Deuxième édition du concours „Gardiens de l’identité bulgare“

Le jeune Kostadin Mihaïlov est fier d’avoir réalisé son rêve - chanter le folklore envoûtant de la Strandja. Mieux encore, on peut lire dans son CV, qu’il a fait ses premiers pas à „Nestinartché“ (petit danseur sur les braises), la célèbre pépinière de talents de la chanteuse Zlatka Stavreva. Ensuite il est admis en classe de musique de l’Ecole Dobri Tchintoulov de Bourgas, après quoi il obtient son diplôme à la faculté de bibliothéconomie dans la spécialité Patrimoine historique et culturel et informatique de l’Université de la ville portuaire maritime. Il a sorti trois albums de chansons superbes, a été récompensé à plusieurs concours et s’est produit sur scène de nombreuses fois. Tout cela lui donne envie d’enrichir ses connaissances sur la culture et l’histoire de la région de Strandja. Les résultats de son travail sont plus qu’encourageants. Il publie des ouvrages spécialisés - „Etude sur le terrain et théorie de la musique traditionnelle de la Strandja“, „Brève histoire du village Vessélié“, „La couleur dans le folklore de la Strandja “. Depuis 2013, Kostadin Mihaïlov préside aux destinées de l’association „Dépositaires de l’identité bulgare“, qui met en œuvre des projets en rapport avec l’étude du folklore de la région, édite un journal et organise un concours national de la musique traditionnelle. A la veille de cet événement musical le jeune enthousiaste en dit davantage : 

СнимкаLes 3 et 4 novembre, à Sredetz, une ville de la région de Bourgas aura lieu la deuxième édition du Concours national „Gardiens de l’identité bulgare“. C’est un concours bisannuel qui se distingue des autres événements de ce genre, que tous les premiers prix feront des enregistrements sur place, qui seront  publiés dans un album spécial. Sinon les groupes d’âge sont les mêmes que pour les autres concours. J’ai remarqué en consultant les candidatures, que les chanteurs les plus nombreux sont dans les deux groupes d’âge de 11 à 18 ans, donc les plus jeunes. Il y aura quelque 120 interprétations réparties sur les deux jours du concours avec des chanteurs de toutes les régions folkloriques. A Sredetz viendront aussi de nombreux groupes des petits villages de la Strandja pour présenter la musique traditionnelle authentique et qui feront des enregistrements eux aussi. Dimanche, 4 novembre est prévu le concert de gala des lauréats auquel se joindront aussi des chanteurs de la région de Strandja.


Un de mes rêves pour l’association était d’éditer un journal qui se fera l’écho de notre activité, informera le public de l’histoire du folklore de la Bulgarie. Et nous en sommes déjà à son quatrième numéro – le journal s’appelle „ Esprit bulgare“. Les problèmes de financement sont considérables, mais jusqu’à présent nous tenons bon. Il comporte une rubrique très suivie „Il faut plus d’une vie pour la chanson“, avec des entretiens avec des interprètes connus et très aimés de ce genre de musique. Nous publions aussi des sujets historiques, dont nous avons confié la rédaction à l’historien Constantin Slavov, des actualités, des informations sur des concours et autres événements. L’association met son pont d’honneur à organiser des concours en hommage aux grands de la musique traditionnelle - Manol Mihaïlov, Magda Pouchkarova, Gueorgui Pavlov, etc.


Version française : Roumiana Markova

Photos: Radio Bourgas

Tous les articles

Une équipe française tournera un documentaire sur la tradition “Sourva”

Une équipe de télévision française de la ville de Toulouse tournera un documentaire sur la fête traditionnelle “Sourva” dans le village de Leskovec, région de Pernik. Les journalistes étrangers travaillent sur un projet européen consacré aux..

Publié le 12/01/19 à 10:30

La Saint-Jean dans la tradition populaire

Le 7 janvier nous rendons hommage à Saint Jean Baptiste appelé encore Jean le Précurseur  - cousin et précurseur du Christ. Devenu adulte, Jean commence à précher et à pratiquer le « baptême pour la rémission des péchés » par immersion..

Publié le 07/01/19 à 12:46
Снимка: БГНЕС

En janvier, les Kukeri tentent de chasser les mauvais esprits

Avec l’arrivée de la Nouvelle année vient le temps où les Bulgares accueillent à la maison le plus d’invités. Selon la tradition on n’a pas besoin d’invitation spéciale pour aller chez ceux qui fêtent leurs prénoms, car pendant le premier..

Publié le 05/01/19 à 08:00