La Bulgarie est le seul pays d’Europe à fabriquer des boîtes à musique en bois


Il y a cinq ans Ventzislav Nikolov se lançait dans le commerce de jouets en fer blanc de collection, des copies de jouets mécaniques datant du siècle dernier. L’affaire décolle, les clients ne manquent pas, pourtant au bout d’un certain temps le commerçant se dit qu’il n’y trouve plus son compte, du moins pas autant qu’il aurait voulu.

« Outre la boîte on proposait aussi le mécanisme que les clients pouvaient monter eux-mêmes  – dit Ventizislav Nikolov. – Je me suis donc mis à chercher ailleurs pour voir comment ça marchait dans les autres pays et j’ai vu que ces instruments de musique mécanique, genre orgues de barbarie miniature étaient proposés dans des boîtes en carton, agrémentées de dessins, ce qui en faisait des objets souvenirs. Cela m’a donné l’idée de placer le mécanisme dans une boîte en bois joliment décorée. »


L’idée a tellement bien marché, que pour l’heure son entreprise écoule autour de 2000 boîtes à musique par mois. Le bois est de très bonne qualité, les décorations exquises sont gravées au laser. La boîte est recouvertes d’un vernis naturel agréable à l’œil et au toucher. Ventzislav Nikolov travaille dans le plus grand respect des critères écologiques. Le catalogue de « sa boîte » comprend plus d’une cinquantaine de modèles. Les plus vendues sont les boîtes avec des portées de notes qui interprètent n’importe quelle mélodie, ainsi que la gamme de boîtes „anniversaires“. La gamme illustrée avec les sites emblématiques de Bulgarie – la cathédrale Saint- Alexandre – Nevski de Sofia, la copie d’une maison d’époque de Bansko, le monastère de Klissoura, mais pas seulement :


« Nous travaillons aussi à l’international, puisque nous sommes les seuls à proposer ce genre de boîtes à musique. Pour les clients tchèques nous décorons les boîtes du Pont Charles, de la célèbre Horloge astronomique de Prague. Pour Vienne nous exportons aussi quelques édifices emblématiques – la cathédrale Saint- Etienne, l’Hôtel de Ville, la Grande Roue du Prater. Nous fabriquons également des boîtes à musique, décorées de bâtiments célèbres de Salonique, Belgrade, Bucarest. Des clients passent commande pour des séries personnalisées – dit encore Ventzislav Nikolov.

Les mélodies, nichées sous les beaux couvercles des boîtes de musique sont pas moins de 25 – chants de Noël, plébiscités autant par les enfants que par leurs parents, la classique Lettre à Elise de Beethoven, le Lac des Cygnes, les grands standards des Beatles, de Frank Sinatra, notamment.

« Bien sûr, les débuts ont été difficiles. On avait fait „Mon pays, ma Bulgarie“ de l’inoubliable Emile Dimitrov et il a fallu un certain temps, avant que les clients viennent la réclamer, mais pour le moment elle marche très bien. Sinon, c’est la musique du Parrain qu’on demande pour offrir à un homme ; pour ces dames c’est la musique d’Amélie Poulain – poursuit ses explications Ventizslav Nikolov.  – Nous avons aussi des musiques de Stars Wars, de la série Game of Thrones, Harry Potter, on vient de mettre en vente la musique des Pirates des Caraïbes. Là encore, nous travaillons sur commande des clients. »


Fabriquer des boîtes à musique est une joie, une opportunité de création. Le design en est confié à l’épouse de Ventizslav Nikolov en binôme avec une jeune collaboratrice, parce que pour reprendre ses propres paroles, « je ne suis pas un artiste, je suis un commercial, je peux juste suggérer une idée. » Et de toute évidence sa nouvelle idée a de l’avenir: 

« Nous avons travaillé pour élargir la gamme et nous sommes en train de mettre en œuvre une série de mécanismes de reproduction du son. Les débuts ont été posés avec un une radio rétro en bois, ensuite il y eu un tourne disque et maintenant nous avons un magnétophone. Nous avons dans nos cartons des projets pour un poste de télévision rétro, et pourquoi pas un juke-box. En élargissant la gamme, nous sommes passés des mécanismes à manivelle à des mécanismes à enrouleur. Nous avons aussi d’autres idées que nous ne sommes pas pressés de révéler pour le moment – dit en souriant Ventzislav Nikolov et d’ajouter: 

« Notre grand objectif est que nos boîtes à musique portent un double souvenir: de l’endroit où elles ont été achetées, de l’image qui évoque un moment spécial de la vie et le fait revivre par la mélodie choisie. Voilà comment un passe-temps s’est transformé peu à peu en métier. »



Version française :Roumiana Markova

Photos: archives personnelles


Tous les articles

Elever des chevaux, le rêve d’enfant de Mustafa Süleyman…

Il est originaire du village Zagoritché, département de Choumen /Bulgarie du Nord-Est/. Son nom est Mustafa Süleyman , un agriculteur de longue date qui travaille 800 hectares de céréales, principalement du blé, de l’orge, du maïs, de la..

Publié le 20/01/19 à 08:15

L’histoire passionnante de la photographie bulgare : entre les premiers rêves et les sommets professionnels

Le rêve de l’humanité d’immortaliser des scènes de la vie sur un écran sensible à la lumière date du V- IVe siècle avant Jésus-Christ si pas plus tôt. De nos jours on trouvera rarement quelqu’un qui ne s’émerveille pas et qui ne prenne pas du..

Publié le 19/01/19 à 08:50

Les gants de Miléna Stéfanova, un vrai bijou sur les mains de chaque femme

Miléna Stéfanova se lance dans le tricot dès l'école en apprenant ce métier de sa grand-mère et de sa mère. Son amour pour les belles choses se renforce au fil des années et se transforme en beaux sacs tricotés dont la plupart Miléna offre à..

Publié le 18/01/19 à 15:15