Les astronomes bulgares fêtent les 100 ans de l’Union astronomique internationale


Fondée le 28 juillet 1919 à Bruxelles, l’Union astronomique internationale /UAI/ est une association internationale non gouvernementale, dont l’objectif consiste à coordonner les travaux des astronomes à travers le monde. Elle agit comme une autorité reconnue à l’échelle internationale pour la dénomination des corps célestes /étoiles, planètes, astéroïdes/ et de leurs caractéristiques de surface. La Bulgarie fait partie de l’UAI depuis 1957, même si la grande sommité bulgare dans le domaine de l’astronomie, le professeur Nikola Bonev, en est membre depuis 1938.

A l’occasion du 100e anniversaire de l’Union astronomique internationale, l’Institut d’Astronomie et son Observatoire national auprès de l’Académie bulgare des Sciences organisent une série d’évènements, dont le premier « 100 heures d’Astronomie » se tiendra le 12 janvier 2019 à partir de midi au « Sofia Tech Park ». Les détails nous sont livrés par Luba Slavchéva-Mihova de l’Institut d’Astronomie bulgare :

Il s’agit en fait d’un week-end prolongé qui commencera le jeudi 10 janvier avec une série d’initiatives organisées à l’occasion du centenaire de l’UAI à travers le monde. Nous avons prévu une série de conférences et présentations, qui attireront un public jeune et moins jeune, tous âges confondus.


Les visiteurs pourront prendre connaissance des étapes importantes de l’histoire de l’UAI et ses missions spatiales, en apprendre plus sur les champs magnétiques des étoiles, consulter les relevés de l’Observatoire national d’astronomie sur le pic Rojen, connu pour la haute précision de ses observations, ou percer les secrets des étoiles scintillantes…


Une des démonstrations est liée à la définition des dimensions de la Terre d’après une méthode ancienne, datant de l’époque d’Eratosthène, poursuit son récit Luba Slavchéva-Mihova. Eratosthène est un mathématicien, géographe, astronome et poète grec né en 276 avant J.C. à Cyrène. Il étudie quelques années à Athènes puis devient l’élève du poète grec Callimaque qui dirige la grande Bibliothèque d’Alexandrie. Fort de ses connaissances d’astronomie et de géographie, il met au point une méthode purement géométrique pour estimer la circonférence de la Terre. Pour cela, il part de la constatation suivante :« Dans la ville de Syène, à midi le jour du solstice d’été, le soleil éclaire le fond des puits ». Si le 21 juin à Syène, le Soleil est à la verticale du sol, c’est que la trajectoire de ses rayons à cet endroit passe par le centre de la Terre. Pour déterminer la circonférence de la Terre, Erathostène réalise une deuxième mesure, mais cette fois à Alexandrie, où il observe l’ombre du Phare, et mesure l’angle qu’il forme avec son sommet, soit 7.2° exactement. Mesurer la circonférence de la Terre est un exercice que nous proposerons à tous ceux qui viendront marquer avec nous le 100e anniversaire de l’Union astronomique internationale. 

Une autre exposition attirera certainement le regard des visiteurs. Elle reviendra sur les sommets historiques atteints par l’astronomie contemporaine et la conquête de l’espace au cours des cent dernières années.


Ce sera une exposition itinérante, que nous montrerons en mai, lors du Festival de la Science à Sofia, puis à la conférence traditionnelle des astronomes de Bulgarie un mois plus tard. Nous avons aussi prévu d’autres évènements marquants dont la Journée de la Lumière le 16 mai, le centenaire de l’éclipse totale du Soleil le 29 mai, des conférences sur des thèmes astronomiques, dont la première est prévue le 8 mars et sera consacrée au rôle des femmes dans l’astronomie, de l’Antiquité à nos jours.


En juillet, à l’Observatoire à Bélogradchik auront lieu des observations de la mer lunaire, pour marquer le 50e anniversaire de la première expédition d’un homme sur la Lune. Pendant l’été, les élèves de différentes écoles pourront s’inscrire à des ateliers d’astronomie et le 28 août sera la Journée portes ouvertes de l’Observatoire national d’astronomie à Rojen.


2019 sera aussi une année riche en phénomènes astronomiques. A commencer par l’éclipse totale du Soleil, prévue le 2 juillet, qui pourrait être observée le mieux au Chili et en Argentine. Concrètement pour la Bulgarie, on observera l’éclipse totale de la Lune le 21 janvier, l’éclipse partielle le 16 juillet, le flux météorique des Perséides le 13 août et le transit de Mercure devant le disque du Soleil le 11 novembre.

Récit : Sonia Vasséva

Photos: archives personnelles
Tous les articles

„Ensemble contre la violence à l’école“

« Ensemble contre la violence à l’école » est la première initiative d’envergure engagée dans le cadre du programme quinquennal de coopération (2018-2022) entre le Fonds pour les enfants de l’ONU et le gouvernement bulgare en la personne du..

Publié le 22/01/19 à 13:30

Kaléidoscope des Balkans

Accrochages et gaz lacrymogène à Athènes contre l’accord de Prespa Des centaines de milliers de Grecs ont une nouvelle fois dit “Non” au nom Macédoine du Nord à Athènes. Selon la police, la mobilisation a fait sortir dans les rues 100 000..

Publié le 22/01/19 à 10:33

Haro sur les substituts de fromage !

Depuis le début de l’année, le 14 janvier pour être précis, une nouvelle réglementation est entrée en Bulgarie concernant lesdits «  substituts de fromage  ». Moins chers que le fromage ordinaire, l’industrie agroalimentaire y recourt,..

Publié le 21/01/19 à 13:00