La cathédrale „Sainte Nédélya“, la perle spirituelle de Sofia


En plein centre-ville de Sofia, là où se dressent les temples des trois religions pratiquées en Bulgarie, à savoir le christianisme, le judaïsme et l’islam, nous ouvrons les portes de la cathédrale de l’évêché de Sofia, « Sainte Nédelya » /ou Sainte Dominique/ que nous présente Christo Témelski, directeur de l’Institut d’Histoire des religions et des Archives du Patriarcat bulgare, qui contredit la thèse de la construction de l’église au XIIe siècle, comme il était considéré depuis toujours :

La cathédrale « Sainte Nédélya » est bien plus ancienne à mon sens et daterait du début du IVe siècle, bien avant la conversion des Bulgares au christianisme. Au début, c’était une chapelle familiale où se réunissait en clandestinité une société de chrétiens. Au fil des siècles, l’église a connu 8 périodes de réaménagement et reconstruction. A la fin du IVe siècle, après les conflits entre Ariens, elle est entièrement rénovée et officiellement proclamée église de la ville. A l’époque de la dynastie des frères Assen /1187- 1280/ elle est agrandie. En 1688, lors de l’insurrection de Tchiprovtsi, elle est incendiée et détruite par les Turcs. A la fin du XVIIe siècle, vers 1698, elle est reconstruite grâce à la générosité de la guilde des commerçants et aux dons de deux moines du Mont Athos. Après la guerre de Crimée, en 1856, les habitants de Sofia décident d’enfouir l’ancien bâtiment en pierre sous terre et d’en construire un nouveau, qui corresponde mieux au statut d’une cathédrale d’évêché. Malheureusement, à la suite du tremblement de terre en 1858, une partie des nouvelles fondations s’effondre, et il faut recommencer à zéro. Pétar Kazov de Péchtéra construit un toit provisoire avant de quitter le chantier. Alors, les Sofiotes lancent une collecte de fonds et engagent un architecte et bâtisseur à la fois, Yvan Boyanin, qui construit trois coupoles et deux petits clochers, respectant sa promesse de parachever l’église pour la fête de Saint Dimitar en 1863. La confection de l’iconostase prend tu temps et ce n’est que le 11 mai 1867 que la cathédrale "Sainte Nédélya" est officiellement consacrée.


A la fin du XIXe siècle, le jeune architecte Nikola Lazarov rénove le bâtiment dont les vitraux sont jugés trop petits. Il procède à une reconstruction magistrale, en commençant par le nouveau toit et sa coupole centrale, ceinte de 4 plus petites. Il fait construire le grand clocher et revêt les murs extérieurs de petites briques décoratives.


En 1925, une explosion dégrade une partie du toit et l’aile sud de la cathédrale, qui est quand même remise en l’état en 1933, grâce aux efforts des architectes Tsolov et Vassiliov, avant d’être officiellement consacrée le 7 avril. 


Christo Témelski explique que lorsque l’église est construite dans le style de la Renaissance, ses murs extérieurs restent blanchis à la chaux. 

Le sculpteur sur bois Anton Stanichev termine l’iconostase en 1865. Les grandes icônes royales qui sont toujours exposées dans la cathédrale « Sainte Nédélya » sont l’œuvre de l’iconographe Stanislav Dospevski. On retrouve aussi une icône de 1857 dont l’inscription nous apprend qu’elle a été payée par un bienfaiteur de Sofia, l’entrepreneur Ivan Dencoglu. Après la réhabilitation de la cathédrale par Nikola Lazarov en 1906, l’administration de l’évêché demande au Tchèque Yvan Travnitski, professeur de dessin à  Sofia, de fabriquer la nouvelle iconostase, à laquelle il ajoute un trône, qui est toujours bien conservé. Dans les années, 1971-73, sous la bénédiction de feu le patriarche Kiril, la cathédrale est entièrement recouverte de fresques à l’intérieur par une équipe dirigée par Nikolay Rostovtzev, un iconographe bulgare d’origine russe.


Pour les anciens habitants de la capitale, la cathédrale est connue du nom de « Saint-Roi », à cause des reliques du roi serbe canonisé, Étienne Miloutine, qui ont été transférées en l’église en 1460, par le métropolite Silvanius de Sofia.


Depuis la reconstruction de la cathédrale au XVIIe siècle, les reliques du roi serbe reposent à l'intérieur de l’église, mais elle a toujours porté le nom de Sainte Nédélya ou Sainte Dominique, dit en conclusion  Christo Témelski.

Récit : Sonia Vasséva

Photos: wikipedia.org et BGNES

Tous les articles

L’Annonciation - la fête qui préfigure la miraculeuse Résurrection du Christ

L’Annonciation est une des 12 grandes fêtes liturgiques que l’Eglise orthodoxe bulgare célèbre chaque année le 25 mars. En ce jour on commémore la bonne nouvelle faite par l’archange Gabriel à la Vierge Marie qu’elle deviendra la mère du Fils..

Publié le 25/03/19 à 10:56

Les préparatifs des Bulgares orthodoxes pour Pâques passent par un pardon mutuel des pêchés

Le dernier jour avant le Grand Carême de Pâques (le 10 mars cette année), soit 7 semaines avant la fête, les chrétiens orthodoxes célèbrent le “Dimanche du pardon ». En ce jour on prononce les paroles suivantes du Christ : « Si vous ne..

Publié le 10/03/19 à 08:00

Une exposition majeure remet à l’honneur les trouvailles archéologiques sur la carte de Bulgarie

“Archéologie bulgare 2018” est le nom de l’exposition qui s’est invitée au Musée de l’Institut national d’archéologie de l’ABS. L’événement, car c’en est un, est le fruit de la collaboration du musée de l’Institut avec 19 autres musées dans le..

Publié le 04/03/19 à 09:10