Petar Vanev : Tout commence après la première marche


Petar Vanev est le premier Bulgare ayant parcouru la Crête du Pacifique (Pacific Crest Trail) via les USA, le long de la frontière avec le Mexique et jusqu’à la frontière avec le Canada.Sa passion pour les voyages est provoquée par le livre « Mon aventure dans le monde sauvage » de Cheryl Strayed qui raconte l’histoire d’une femme ayant parcouru le trajet ci-dessus pour essayer de retrouver son identité. Inspiré par les expériences de l’héroïne, il recueille l’information nécessaire et en 2017 se sent entièrement prêt à se lancer dans ce challenge qui est notamment le parcours à pied de 4240 km de la Crête du Pacifique car, comme il le dit lui-même « si je n’avais pas fait ce premier pas, je l’aurais beaucoup regretté ». Petar Vanev ajoute que l’expérience dont il bénéficiait à cette époque « était minime mais que ses préparatifs pour se lancer dans le voyage avaient été des plus adéquats ». Peu après son retour il publie également son livre « Sentier entre feu et glace » dans lequel il décrit ses aventures. Aujourd’hui ce dernier sert de guide de voyage pour tous les rêveurs courageux s’étant acheminés dans cette même direction. Le trajet en question passe par des déserts, de hautes montagnes, des forêts, le dénivellé atteignant des fois 4000 mètres. Il traverse des zones avec des particularités climatiques différentes, ainsi qu’avec de grands écarts de températures. C’est pourquoi notre interlocuteur conseille de porter toujours deux types d’équipements – pour le froid et pour le chaud.


A travers les Appalaches c’était la pluie qui faisait obstacle. Les brusques changements d’altitude, les sentiers abrupts et les pierres glissantes rendaient constamment la marche risquée. Il est cependant recommandable de disposer toujours d’un plan de voyage, ne serait-ce qu’approximatif, ajoute Petar Vanev. Comme chiffre moyen de parcours quotidien, il évoque la distance de 25 à 30 km.


J’éprouvais de grandes inquiétudes car étant débutant dans la marche. J’avais surtout peur de l’inconnu. Tout commence pourtant par la première marche effectuée…

Lors de son voyage Vanev avait rencontré des jeunes gens âgés de 18 ans, mais aussi des adultes de plus de 70, voire 80 ans qui l’avaient beaucoup inspiré.

De pareils déplacements constituent de sérieux défis aussi bien pour le physique humain que pour la psychique. Plus les provocations sont importantes, meilleurs nous sommes dans la marche. Chaque nouveau défi enrichit notre expérience. Notre corps et notre psychique s’adaptent aux épreuves. Nous autres gens du voyage, nous nous devons d’être forts et assurés en nous-mêmes et en mesure de bien nous motiver quel que soit le moment et la difficulté à laquelle nous devons faire face.


Petar Vanev est convaincu que conjointement avec la bonne motivation et la force du caractère, il faut qu’on dispose également d’autres sources d’inspiration comme par exemple des photos de la famille, des amis, etc. 

Vanev a financé lui-même son premier déplacement, le deuxième ayant été effectué surtout grâce à des sponsors.

Qu’est ce qui suit dans son programme après la conquête des Appalaches et la publication de son livre les concernant ?


Il me reste le parcours de la « Triple Couronne » – un trajet comprenant aussi bien la Crête du Pacifique, que les Appalaches et le parcours continental. Il s’agit d’un trajet d’une longueur d’environ 12700 km. « La Triple couronne » permet d’évaluer les possibilités humaines. Je pense que si je réussis ce trajet également, les autres alpinistes le pourront également, s’ils le souhaitent vraiment.

Version française : Nina Kounova 

Photos: archives personnelles

Галерия

Tous les articles

Elever des chevaux, le rêve d’enfant de Mustafa Süleyman…

Il est originaire du village Zagoritché, département de Choumen /Bulgarie du Nord-Est/. Son nom est Mustafa Süleyman , un agriculteur de longue date qui travaille 800 hectares de céréales, principalement du blé, de l’orge, du maïs, de la..

Publié le 20/01/19 à 08:15

L’histoire passionnante de la photographie bulgare : entre les premiers rêves et les sommets professionnels

Le rêve de l’humanité d’immortaliser des scènes de la vie sur un écran sensible à la lumière date du V- IVe siècle avant Jésus-Christ si pas plus tôt. De nos jours on trouvera rarement quelqu’un qui ne s’émerveille pas et qui ne prenne pas du..

Publié le 19/01/19 à 08:50

Les gants de Miléna Stéfanova, un vrai bijou sur les mains de chaque femme

Miléna Stéfanova se lance dans le tricot dès l'école en apprenant ce métier de sa grand-mère et de sa mère. Son amour pour les belles choses se renforce au fil des années et se transforme en beaux sacs tricotés dont la plupart Miléna offre à..

Publié le 18/01/19 à 15:15