais cela n’a pas permis aux riverains de se faire une idée plus précise et de prendre les mesures conséquentes face à ces travaux pharaoniques. Pas une seule fois la maire de la ville ou bien le Conseil municipal ne se sont adressés directement aux citoyens pour leur dire franchement ce qu’ils devront subir de ses travaux à grande échelle et combien les effets sur l’image de Sofia de ces travaux seront positifs. La maire de Sofia été jusque-là connue comme une personne ouverte et franche mais dans ce cas concret elle n’a pas réussi à gagner les cœurs et les âmes de ses concitoyens en leur donnant un peu de sucre pour avaler plus facilement la pilule amère. De l’avis de nombreux observateurs, elle risque dans ce contexte de perdre les prochaines municipales en 2019 si elle brigue un quatrième mandat à la tête de la capitale.


Tous les articles

Les enfants passés par les écoles de redressement ne sont pas forcément des criminels

La police a affaire à beaucoup d’enfants qui ne sont pas des criminels, a souligné Blagorodna Makéva, directrice adjointe de Direction générale au ministère de l’Intérieur, dans le cadre de l’événement de clôture d’un projet de prévention..

Publié le 14/12/18 à 13:05

Les automobilistes bulgares dans l’œil du cyclone

La vie devient ces deniers temps de plus en plus dure et avec des « virages » de plus en plus dangereux à négocier pour les automobilistes bulgares. Les impôts sur les voitures  d’occasion – préférées pour différentes raisons par la majorité..

Publié le 14/12/18 à 11:19

Kaléidoscope des Balkans

Skopje : L’intervention de Krassimir Karakatchanov attise l’hostilité, alors que nous aspirons à l’amitié L’intervention du vice-premier ministre bulgare Krassimir Karakatchanov donne lieu à une contra-réponse, ainsi que provoque des..

Publié le 11/12/18 à 12:49