Emil Tcholakov: „Les petits cornemuseurs sont ma grande fierté!“

Photo: archives

Les Rhodopes sont une montagne de toute beauté. Devin, est une petite ville qui brille de mille feux dans cet écrin de verdure et de panoramas à couper le souffle. Elle est connue aussi pour ses nombreuses sources d’eau aux propriétés curatives - 15 en tout, excusez du peu. Les panoramas qui s’étendent depuis la grotte de Yagodina, les Ponts merveilleux, les Gorges de Trigrad, la Gorge du Diable font le bonheur des randonneurs et des amoureux de la nature. La musique des Rhodopes est une autre merveille, qui met à l’honneur la kaba gaïda, la cornemuse, instrument iconique des Rhodopes, qui se distingue par son registre grave. Typique de cette partie des Rhodopes, cet instrument accompagne depuis des siècles les chanteurs de la région. L’orchestre de renommée mondiale des 100 Kaba- Gaida fait la joie du public depuis plusieurs décennies et ne cesse de rajeunir avec ses nouvelles recrues qui ont la chance et le privilège de rejoindre cette excellente formation musicale. 


Emil Tcholakov, le chef de l’orchestre des petits cornemuseurs de Devin, grâce auquel les petits Rhodopéens s’initient à l’art de jouer de cet instrument symbole de la région en dit davantage :

« Les 100 kaba gaidas ont une longue histoire, l’orchestre voit le jour en 1956 grâce à Apostol Kissiov, son fondateur. A la même époque il crée à Devin la première école de cornemuseurs pour apprendre aux enfants l’art de jouer de cet instrument, mais aussi du kaval (flûte des bergers) et de la mandoline, les autres instruments de musique préférés par les Rhodopéens. Avec les années, il part vivre ailleurs et à la tête de l’orchestre des petits cornemuseurs lui succède le cornemuseur bien connu Vassil Bebelekov qui plus tard part aux Etats-Unis. J’ai pris la relève de Paoun Kouchlev et de Manol Tachkov – poursuit Emil Tcholakov – dans les années 90 à ma sortie de l’Ecole des arts folkloriques de Chiroka Laka et je suis toujours à ce poste. Je suis fier parce que nous n’avons jamais interrompu notre activité et je voudrais que nous ayons la force et l’énergie de continuer de populariser l’art de jouer de la cornemuse dans notre pays. Nous avons toujours joué aux festivals de Rojen, Koprivchtitza. Nous avons joué devant le public en Grèce et en Espagne, et nous avons pris part au concours des „303 kaba gaida“, pour le record de Guinness - nous en sommes très fiers. Nous avons à notre palmarès le diplôme du ministère de la Culture pour notre apport à la sauvegarde et à la valorisation de l’identité culturelle, nous avons été inscrits aussi à la liste nationale du patrimoine culturel immatériel pour 2016. »


Fidèle à sa mission de populariser l’ancienne kaba kaida et d’en initier les petits cornemuseurs de l’orchestre et de l’Ecole de musique de Devin, Emil Tcholakov s’adonne corps et âme à cette cause. Lui-même a été à bonne école – il a été l’élève des cornemuseurs bulgares les plus connus – Manol Raditchev, Mihail Kalfov, Dafo Trendafilov. A l’Ecole de Musique de Chiroka Laka il a maîtrisé également l’art de jouer de la djura gaîda - la cornemuse au registre plus aigu. Il est très bien formé aussi sur le plan théorique et transmet toutes ses connaissances et son savoir-faire aux talentueux petits cornemuseurs. 


Tous les articles

Une collection sublime de tabliers traditionnels bulgares du XIXe-XXe siècle….

Les tabliers traditionnels ont joué un rôle important dans la vie des femmes. De simples v êtement s de protection constitué s d'une pièce d'étoffe ou de matière souple, munie d'attaches et s'appliquant sur le devant du..

Publié le 16/02/19 à 08:15

SOURVA, le rituel de début d’année qui purifie le corps et l’esprit…

Depuis 2015, l’UNESCO a inclus dans la Liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO la fête folklorique bulgare « Sourva » et le festival populaire « Sourva » dans la région de Pernik. « Sourva » est un..

Publié le 24/01/19 à 13:39

Une équipe française tournera un documentaire sur la tradition “Sourva”

Une équipe de télévision française de la ville de Toulouse tournera un documentaire sur la fête traditionnelle “Sourva” dans le village de Leskovec, région de Pernik. Les journalistes étrangers travaillent sur un projet européen consacré aux..

Publié le 12/01/19 à 10:30