Vania Valkova: “J’ai réalisé mes rêves“

Vania Valkova chante aussi bien sur scène qu’à des mariages, partout où les belles mélodies de la plaine de Thrace attirent  ses fidèles et nombreux admirateurs. Chanteuse des emblématiques orchestres de mariages Kanarité et Mladi Trakyitzi, elle se donne à fond pour laisser aux jeunes amoureux un souvenir impérissable du plus beau jour de leur vie. Le calendrier de ses tours de chant en Bulgarie est très chargé. Le 9 mars prochain, elle sera sur scène à Plovdiv aux côtés de l’accordéoniste Petar Raltchev, du percussionniste Stoyan Yankoulov, du joueur de tamboura Anguel Dimitrov mandoline et du Bogdan Trio. Le concert, intitulé „Le folklore tel qu’ils l’ont fait“ est au programme des événements musicaux  de Plovdiv capitale européenne de la culture 2019.

Vania Valkova est native de la Dobroudja, le grenier de Bulgarie. Ses parents découvrent son talent très tôt et l’encouragent à poursuivre ses études à l’Ecole de musique folklorique de Kotel puis au Conservatoire de musique, de danse et d’art figuratif de Plovdiv, dont elle sort diplômée de la classe de chant traditionnel et de rebec. Etudiante, elle est premier prix à des concours prestigieux du nom de chanteurs traditionnels connus – Ivan Guéorguiev, Valkana Stoyanova. Elle joue du rebec et remporte le premier prix au concours Yanko Petrov. En 2001, elle fait ses premiers enregistrements avec l’Orchestre de musique traditionnelle de la RNB. Malgrée ses nombreux engagements elle trouve le temps de créer le Cours de chant traditionnel pour enfants de Rakovski, une ville en Bulgarie du Sud. 


Vania Valkova revient avec émotion sur les moments marquants de son parcours professionnel:

« Le talent, on le reçoit à la naissance. Ma famille a éveillé en moi l’amour du folklore. Mes parents, aussi loin que je me souvienne chantaient dans des ensembles d’amateurs et mon papa, le premier qui avait vu mon don et aussi mon amour du chant. Il m’a soutenue au fil des années et m’a fait chanter sur scène pour la première fois, je devais avoir 4-5 ans pas plus. Et c’était le déclic, je n’ai plus arrêté de chanter depuis. A l’Ecole de musique de Kotel je me sentais chez moi. Et aussi, je me souviens de Mme Tchenkova, ma prof. de chant, combien elle était exigeante à mon égard, de mes craintes, parce que je voulais bien faire et surtout ne pas la décevoir. Et Velitchka Todorova qui m’enseignait le rebec, et qui parfois me faisait reprendre un morceau autant de fois qu’il fallait avant de montrer son approbation. Plus tard j’ai compris que tout ce qu’on nous avait appris à l’école n’était pas seulement de chanter, de jouer d’un instrument, on nous avait appris la persévérance, le travail, l’amour de la musique, on avait tracé notre chemin dans la vie. Je suis heureuse d’être sur scène avec les musiciens qui ont été mes professeurs. La musique on peut la présenter partout – en concert, à la fête du village, sur la place publique, aux mariages, en toutes occasions, n’importe quand, n’importe où. Chaque musicien veut progresser, créer son propre style, être reconnaissable. J’ai réalisé tous mes rêves. Je suis reconnaissante à Petar Raltchev, Gueorgui Yanev, Peyo Peev, Nedialko Nedialkov, Stoyan Yankoulov, la liste est longue …

Je suis partie à Amsterdam pour chanter avec le groupe Arifa - quatre jeunes filles de pays différents, installées en Hollande, cela a été une aventure unique. On était trois femmes : d’Iran, de Chine et de Bulgarie et chacune jouait d’un instrument à cordes, typique de son pays. Nous avons présenté de manière inédite les sonorités traditionnelles bulgares, iraniennes et chinoises sous l’accompagnement du groupe Arifa. Nous nous sommes produites en concert dans d’autres pays et nous avons édité des albums.

Version française : Roumyana Markova

Photo: archives personnelles

Tous les articles

La Bulgarie sous le charme des "Ritmos Negros"…

„ Notre musique s’inspire des traditions préuviennes et de leurs racines africaines, riches en couleurs et sensualité… “ . C’est en ces termes que Piero Epifanía du Pérou, décrit le groupe « Ritmos Negros » dont il est le chanteur et interpète..

Publié le 17/02/19 à 08:20
Minko Lambov

Minko Lambov : Le Shaka Zulu Orchestra et une première, tout ce qu’il y a de plus „classique “!

Ce 14 février, salle „Balgaria“, haut-lieu de la musique classique fête une première - la présentation bulgare du Concerto pour violon et orchestre de Minko Lambov dans l’interprétation de Svetlin Rousssev violoniste à la carrière internationale - maître..

Publié le 14/02/19 à 09:00
Снимка: hainzl-delage-artists-management.com

Alfred Eschwé: "Je reviendrais avec joie diriger un orchestre en Bulgarie !"

C’est un des chefs d’orchestre de notoriété mondiale que chaque mélomane rêve d’écouter. Et ils ont été nombreux à assister au Concert viennois du Philharmonique de Sofia, dirigé par Alfred Eschwé, réputé fin connaisseur de la musique du roi de..

Publié le 10/02/19 à 10:10