Une légende de la marine militaire se prépare pour une nouvelle vie

Photo: БГНЕС

Le dernier sous-marin militaire bulgare « Slava » (Gloire) a la chance de se transformer en musée de la flotte sous-marine. Depuis sept ans déjà ce dernier se trouve au port de Varna en attendant que son destin se décide. Au fil du temps la « chance » de voir le sous-marin sombrer dans une mer d’ordures devient de plus en plus probable. L'idée de la fondation « Verre de Béloslav » qui propose de le transformer en site touristique s’annonce comme une bouée de sauvetage pour le sous-marin depuis longtemps oublié. Son futur emplacement n’est toujours pas fixé mais il est déjà sûr et certain que l’investisseur bénéficiera du droit de se servir de lui au cours d’une période de dix ans. Il est fort possible que le nouveau gîte de « Slava » soit notamment le lac de Béloslav qui se situe à proximité de notre capitale maritime et qui constitue également une importante infrastructure pour les transports.

СнимкаOn a l’intention de poser le sous-marin sur le quai et après que le site spécial qui lui est destiné soit entièrement prêt, il y sera installé de manière à être bien visible par les barques et les yachts qui traversent le lac de Béloslav, explique Mariana Krastéva, directrice du Musée de la marine militaire de Varna. Dans le même temps le sous-marin sera accessible et on pourra y monter à bord pour le visiter. L’idée consiste à ce qu’il soit transformé en un site touristique et culturel attractif. Il est évident que la transformation du sous-marin en site touristique demande beaucoup d’efforts. Il est notamment très important de connaître à l’avance les financements dont on aura besoin, ainsi que le type de spécialistes et d’experts qui prendront part à la réalisation du projet. Il est par ailleurs sûr que l’étape préparatoire sera longue car l’endroit où le sous-marin « musée » sera exposé représentera en fait une installation d’ingénierie et de construction, le sous-marin même devant pour sa part être sérieusement réparé. Devront être notamment stoppés les processus de corrosion, ainsi que soient rétablis les éléments manquants afin que le sous-marin acquière une vision similaire à celle de l’époque.

« Slava » est produit en 1960 en ex-URSS. Le sous-marin est d’une longueur de 76 mètres et d’une largeur de 7 m.La vitesse maximale du sous-marin atteint 15,3 nœuds. Ce dernier, ainsi que celui qui ne navigue pas, non plus, depuis des années et qui est intitulé « Nadejda » n’ont jamais été détectés par des bâtiments de l’OTAN en temps d’exercices.

Снимка

Le récit de Mariana Krastéva nous fait remonter dans le temps glorieux du sous-marin « Slava » :

Quand il débarque en Bulgarie il est déjà « âgé » de 25 ans. A cette époque notre pays a déjà une grande expérience dans le domaine de la navigation sous-marine. La transformation de « Slava » en musée permettra aux visiteurs de prendre connaissance de la navigation sous-marine bulgare. Vers la fin des années 80 du siècle dernier, la Bulgarie dispose de quatre sous-marins, ce qui est un chiffre pas du tout négligeable. N’oublions pas que c’est l’époque à laquelle une attention particulière est accordée à la marine bulgare et que, aussi bien dans le cadre du Traité de Varsovie et qu’avec la participation de l’URSS sont organisés toute une série d’exercices militaires. Après 1989 quand la situation politique au sein du camp socialiste dont la Bulgarie subit d’importants changements, les sous-marins bulgares prennent part à des exercices militaires conjointement avec la marine turque. Avec l’arrivée du nouveau millénaire diminue l’intensité des navigations et respectivement celui du nombre des  sous-marins. En décembre 2010 « Slava » navigue pour la dernière fois. La date qui marque la fin de la navigation sous-marine bulgare est le 1er novembre 2011 quand ce dernier est officiellement sorti de la structure de la marine bulgare.

Снимка

Actuellement le sous-marin bulgare « Slava » attend le début de sa nouvelle vie.

Version française : Nina Kounova

Photos: BGNES and museummaritime-bg.com
Tous les articles

Les sceaux à prosphores, élément clé de la divine liturgie et partie inhérente du patrimoine culturel des Bulgares

Le pain est élément sacré et fil conducteur dans la tradition culturelle bulgare, et chaque objet qui s’y rapporte d’une manière ou d’une autre dans sa fabrication et sa décoration dans le but de lui conférer le statut particulier de pain rituel est lui..

Publié le 05/12/18 à 12:40

Présentation des calendriers “Les racines bulgares” 2019

L’Institut d’ethnologie et d'études folkloriques de l’Académie bulgare des Sciences a présenté les calendriers “Les racines bulgares” pour 2019. Le premier calendrier est consacré au centenaire du Traité de Neuilly qui ampute la Bulgarie de terres..

Publié le 01/12/18 à 08:00

L’église "Saint André le Protoklite" garde la mémoire des luttes héroïques de la Bulgarie…

“ C’est la seule et unique église de Sofia, mais aussi de tout le diocèse qui porte son nom “, commence son récit le père Stilyan Tabakov, qui officie en l’église « Saint André le Protoklite » de Sofia et en effet, les églises..

Publié le 30/11/18 à 12:09