La criminalistique bulgare se développe conformément à un modèle suisse

Photo: alchetron.com

Le scientifique mondialement connu, le professeur Pierre Margot, pense que les criminalistes bulgares sont formés conformément aux méthodes et aux moyens techniques de la criminologie la plus sophistiquée

Photo: Darina GrigorovaLe crime est un acte dont les motifs dépassent souvent les limites de la raison saine. D’une manière ou d’une autre, ce dernier fait partie de la réalité dans laquelle nous vivons. Le rythme de sa croissance qui nous emmène à parler de criminalité organisée demande cependant des études et des analyses spéciales. C’est notamment l’objectif des sciences forensiques qui comprend la médecine légale, la criminalistique et la criminologie, et ceci, dans le seul et unique but d’expliquer le phénomène criminel et d’arriver à accéder à l’essentiel du problème. La découverte, l’identification et l’étude des éléments matériels du crime constituent les principaux paramètres auxquels se fondent les criminalistes et criminologues contemporains qui se heurtent au quotidien à la créativité des cerveaux criminels. Parmi les plus avancée dans les recherches scientifiques et l’usage de ce type de données se situe l’Ecole de criminalistique auprès de la Faculté de droit, des sciences criminelles et d'administration publique de l’Université de Lausanne, en Suisse. Des experts de cette faculté dont le criminologue mondialement connu, le professeur Pierre Margot, ont participé dans un projet conjoint bulgaro-suisse visant au rehaussement des capacités des criminalistes bulgares lors du processus de collecte et d’analyse des éléments matériels du lieu du crime.


Pierre Margot participe par ailleurs à l’enquête sur de nombreux crimes d’envergure dont le Dimanche ensanglanté en Irlande de nord en 1972, les assassinats de masse au sein l’Ordre du temple solaire au Canada et en Suisse (1994-1997), les bombardements à Oma toujours en Irlande du nord (1008), etc. En 1985, grâce à sa propre méthode de prise d’empreintes sous l’eau, le professeur Margot contribue au dénouement de l’affaire liée à la submersion du navire Rainbow Warrior par des espions français. En 1989, pendant qu’il travaille à l’Université nationale d’Australie, Cambera, conjointement avec Ron Woerner, Hilton Kobus, Milutin Stoilovic et Chris Lenard, il crée une lampe spéciale destinée à la découverte d’indices de « Polilight ». A la fin de 2018, à l’Académie du ministère de l’Intérieur bulgare se situant dans le quartier Siméonovo de Sofia a été inauguré un laboratoire moderne destiné à la formation de spécialistes du domaine de la criminalistique.

Nous vous proposons les réflexions du professeur Pierre Margot dans un entretien avec un reporter de RBI:

C’est le premier projet de coopération bulgaro-suisse qui permet à des enseignants de l’école suisse de criminologie d'accompagner leurs collègues bulgares dans une formation spécialisée.


Version française : Nina Kounova

Photos: mvr:bg

Tous les articles

La spéléologie bulgare souffle ses 90 bougies

Le début de la spéléologie en Bulgarie date d’il y a environ 100 ans. Les premières études de la faune des grottes ont été effectuées par l’académicien Ivan Bourech en 1922 en sa qualité de directeur du Musée du Roi de..

Publié le 25/03/19 à 12:17

Todor Dimitrov, le photographe des profondeurs marines...

Un petit hydrophiinae / serpent qui peuple les environnements marins/ et de grandes compétences ont suffi pour que Todor Dimitrov, originaire de Varna, fasse des photographies uniques et remporte ainsi la première place au..

Publié le 23/03/19 à 08:35
Pétia Radkova,

Journée mondiale de l'Eau: "Rien ne vaut un temps pluvieux"...

Aujourd’hui, 22 mars, nous marquons la Journée mondiale de l’Eau « De l’eau pour tous. Tout le monde est important ! ». Avec des campagnes d’information et des débats on attire l’attention sur les problèmes de milliards de personnes dans le monde qui..

Publié le 22/03/19 à 12:17