Les vœux de Nouvel An des politiques : plus d’attentes électorales que de véritables souhaits

Le premier ministre Borissov et le président Radev - deux regards diamétralement opposés sur les événements de l'année écoulée. Photo: BGNES

Les vœux de Nouvel An des politiques bulgares contiennent traditionnellement des souhaits qui se doivent d’inspirer les citoyens pour des activités positives. Cette fois-ci ces vœux étaient très différents. Le président de la République Roumen Radev a notamment mis l’accent sur les côtés négatifs ayant marqué l’année écoulée, le premier ministre Borissov ayant pour sa part avancé les succès réalisés au cours de l’année 2018, le leader du PS Kornélia Ninova ayant carrément prôné le changement du statu quo.

Selon Roumen Radev, l’année 2018 avait été émaillée de scandales de corruption, d’érosion des droits et des institutions démocratiques, de problèmes qui n’avaient pas été réglés mais uniquement repoussés, alors que les infractions à la législation et à la justice et l’arbitraire dans la façon de gouverner se seraient poursuivies. Ces propos offensants ont été adressés au gouvernement de coalition de GERB et des Patriotes unis, le chef de l’Etat ne voyant le règlement de cette situation grave que dans l’unité des efforts de tous au nom de l’équité, de la suprématie de la loi et d’un plus clair avenir. Le leader des socialistes Kornélia Ninova a pour sa part déploré que 2019 serait une année critique, raison pour laquelle des décisions courageuses devraient être prises, permettant d’aboutir au changement du statu quo. Il est donc évident qu’aussi bien le chef de l’Etat que la direction du plus grand parti politique de l’opposition se soient déjà déclarés ouvertement en faveur de transformations politiques radicales devant être effectuées par le biais d’un changement de la gouvernance du pays.

En 2019 vont se tenir aussi bien des élections européennes que des municipales mais pas de législatives.

Le leader du parti nationaliste « Ataka » Volen Sidérov a de son côté souligné qu’en 2019 « c’est de nous que dépendra si les Bulgares vont émigrer en masse, faisant en sorte que la Bulgarie se transforme en simple territoire au sens géographique du terme, ou bien si un véritable tournant dans cette direction sera réalisé ». Les vœux de Nouvel An du nationaliste ont été principalement orientés vers la conjoncture internationale au sein de laquelle « une dislocation dans le monde et en Europe est attendue, et pourquoi pas en Bulgarie aussi…. ». Visiblement l’attention des politiques est orientée actuellement plus vers les prochaines européennes au sujet desquelles certaines controverses existent déjà au sein des Patriotes unis. Le dirigeant d’Ataka souhaite faire tête de liste de la coalition au pouvoir pour les européennes mais ses partenaires du VMRO et du Front national pour le salut de la Bulgarie (FNSB) – Krassimir Karakatchanov et Valéry Siméonov, pensent différemment. Il y a deux mois, Sidérov avait prévenu que si aux européennes GERB et les Patriotes unis n’enregistraient pas des résultats meilleurs à ceux des socialistes et du MDL, des législatives anticipées auraient lieu en Bulgarie dès cette année.

Le MDL fait partie de l’opposition mais s’abstient d’adresser des critiques au gouvernement. En soulignant notamment que l’année 2019 présenterait de nouveaux défis, mais aussi offrirait de nouvelles possibilités à la Bulgarie et à l’Europe, le leader du Mouvement pour les droits et libertés Moustafa Karadaya a souhaité « qu’on effectue tous ensemble des changements qui soient à même de frayer un meilleur chemin pour notre pays ». Ce ton un peu différent des autres ne résulte pas d’une indifférence mais témoigne plutôt d’une prise de distance par rapport à des déclarations extrêmes et d’une observation attentive de la situation de politique intérieure, ce qui aurait pour objectif final de voir le MDL rétablir son ancien rôle d’équilibre dans la vie politique bulgare.

Attaqué par le président, par une partie de l’opposition et même par une toute petite partie de la coalition au pouvoir, le premier ministre Boyko Borissov a misé sur des vœux de Nouvel An bien équilibrés, prononcés sur un ton optimiste. Sur le plan extérieur, il a rendu compte de la participation très active de la Bulgarie aux débats de l’UE portant sur la migration, l’intégration européenne des Balkans occidentaux et le BREXIT, alors que, sur le plan intérieur – il a évoqué le budget d’Etat très important prévoyant une forte croissance du PIB, la hausse des retraites et des salaires devant se poursuivre au cours de cette année également. Il est clair que ce seront aussi les principaux sujets de la campagne électorale que le parti au pouvoir GERB mènera au cours des prochains mois.

Les différends observés dans les vœux de Nouvel An des politiques ne datent pas d’hier mais leur rappel le Jour de l’An-même signifie qu’il faut s’attendre à de fortes émotions électorales en 2019.

Version française : Nina Kounova

Photos: BGNES

Tous les articles

Le rétablissement des relations avec la Russie à l’ordre du jour après la rencontre de Roumen Radev avec Vladimir Poutine

La semaine dernière, dans le cadre du Forum économique international de Saint Petersbourg, les présidents de Bulgarie et de Russie ont examiné le degré de développement des relations bilatérales. Vradimir Poutine a souligné..

Publié le 10/06/19 à 13:55

Coopération pour le développement, pierre angulaire de la politique étrangère de la Bulgarie

La politique pour le développement fait partie intégrante de la politique étrangère de la Bulgarie depuis 2011 et elle est régie par une ordonnance gouvernementale sur la participation du pays à la coopération internationale – explique..

Publié le 06/06/19 à 11:12

Les élections européennes provoquent des remous politiques…

Les résultats des élections européennes le 26 mai donnent lieu à un flot d’analyses et autres commentaires politiques, alimentés par les transformations sérieuses qui interviennent au sein des partis concernés. Ainsi, les changements..

Publié le 04/06/19 à 12:25